Billy Wilder (1906-2002)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Majordome
Décorateur
Messages : 3793
Inscription : 13 avr. 03, 03:00
Localisation : De mon canapé.

Billy Wilder (1906-2002)

Messagepar Majordome » 9 juil. 03, 00:36

EDIT DE LA MODERATION:

Petit récapitulatif des topics consacrés à Billy Wilder sur le forum:

Assurance sur la mort (1944) et sa "Chronique Classik"
Stalag 17 (1953) et sa "Chronique Classik"
Témoin à charge (1957) et sa Chronique Classik
Embrasse-moi idiot (1964)
La grande combine (1966) et sa "Chronique Classik"
La vie privée de Sherlock Holmes (1970) et sa "Chronique Classik"
Spéciale première (1974) et sa "Chronique Classik"

D'autres "Chroniques Classik":
Sunset Boulevard (1950)
Sept ans de réflexion (1955)
La garçonnière (1960)
Avanti! (1972)

un topic Billy Wilder à la Cinémathèque (2004)

les livres
Billy Wilder de Noël Simsolo (2008)
Conversation avec Billy Wilder
Billy Wilder aux éditions Taschen

Quelques conseils de Billy Wilder aux scénaristes



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Vu Irma la douce hier.
Réjouissant Wilder qui vaut pour la qualité et la finesse de ses dialogues pleins de sous-entendus...
C'est coquin, malin, futé, cynique et tendre à la fois.
Le mélange décor naturel et studio est très réussi, et çà regorge (comme d'habitude) de trouvailles qui prennent le spectateur à témoin et l'impliquent dans le récit.
Un vrai bon moment de comédie. Un bijou.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86987
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 9 juil. 03, 14:15

Majordome a écrit :
Vu Irma la douce hier.
Réjouissant Wilder qui vaut pour la qualité et la finesse de ses dialogues pleins de sous-entendus...
C'est coquin, malin, futé, cynique et tendre à la fois.
Le mélange décor naturel et studio est très réussi, et çà regorge (comme d'habitude) de trouvailles qui prennent le spectateur à témoin et l'impliquent dans le récit.
Un vrai bon moment de comédie. Un bijou.


Mauvais souvenir mais je lui donnerais bien une seconde chance un de ces jours en DVD : Il est comment ?

Majordome
Décorateur
Messages : 3793
Inscription : 13 avr. 03, 03:00
Localisation : De mon canapé.

Messagepar Majordome » 9 juil. 03, 14:55

Jeremy Fox a écrit :
Majordome a écrit :
Vu Irma la douce hier.
Réjouissant Wilder qui vaut pour la qualité et la finesse de ses dialogues pleins de sous-entendus...
C'est coquin, malin, futé, cynique et tendre à la fois.
Le mélange décor naturel et studio est très réussi, et çà regorge (comme d'habitude) de trouvailles qui prennent le spectateur à témoin et l'impliquent dans le récit.
Un vrai bon moment de comédie. Un bijou.


Mauvais souvenir mais je lui donnerais bien une seconde chance un de ces jours en DVD : Il est comment ?


Très bonne copie exempte de défauts génants...

Philip Marlowe
murder on the dance floor
Messages : 7287
Inscription : 13 avr. 03, 18:33
Localisation : Bonne question...

Billy Wilder (1906-2002)

Messagepar Philip Marlowe » 25 juil. 03, 19:24

ATTENTION SPOILERS!

Image

Il y a quelques jours je revoyais ce chef-d'oeuvre de Billy Wilder :) Et au moment où Norma est dans la chambre de Joe et qu'elle se demande s'il ya une femme dans sa vie et qu'elle découvre le script qu'il écrit avec Betty (Untitled love story), j'ai eu un sentiment bizarre.

Jusqu'alors, je n'avais pas vu ce film comme une histoire d'amour. Certes, Max aime Norma qui aime Joe qui aime Betty, mais ça me semblait plus secondaire par rapport aux autres aspects du film(Hollywood, le vieillissement, la folie, etc...). Pourtant, maintenant, ça m'apparait comme l'un des plus important.

Je m'explique:

A première vue, s'il y a une vraie romance dans le film, c entre Joe et Betty, Norma étant un parasite entre eux.
Mais s'il est dit que Norma aime Joe, ce dernier, à la fin du film, quand on a repêché son cadavre et qu'on voit les caméras de la Paramount arriver, il pense: "Qu'allaient-ils faire de Norma? Les gros titres allaient finir de l'achever." Et ses dernières pensées sont toutes dédiées à Norma.
Betty compte finalement moins pour lui, d'ailleurs il l'envoie balader à la fin. Au final, Joe aussi aimait Norma.

Donc en conclusion, le "titre" du script de Betty et Joe pourrait s'appliquer à Norma et Joe, qui ont vécu une histoire d'amour insolite, une histoire d'amour sans titre quoi :)

Je considère maintenant Sunset Boulevard comme une des plus belles histoires d'amour contées au cinéma, et il est dommage que cet aspect soit souvent occulté quand on parle de ce film d'une grande richesse. :)

Désolé si je vous ai gonflés :oops: , mais je voulais savoir si vous étiez d'accord avec moi :wink:

Avatar de l’utilisateur
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Messages : 10337
Inscription : 4 juin 03, 20:30
Localisation : Bolivie

Re: Sunset Boulevard: Histoire d'amour sans titre

Messagepar John Constantine » 25 juil. 03, 19:50

EDIT - SPOILERS TOO!!!

Moi on me prend pour un malade lorsque je dis que SB est un film de vampires: mais le propre des films riches est de se prêter aux multiples lectures... on y projette ce que l'on veut.

Mais bon considérons que la manière dont Joe débarque chez Norma Desmond louche vers le gothique: je suis poursuivi, je me réfugie dans un endroit en apparence abandonnée - comme un chateau - et je tombe sur cet endroit bizarre où Von Stroheim me rappelle Karloff - ou l'oncle Fester de la famille Addams, mais c'est ça c'est anachronique. Mais Gloria Swanson, avec ses grands yeux exhorbités et sa gestuelle, me rappelle Nosferatu. Et l'ambiance dans la villa de Norma, rideaux tirés etc... ça louche vers Dracula.

Le vampirisme fait écho à l'histoire d'amour dont tu parles: Norma vampirise Joe, le rend dépendant d'elle et en même temps retrouve une seconde jeunesse. C'est une histoire d'amour vampirique, comme dans l'amour en général... Norma est une créature qui était dans le coma, en sommeil, elle-même vampirisée par l'industrie du ciné qui après avoir vidé ses créatures de leur sang les jette sur le caniveau. Mais Joe pompe aussi Norma: l'un est le symbiote, le parasite de l'autre. Leur capacité à ressentir des émotions est tordue, très peu humaine au final et une parodie des émotions vraies. Max est un zombie, lui aussi bouffé par Norma... après l'avoir vampirisé en tant que réal. La seule personne humaine, à ressentir des émotions vraies est Betty mais Joe au final renonce à son humanité en la repoussant et en renonçant au grand amour.

L'histoire d'amour que tu évoques, pour moi, marche + pour Joe/Betty et est très tragique... Joe/Norma, je sais pas si c'est de l'amour, c'est plutôt de la dépendance, tout comme Norma est dépendante du cinéma, dépendante de la mise en scène. C'est une coquille creuse, une parodie humaine qui met sa vie en scène et a besoin d'être mise en scène - la scène finale avec les caméras l'admet tragiquement.

Bon, c'est un peu fumeux, je sais... :wink: mais ça reste un très grand film. Un grand film de zombies.
Puissant, corrompu et menteur
Image
You two do make a charming couple though, you're both, what's the expression, damaged goods.

Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Messages : 22026
Inscription : 13 avr. 03, 10:10
Localisation : into the sky, into the moon

Messagepar Alex Blackwell » 25 juil. 03, 22:53

J'ai vu ce film au cinéma il y a trop longtemps pour entrer dans le débat (dont j'ai préféré ne pas prendre connaissance): il m'avait déçu mais je veux le redécouvrir en dvd; sommes-nous d'accord si j'avance que les zone 1 et 2 sont rigoureusement identiques?
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.

Avatar de l’utilisateur
Geoffrey Firmin
Howard Hughes
Messages : 15227
Inscription : 20 mai 03, 19:08
Localisation : au fond de la Barranca

Messagepar Geoffrey Firmin » 25 juil. 03, 23:02

Star Maker a écrit :J'ai vu ce film au cinéma il y a trop longtemps pour entrer dans le débat (dont j'ai préféré ne pas prendre connaissance): il m'avait déçu mais je veux le redécouvrir en dvd; sommes-nous d'accord si j'avance que les zone 1 et 2 sont rigoureusement identiques?


Il n'y a pas de sous titre français sur le zone 1, pour le reste c'est rigoureusement pareil.

Avatar de l’utilisateur
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Messages : 10337
Inscription : 4 juin 03, 20:30
Localisation : Bolivie

Messagepar John Constantine » 25 juil. 03, 23:10

Geoffrey Firmin a écrit :
Star Maker a écrit :J'ai vu ce film au cinéma il y a trop longtemps pour entrer dans le débat (dont j'ai préféré ne pas prendre connaissance): il m'avait déçu mais je veux le redécouvrir en dvd; sommes-nous d'accord si j'avance que les zone 1 et 2 sont rigoureusement identiques?


Il n'y a pas de sous titre français sur le zone 1, pour le reste c'est rigoureusement pareil.


Et la copie est somptueuse... cours! :D
Puissant, corrompu et menteur
Image
You two do make a charming couple though, you're both, what's the expression, damaged goods.

Majordome
Décorateur
Messages : 3793
Inscription : 13 avr. 03, 03:00
Localisation : De mon canapé.

Messagepar Majordome » 25 juil. 03, 23:39

Star Maker a écrit :J'ai vu ce film au cinéma il y a trop longtemps pour entrer dans le débat (dont j'ai préféré ne pas prendre connaissance): il m'avait déçu mais je veux le redécouvrir en dvd; sommes-nous d'accord si j'avance que les zone 1 et 2 sont rigoureusement identiques?


déçu ???

Revois le vite alors.

J'ai du mal à imaginer qu'on puisse être déçu par ce film quintescentiel du cinéma américain.

Avatar de l’utilisateur
Jordan White
King of (lolli)pop
Messages : 15434
Inscription : 14 avr. 03, 15:14

Messagepar Jordan White » 26 juil. 03, 19:06

Il faut que je le vois.
Ca fait partie des classiques dont on ne peut pas passer à côté. Mais c'est comme les grand crus ( même si je ne suis pas un fin amateur de vin), il faut le savourer à un moment donné après l'avoir fait mûrir.

Tuck pendleton
Mogul
Messages : 10614
Inscription : 13 avr. 03, 08:14

Re: Sunset Boulevard: Histoire d'amour sans titre

Messagepar Tuck pendleton » 26 juil. 03, 19:17

John Constantine a écrit :EDIT - SPOILERS TOO!!!

Moi on me prend pour un malade lorsque je dis que SB est un film de vampires: mais le propre des films riches est de se prêter aux multiples lectures... on y projette ce que l'on veut.

Mais bon considérons que la manière dont Joe débarque chez Norma Desmond louche vers le gothique: je suis poursuivi, je me réfugie dans un endroit en apparence abandonnée - comme un chateau - et je tombe sur cet endroit bizarre où Von Stroheim me rappelle Karloff - ou l'oncle Fester de la famille Addams, mais c'est ça c'est anachronique. Mais Gloria Swanson, avec ses grands yeux exhorbités et sa gestuelle, me rappelle Nosferatu. Et l'ambiance dans la villa de Norma, rideaux tirés etc... ça louche vers Dracula.

Le vampirisme fait écho à l'histoire d'amour dont tu parles: Norma vampirise Joe, le rend dépendant d'elle et en même temps retrouve une seconde jeunesse. C'est une histoire d'amour vampirique, comme dans l'amour en général... Norma est une créature qui était dans le coma, en sommeil, elle-même vampirisée par l'industrie du ciné qui après avoir vidé ses créatures de leur sang les jette sur le caniveau. Mais Joe pompe aussi Norma: l'un est le symbiote, le parasite de l'autre. Leur capacité à ressentir des émotions est tordue, très peu humaine au final et une parodie des émotions vraies. Max est un zombie, lui aussi bouffé par Norma... après l'avoir vampirisé en tant que réal. La seule personne humaine, à ressentir des émotions vraies est Betty mais Joe au final renonce à son humanité en la repoussant et en renonçant au grand amour.
.


:idea: faut que je gribouille ça dans un coin de ma tête...ça me plait beaucoup comme idée :)

Avatar de l’utilisateur
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Messages : 10337
Inscription : 4 juin 03, 20:30
Localisation : Bolivie

Re: Sunset Boulevard: Histoire d'amour sans titre

Messagepar John Constantine » 26 juil. 03, 19:30

Tuck pendleton a écrit : :idea: faut que je gribouille ça dans un coin de ma tête...ça me plait beaucoup comme idée :)

ça fera 2 cinglés de plus :D
... + sérieusement, les scènes d'intérieurs et le jeu de Gloria Swanson louchent vers l'expressionnisme. La fête de fin d'année donnée pour 2 personnes a aussi un parfum de bizarre prononcé :shock:
Puissant, corrompu et menteur
Image
You two do make a charming couple though, you're both, what's the expression, damaged goods.

Philip Marlowe
murder on the dance floor
Messages : 7287
Inscription : 13 avr. 03, 18:33
Localisation : Bonne question...

Re: Sunset Boulevard: Histoire d'amour sans titre

Messagepar Philip Marlowe » 26 juil. 03, 19:59

John Constantine a écrit :
Tuck pendleton a écrit : :idea: faut que je gribouille ça dans un coin de ma tête...ça me plait beaucoup comme idée :)

ça fera 2 cinglés de plus :D
... + sérieusement, les scènes d'intérieurs et le jeu de Gloria Swanson louchent vers l'expressionnisme. La fête de fin d'année donnée pour 2 personnes a aussi un parfum de bizarre prononcé :shock:

Je crois que la ressemblance avec Nosferatu et l'expressionnisme était volontaire :wink:

Avatar de l’utilisateur
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Messages : 10337
Inscription : 4 juin 03, 20:30
Localisation : Bolivie

Re: Sunset Boulevard: Histoire d'amour sans titre

Messagepar John Constantine » 26 juil. 03, 20:02

Philip Marlowe a écrit :
John Constantine a écrit :
Tuck pendleton a écrit : :idea: faut que je gribouille ça dans un coin de ma tête...ça me plait beaucoup comme idée :)

ça fera 2 cinglés de plus :D
... + sérieusement, les scènes d'intérieurs et le jeu de Gloria Swanson louchent vers l'expressionnisme. La fête de fin d'année donnée pour 2 personnes a aussi un parfum de bizarre prononcé :shock:

Je crois que la ressemblance avec Nosferatu et l'expressionnisme était volontaire :wink:


3 cinglés de +?
(et oui, avec la carrière allemande de Wilder, il ne pouvait ne pas y avoir pensé)
Puissant, corrompu et menteur
Image
You two do make a charming couple though, you're both, what's the expression, damaged goods.

Philip Marlowe
murder on the dance floor
Messages : 7287
Inscription : 13 avr. 03, 18:33
Localisation : Bonne question...

Re: Sunset Boulevard: Histoire d'amour sans titre

Messagepar Philip Marlowe » 26 juil. 03, 20:05

John Constantine a écrit :
Philip Marlowe a écrit :
John Constantine a écrit :
Tuck pendleton a écrit : :idea: faut que je gribouille ça dans un coin de ma tête...ça me plait beaucoup comme idée :)

ça fera 2 cinglés de plus :D
... + sérieusement, les scènes d'intérieurs et le jeu de Gloria Swanson louchent vers l'expressionnisme. La fête de fin d'année donnée pour 2 personnes a aussi un parfum de bizarre prononcé :shock:

Je crois que la ressemblance avec Nosferatu et l'expressionnisme était volontaire :wink:


3 cinglés de +?
(et oui, avec la carrière allemande de Wilder, il ne pouvait ne pas y avoir pensé)
P-e 4. Sur Amazon.com ou un autre site, un consommateur intitulait sa critique: "Nosferatu dans les collines d'Hollywood".

D'ailleurs, je crois que le plan de Norma qui regarde Joe en train de lire le script est semblable à un plan de Nosferatu.