Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 19139
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Major Tom » 2 oct. 13, 16:55

julien a écrit :
Major Tom a écrit :Pierre Jolivet a aussi tenté des petites choses pas mal non plus mais qui, elles, ne marchaient pas auprès du public.

Mocky par contre a fait des films intéressants. D'ailleurs il s'est pas mal inspiré de Franju. Des films comme La Cité de l'Indicible Peur, Litan ou encore Noir comme le Souvenir. La aussi ce sont des films qui cultivent une ambiance étrange et un climat très proche du fantastique.

Pas vu Litan ni Noir comme le Souvenir, mais La Cité de l'Indicible Peur, c'était très bon ça, comme La Grande lessive ou À mort l'arbitre. Même Le Miraculé ou Un drôle de paroissien partent sur des idées absurdes.

hellrick a écrit :Mais j'ai l'impression que le fantastique aujourd'hui prend une tournure de plus en plus rationnelle, il faut expliquer les choses, il faut que le film soit "réaliste" même si on parle de super héros ou de fantômes. On ne peut plus montrer une maison hantée façon La maison du diable, il faut qu'à un moment on appelle un médium qui déclare "oui mais c'est parce qu'un gamin s'est noyé que la maison est hantée". Le fantastique ça devrait être "perdre pied" avec le réel comme La quatrième dimension ou les romans de Philip K. Dick où toutes les normes s'écroulent. A présent il faut tout expliquer...

Ben depuis toujours. Le fantôme de Freddy Krueger qui se venge dans les cauchemars des enfants pour avoir été brûlé vif par leurs parents, une ville qui est bâtie sur un ancien cimetière indien dans Poltergeist, comme Shining d'ailleurs (au tout début: "L'hôtel a été construit sur un vieux cimetière indien, et je crois qu'il a fallu repousser pas mal de batailles contre les Indiens durant la construction..."), ainsi que les anciens meurtres d'une famille dans Shining qui ont une répercussion sur les nouveaux maîtres des lieux, comme dans Amytiville aussi, etc. etc. Il y a une explication qui n'est pas franchement ce que j'appellerais "rationnelle" :lol: mais il y a souvent eu une explication tout court, comme avec le psy à la fin de Psychose qui expose longuement les motivations de Norman Bates... ;)
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar julien » 2 oct. 13, 17:06

Major Tom a écrit :Même Le Miraculé ou Un drôle de paroissien partent sur des idées absurdes.

Oui voila. L'absurde, le loufoque ou le bizarre ça c'est très français. A mon avis c'est ce genre là que les français cultivent le mieux. On voit ça souvent chez Céline. L'irruption de l'insolite dans un environnement réaliste et familier. Séria a pas mal exploité ça d'ailleurs dans son cinéma. Dans Les galettes de Pont Aven, lorsque Marielle se retrouve chez le peintre en compagnie des deux zigottos qui dansent à poil, c'est complètement étrange et irréel comme scène je trouve.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Federico » 2 oct. 13, 18:34

julien a écrit :
Federico a écrit :
Demi-Lune a écrit :Le cinéma français et le film de genre, c'est pas trop ça. Ce serait intéressant de chercher les raisons de cette espèce de non-miscibilité.

Je me suis souvent posé la question. Pourquoi si peu de films fantastiques, d'horreur, et encore moins d'anticipation et de SF (dont pas mal de bides et de ratés) comparé aux anglo-saxons ?

Pas facile non plus de rivaliser avec le cinéma gothique italien d'un côté et de l'autre la puissante Hammer Film. A mon avis, la place était déjà bien prise. C'est pas plus mal que la France se soit davantage distinguée dans un autre type de cinéma, plus verbal et intellectuel. D'ailleurs un film comme Buffet Froid de Blier possède une veine très surréaliste je trouve. A certains égard c'est presque un film fantastique. Le début du film par exemple, avec Serrault et Depardieu qui conversent seuls dans le métro, c'est très étrange et irréel comme scène. L'irruption du bizarre et de l'insolite au cœur du quotidien, ça c'est un truc que les français arrivaient assez bien à faire à une certaine époque. Le Locataire de Popo est d'ailleurs assez emblématique.

Totalement d'accord pour le Blier, fantastique et surréaliste. Très proche dans l'esprit de Bunuel mais en jouant plus sur les dialogues.
Le cas de Polanski (tout aussi bien vu) est un peu différent. Il a aussi en lui tout ce pan baroque, un peu fou et et absurde typique de l'Europe Centrale. Même si une partie de son cinéma doit aussi beaucoup à sa collaboration avec le scénariste Gérard Brach.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Federico » 2 oct. 13, 18:44

hellrick a écrit :Cela dit j'ai l'impression qu'en Belgique nous sommes plus sensibles au fantastique, moins rationnel, on aime bien Halloween, les fêtes un peu folkloriques sur les sorcières et tout ça, ça me parait plus accepté, y compris dans une presse plus généraliste qui n'hésite plus à parler du Bifff ou d'événements plus geek.

La Belgique n'est pas l'une des patries du surréalisme et du fantastique pour rien. De Paul Delvaux à Hergé (les influences surréaliste dans les aventures de Tintin ne se comptent plus). Au cinéma, ça donnera le magnifique Un soir, un train d'André Delvaux. Et puis il y a le cas de Jean Ray. Qui un jour osera enfin adapter les aventures foutraques d'Harry Dickson ? Resnais en avait eu le projet un temps. Mais celui qui aurait été le cinéaste idéal pour est mort depuis 50 ans et n'était ni belge, ni français. Il s'appelait Tod Browning.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Cine-Pedia
Stagiaire
Messages : 1
Inscription : 4 déc. 13, 13:59
Localisation : Belgique

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Cine-Pedia » 3 janv. 14, 11:18

J'ai adoré ce film que j'ai découvert en lisant un très bon descriptif qui m'a donné envie d'en savoir plus et de le regarder.
Ce film m'a beaucoup ému et on se rend compte du dévouement du père qui malheureusement le conduira à devenir un tueur.
Voici un résumé du film fait par une internaute de talent.
http://www.cine-pedia.com/fr/profil/gwen85/

Bonne lecture :)
Jean D'Alessandro
Expert SEO
Administrateur CINE PEDIA

Avatar de l’utilisateur
Addis-Abeba
Mouais
Messages : 11280
Inscription : 12 nov. 04, 23:38
Localisation : Chocolatine

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Addis-Abeba » 25 août 15, 12:00

Question bête malgré la scéne manquant le bluray de Gaumont vaut quand même le coup ? Image meilleure ? Ou il faut vraiment privilégié le Criterion, meilleur bonus apparemment.
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5231
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Thaddeus » 26 oct. 15, 17:54

Image


Poétique de l’effroi



Franju disait aimer le cinéma qui le faisait rêver, mais ne pas aimer qu’on rêve à sa place. Alors il a réalisé le plus beau film fantastique français. Un conte glacial, allusif, scintillant, dont l’étrangeté confine au merveilleux. L’épouvante y naît du jeu avec le visible et l’invisible, la révélation et la dissimulation, et du calme extrême avec lequel se manifeste la folie à l’écran. Par ses images de terreur médicale, son climat d’onirisme surréalisant nourri des thèmes musicaux obsessionnels de Maurice Jarre, il crée une angoisse latente qui s’enracine aussi bien dans la lenteur hypnotique du rythme que dans la netteté des traits ou la sensation tactile de l’obscurité. Pour Franju, la peur ne peut se concevoir autrement qu’en noir et blanc. Eugen Shüfftan, le chef opérateur, fut l'un des maîtres de la lumière du cinéma expressionniste allemand et l'un des plus éminents artisans du réalisme poétique. Avec ce film, il semble avoir trouvé le terrain esthétique où mêler ce double héritage. L'atmosphère est d'abord celle des caves, des morgues, des nuits froides dont il sublime le noir éclat. Fouet, cages, grilles, on est presque au château de Lacoste, et l'ombre du divin marquis croise O entravée de chaînes dans les souterrains. Des jeunes filles sont retirées de la Seine, nues sous des imperméables d’hommes. Mais quand le jour est là, il est fait de ciels tristes et gris et de brouillards plus gris encore qui laissent entendre que la voie tracée par l’intrigue est condamnée au désespoir. Cette plastique élaborée se double d’un travail méticuleux sur le son : glas des cloches, croassements des corbeaux, pioche creusant la tombe, geste du corps au fond du caveau. Tous ces bruits font entendre le silence dans lequel ils résonnent, et qui appelle le cri.

L’histoire est connue : un chirurgien de renom, le docteur Genessier, développe des expériences afin de rendre un visage à sa fille Christiane, défigurée dans un accident, et qui vit recluse chez lui. Aidé de Louise, son assistante qui lui doit d’être encore belle (il ne reste qu’une cicatrice sous son collier de perles), il enlève des jeunes femmes pour prélever leur épiderme et le transplanter sur Christiane. Genessier et Louise, les figures du mal, sont d'abord associés au noir, vêtus de costumes toujours sombres. Christiane, en revanche, arbore uniquement des robes gracieuses de satin blanc qui font d'elle un précipité de pureté dans un monde criminel. Au contraire de son père, elle représente la douceur et la fragilité. Elle vit en haut du manoir, lorsque son père vit dans les sous-sols. Aux flagellations de son père, elle oppose les caresses. Avec son masque pâle et immobile, elle promène l'inquiétude d'une silhouette féérique, revêtue de la cape blanche des spectres. Elle flotte plus qu'elle ne marche, insaisissable mais réelle. Cependant la complexité de la réalité ne saurait se traduire convenablement sur un mode aussi binaire. Aussi la nature de la couleur blanche peut-elle s’inverser. Cette permutation culmine avec la longue séquence où Genessier et Louise mutilent, dans leurs blouses immaculées, leur dernière victime, Edna. Son visage déjà bien pâle semble blêmir plus encore à chaque nouveau coup de bistouri et coulure de sang. Il n'en reste plus à la fin qu'un greffon aussi blanc que le masque de Christiane. Effroi profond que celui généré par le spectacle de l’intervention, la découpe clinique du visage et de sa greffe, l’exhibition de ce montage impossible. Franju opère à vif.


Image



On constate aujourd’hui à quel point le film restait aux prises avec son époque. Le monde qu’il dépeint est le sien, quand bien même les choix stylistiques de Franju ont pu paraître déconcertants à l’heure où la Nouvelle Vague explosait. Christiane, Edna, Paulette et Jacques, le fiancé de l’héroïne, figurent une jeunesse sacrifiée par des adultes sans scrupules, capables de la détruire tout en professant qu'ils œuvrent pour son bien. Une misère sentimentale (Christiane et Jacques) ou sociale (Edna tombe dans la gueule du loup parce qu'elle cherche une chambre peu onéreuse, Paulette se fait coincer par la police après un vol dérisoire) caractérise ces jeunes gens qui semblent n’avoir d'autre choix, pour se libérer du joug de leurs bourreaux, que de se suicider (Edna) ou de retourner les armes des adultes contre eux (Christiane). La timide et effarouchée Edna forme un pendant avec la triste et nymphomane Florence. Elles représentent une génération perdue qui doit s'abandonner à un mal de vivre transmuté en oisiveté pour tenter de mener son existence. De ce constat amer, les emblèmes du pouvoir ne sortent pas grandies. Les représentants de la police sont tournés en ridicule (le plan échafaudé avec Paulette se solde par un fiasco). Quant à Genessier, il n'imagine pas d'autre voie pour le bonheur de sa fille que de plier la réalité à ses vues. Arrogant et cynique, parfois violent, il est incapable d’assumer ses erreurs et préfère soutenir mordicus l'illusion qu'il peut les effacer. Faut-il voir en lui la concentration des vices et de la brutalité du patriarcat ? Tout porte à le croire, surtout la première séquence dans laquelle il apparaît, tandis qu’il donne une conférence. Il convient de rester attentif au parterre de spectateurs venus l’écouter : hommes d’Eglise, industriels ou notables, tout ce que la société française de l’époque compte de personnalités légitimes est réunie pour se faire miroiter l'espoir d'une jeunesse éternelle.

Face aux Yeux sans Visage, il est évidemment difficile de ne pas penser à Frankenstein. Salle d'opération secrète, manipulation de cadavres, visitation nocturne d'un cimetière, tentation démiurgique du chirurgien, mais aussi révolte de Christiane qui est d'abord une créature tragique dans les mains de son père : nombreux sont les éléments invitant à reconnaître en Genessier une actualisation du célèbre savant de Mary Shelley. La griserie que lui donnent ses réussites maintient longtemps le soupçon qu'il veuille guérir sa fille par souci d'accroître son prestige. On aurait tort pourtant de le réduire à cette dimension, car c'est surtout par amour pour elle qu’il se fait barbare. C'est une infinie tendresse qui le mène sur la voie du sang. Derrière un air fruste et cassant se cache un cœur ardent, enfermé dans une logique d'affection paternelle aveugle. Christiane exprime à l'égard de son géniteur des sentiments beaucoup plus contrastés, et la beauté du film tient en partie au fait que, sous un masque sans expression, se devine une âme tiraillée. Désespérée, haineuse sûrement de lui devoir la ruine de son apparence et de le voir commettre des crimes en son nom, elle n'en est pas moins respectueuse d'un père dans lequel elle est tentée d'espérer. Elle déteste en lui son bourreau ; elle est prête à pardonner beaucoup au sauveur. Autant que de la mélancolie, elle laisse percer une infinie reconnaissance dans la scène où elle peut enfin se montrer en pleine lumière. Muse autant qu’objet, Édith Scob a les yeux paralysants de la Minerve casquée du Testament d’Orphée. Avec son physique de porcelaine, elle concentre à elle seule tout le projet du cinéaste. Le film dessine en creux le portrait de cette actrice, incarnation vivante de la poésie pour Franju — portrait paradoxal car il lui manque un visage. Il développe tout un jeu de variations autour de celui-ci. Sa particularité est à la fois d'être omniprésent et constamment absent, même quand il se donne au regard. La quête de ce dévoilement, moteur du récit, cristallise toutes les thématiques du mystère et de l'étrange, du désir mêlé à la peur de voir. Les visions se fixent sur notre rétine car le réalisateur sait en prélever des fragments, en mouler l’empreinte, en enregistrer les métamorphoses avec la précision de l’inéluctable. Franju est un cinéaste objectif, qui filme personnages et objets simplement parce qu’ils sont là, dans leur présence irréfutable, mystérieuse, opaque. La seule chose qui reste longtemps dérobée au regard du spectateur, qui lui est dissimulée par le hors-champ ou le masque, c’est la figure de Christiane.


Image



Elle n’est visible qu’une fois la greffe réussie. Filmée de manière rapprochée, elle apparaît sans la moindre dramatisation : aucune musique, aucun effet de suspense. L'étrangeté naturelle du visage d'Édith Scob n'en est que plus frappante. Surtout, c'est de son statut même que proviennent le mystère du plan et le sentiment troublant qu'il génère. Genessier a beau dire qu'il s'agit de son "vrai visage", Louise lui trouve un caractère "angélique" qui ne lui appartenait pas auparavant. Il se donne à voir dans un état d'énigme. Faire durer plus longtemps la perception de ce visage, c’était le condamner à perdre sa délicatesse mortifère en laissant le spectateur s'habituer à lui. Alors, sans plus attendre, Franju le rend au terrible de la disgrâce physique et le fait littéralement pourrir devant les yeux du spectateur. À peine Genessier a-t-il avoué à Louise que l'opération a raté que plusieurs photographies de Christiane se suivent, laissant voir un peu plus les ravages de l’œdème sous-cutané qui nécrose le greffon hétéroplastique. La peau se tache, se fendille et devient une chair morte. Les symptômes dermatologiques sont montrés avec le plus scrupuleux des réalismes, en un dispositif qui n’est pas sans faire songer aux rapports médico-légistes. Cette destruction progressive et inexorable est accompagnée en voix off du commentaire expert de Genessier. Un temps proche de la vie, le visage se dissout, entraînant dans sa chute la fin pathétique du film.

C'en est dès lors fini de l'attachement de Christiane pour son père. L'amour qu'il lui porte est de toute manière pathogène : aimer vraiment Christiane devrait conduire Genessier à reconnaître ses limites et à l'aider à vivre au grand jour telle qu’elle est. Il est d'ailleurs symboliquement fort qu'il ait cru nécessaire de la faire passer pour décédée afin d'agir en toute discrétion. Le docteur a en réalité réduit sa fille à l'état de morte-vivante. Parfois auréolée d'une lumière diaphane, Christiane, qu'on voie en elle un ange ou un fantôme, n'est déjà plus de ce monde. Associée à de multiples reprises aux animaux innocents (les colombes légères auxquelles elle ressemble tant, mais aussi les chiens qui servent de cobayes et qu’elle vient embrasser dans leurs cages, portée par une empathie profonde), elle se révolte sur un mode instinctif. Elle tue Louise avec le scalpel qui devait lui rendre le bonheur et livre son père aux chiens. Au risque d'une naïveté dans laquelle il ne sombre pourtant jamais, Franju fait triompher la nature sur la culture, les sentiments pleins et primitifs d'une jeune femme sur les sentiments torturés d'un savant qui pensait dans son délire pouvoir mettre le mal au service du bien. Christiane n'est pourtant pas sauve et c'est pourquoi ce film magnifique est une tragédie : en s'avançant au milieu d’un vol de colombes, elle rejoint un monde qui n'est certainement pas celui des hommes. Dans son grand parc où l’impossible devient probable, Franju libère les cavales blanches de l’imagination.



Image
Dernière édition par Thaddeus le 10 mars 18, 10:21, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
leatherface
Assistant(e) machine à café
Messages : 108
Inscription : 24 avr. 12, 13:04

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar leatherface » 23 juil. 16, 13:37

Addis-Abeba a écrit :Question bête malgré la scéne manquant le bluray de Gaumont vaut quand même le coup ? Image meilleure ? Ou il faut vraiment privilégié le Criterion, meilleur bonus apparemment.

Pour la region B, il faut privilégié Le BFI plutot que le Gaumont,c'est ça ?

Avatar de l’utilisateur
Rick Deckard
Accessoiriste
Messages : 1992
Inscription : 6 janv. 08, 18:06
Localisation : Los Angeles, 2049

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Rick Deckard » 4 déc. 19, 19:23

Image

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 14491
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Les Yeux sans Visage (Georges Franju - 1960)

Messagepar Supfiction » 4 déc. 19, 19:41

Rick Deckard a écrit :Du pouvoir de la suggestion…


On ne pourrait pas rêver meilleure pub pour le film et par extension pour les classiques.