Top 20 films de SF

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85676
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Al

Messagepar Jeremy Fox » 5 févr. 08, 11:09

andrino a écrit : PHILADELPHIA EXPERIMENT de..... je ne sais plus qui!


Stewart Raffill. Excellente série B en effet. Nimitz retour vers l'enfer était très agréable lui aussi

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re:

Messagepar Federico » 8 nov. 13, 22:14

Art Core a écrit :
Spoiler (cliquez pour afficher)
julien a écrit :Voici une autre curiosité tchèque dont les décors ont parait-il, influencés Stanley Kubrick pour le tournage de 2001.

Image

Le titre original du film est en fait Ikarie XB1, réalisé par Jindřich Polák en 1963.

Les américains ont essayé bêtement de se réapproprier le film en refaisant le montage et allant même jusqu'à changer le générique du film en remplaçant les noms tchéques par des noms anglais...

Tous les noms que vous voyez sur l'affiche sont par conséquent complètement bidons !

Le score électronique (qui évoque un peu la musique expérimentale de Bebe et Louis Barron pour PLANETE INTERDITE) a été composé par Zdeněk Liška.

Je viens de découvrir ce film et j'ai beaucoup aimé son charme un peu suranné. Effectivement il y a un côté SF métaphysique qui n'est pas sans rappeler Kubrick ou même Tarkovski (on retrouve l'image d'un homme perdant son humanité et errant dans les couloirs du vaisseau spatial). Effectivement très gros travail sur le son et la musique qui doit être assez innovant pour un film de 1963.
Bref une petite perle de SF avec son ambiance 60ies transposée dans l'espace malheureusement très méconnue.

Je découvre à mon tour ce film méconnu qui est vraiment une curiosité. C'est adapté de Stanisław Lem et la parenté avec Solaris est évidente mais c'est hélas presque tout. Techniquement très beau (scope N&B, décors, effets spéciaux un peu cheap mais discrets et sympas, musique électroacoustique de bon aloi) mais froid, très bavard (et les discussions ne sont pas passionnantes), pas formidablement interprété et tout de même assez chiant. Ça m'a beaucoup fait penser à Raumpatrouille Orion, ce remontage cinéma de la série de SF allemande des années 60, lui aussi en N&B et diffusé il y a quelques années sur Arte. Bref, plus clinique que poétique... à l'énorme différence de(s) Solaris.

Image
La seule jolie frimousse d'une distribution aussi sexy qu'un conseil d'administration chez Skoda


Il y a quelques belles séquences comme la visite du vaisseau à l'abandon avec ses passagers morts depuis des lustres, séquence-type du cinéma de SF à venir (beaucoup aimé le lambeau de peau qui se détache du crâne du général, seul bref instant un peu gore d'un film bien sage). :)

Image
Image


Ou la très kitsch soirée dansante à bord où tout ce joli monde effectue des petites gesticulations saccadées en smokings et robes longues ( :shock: ) sur un jerk électronique low-tempo.

Image
Image
Non non, vous ne rêvez pas. Il s'agit bien d'astronautes en mission pour Alpha Centauri... :mrgreen:


On a même droit à un robot (un peu) rigolo proche cousin du Robbie de Planète interdite ou de celui de la série Lost in space (tête-cloche à fromage transparente avec battoirs à oeufs).

Image


Très possible que certains passages aient impressionné Kubrick et même Tarkovski, comme la forme des compartiments ou... le bébé sur lequel s'achève le film.

Image
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Top 20 films de SF

Messagepar hellrick » 9 nov. 13, 09:04

20 FILMS (Ordre alphabétique)

- 2001 Odyssée de l'espace
- AI Artificial Intelligence
- Alien / Aliens
- L'armée des 12 singes
- Bienvenue à Gattaca
- Blade Runner
- Café Flesh
- Dark City
- La guerre des étoiles (on va dire les 6 !)
- Ghost in the Shell
- Matrix (seulement le 1!)
- Mars attack
- Orange mécanique
- La planète des singes (Schaffner) + La planète des singes les origines
- Predator
- Retour vers le futur (les 3)
- Starship Troopers
- Terminator (les deux premiers en particuliers mais les 3 et 4 en invités d’honneur)
- The Thing (Carpenter)
- Total Recall

ET 30 DE PLUS

Abattoir 5
Abyss
Akira
Brazil
C'était demain
The Cell
Cloud Atlas
Cypher
Cube
E.T.
Flash Gordon
La Guerre des mondes (Spielberg)
L'homme qui rétrécit
Invasion Los Angeles
Le jour où la terre s’arrêta (Wise)
Jurassic Park (1 et 3 j'ai dit 1 et 3 :mrgreen: )
Mad Max 2
La machine à explorer le temps (George Pal mais j’avoue que j’aime bien aussi le remake)
Men In Black
Minority Report
New York 1997
Planète interdite
Rencontre du troisième type
Robocop
Simple Mortel
Soleil vert
Tron
Star Trek: premier contact
Star Trek (reboot 2009)
Stargate

:wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85676
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re:

Messagepar Jeremy Fox » 9 nov. 13, 09:19

Je ne change pas grand chose à part le rajout de Prometheus :oops:

2001 l'odyssée de l'espace (Stanley Kubrick)
Planète interdite (Fred McWilcox)
La Planète sauvage (René Laloux)
Les Maîtres du temps (René Laloux)
Starship Troopers (Paul Verhoeven)
Metropolis (Fritz Lang)
Minority Report (Steven Spielberg)
A.I. (Steven Spielberg)
ET (Steven Spielberg)
Rencontres du 3ème type (Steven Spielberg)
Solaris (Steven Soderbergh)
Stalker (Andrei Tarkovski)
Terminator 2 (James Cameron)
Abyss (James Cameron)
Dark City (Alex Proyas)
Le Géant de fer (Brad Bird)
Star Trek (Robert Wise)
Prometheus (Ridley Scott)
Alien (Ridley Scott)
Le Château dans le ciel (Hayao Myiasaki)


ET

Star Trek les séries

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re:

Messagepar Federico » 9 nov. 13, 19:38

George Costanza a écrit :
julien a écrit :Une mystérieuse maladie qui se déclare à Hambourg et se répand bientôt a travers toute l'Allemagne...
Le nudisme ?

J'ai le droit de rire avec 7 ans de retard ? Oui ? Alors : :uhuh:
Call me Ran-Tan-Plan
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Top 20 films de SF

Messagepar Federico » 9 nov. 13, 21:01

Impossible une nouvelle fois de m'en tenir à 20 donc je mets le reste en spoiler

Planète interdite
Les survivants de l'infini
Solaris (les deux versions mais le Tarkovski est inégalable)
Bienvenue à Gattaca
2001 : l'odyssée de l'espace
Alien
Blade Runner
The thing (Carpenter uniquement bien sûr même si le Hawks/Nyby a du charme)
Invasion L.A.
Totall recall
La planète sauvage
La guerre des étoiles (ep 4 à 6)
La machine à explorer le temps (Georges Pal)
Rencontres du 3ème type
Le jour où la terre s’arrêta (le Wise hein ! Pas sa daube de remake)
Abyss
Tron (Lisberger) pas vu le remake
Terminator 1&2
Predator
RoBoCop
Spoiler (cliquez pour afficher)
Planète hurlante
Aliens
Dune
Runaway, l'évadé du futur
Le chemin des étoiles (Pavel Klouchantsev)
Les soucoupes volantes attaquent
La guerre des mondes (celui d'Haskin pour la madeleine et le Spielberg qui est d'un autre calibre)
Minority report
La vie future
THX 1138 (et le court-métrage de fin d'études à son origine)
Chronopolis (Piotr Kamler)
Rollerball (uniquement le Jewison il va sans dire)
2010 : l'année du 1er contact
Cube
Matrix (même si c'est fumeux, ça reste impressionnant)
La planète des singes
Soleil vert
Retour vers le futur (uniquement le premier et il vieillit de + en + mal)
La jetée (mais je ne supporte pas L'armée des 12 singes)
Le voyage fantastique
Je t'aime, je t'aime
Avalon
Demolition man
Outland
Contact (mais en zappant la fin du voyage qui est à hurler)
Men In Black 1&2
L'homme qui rétrécit
La mouche noire
Dark City
Strange days
Star Trek, le film
C'était demain
Starship troopers
Nimitz, retour vers l'enfer
Abattoir 5
Paprika (Satoshi Kon)
Ghost in the shell


+ plusieurs épisodes de la Twilight Zone (et plus rarement d'Au-delà du réel) qui valent bien des longs-métrages

+ vraiment à part car c'est avant tout un film noir (et un des plus grands de tous) mais son whodunit est un pur élément de SF : En 4ème vitesse

+ des films aux frontières de la SF, de l'anticipation et du fantastique (c'est parfois difficile de classer dans un genre précis) :

Le village des damnés (le 1er même si le Carpenter est tout à fait regardable)
Les enfants des damnés
L'invasion des profanateurs de sépulture
New York 1997
Alphaville
Orange mécanique


[edit] : Oubli honteux et donc rajout bien tardif : eXistenZ
Dernière édition par Federico le 14 mai 15, 12:29, édité 1 fois.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Re:

Messagepar julien » 10 nov. 13, 13:05

Federico a écrit :
George Costanza a écrit :
julien a écrit :Une mystérieuse maladie qui se déclare à Hambourg et se répand bientôt a travers toute l'Allemagne...
Le nudisme ?

J'ai le droit de rire avec 7 ans de retard ? Oui ? Alors : :uhuh:
Call me Ran-Tan-Plan


Et le film tu l'as vu ? Parce qu'il est pas si drôle que ça. Il y a une ambiance assez oppressante tout du long. C'est parfois un peu bricolé, mais bon c'est Allemand ! C'est pas de la superproduction américaine. Le film était passé il y a pas mal d'années sur Arte, c'est comme ça que je l'avais découvert mais je ne l'ai plus revu depuis. Je crois qu'il n'existe toujours pas de dvd en français. C'est une vraie curiosité, un peu comme le film tchèque mais ici le sujet est traité de manière beaucoup plus sérieuse et réaliste. A un moment il y a une séquence très burlesque et surréaliste, dans un bal masqué, où l'on voit une jeune fille qui danse avec la mort. J'adore ce plan. C'est une image assez prophétique.

Image
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Re:

Messagepar Federico » 10 nov. 13, 13:40

julien a écrit :
Federico a écrit :
George Costanza a écrit :
julien a écrit :Une mystérieuse maladie qui se déclare à Hambourg et se répand bientôt a travers toute l'Allemagne...
Le nudisme ?

J'ai le droit de rire avec 7 ans de retard ? Oui ? Alors : :uhuh:
Call me Ran-Tan-Plan

Et le film tu l'as vu ? Parce qu'il est pas si drôle que ça. Il y a une ambiance assez oppressante tout du long. C'est parfois un peu bricolé, mais bon c'est Allemand ! C'est pas de la superproduction américaine. Le film était passé il y a pas mal d'années sur Arte, c'est comme ça que je l'avais découvert mais je ne l'ai plus revu depuis. Je crois qu'il n'existe toujours pas de dvd en français. C'est une vraie curiosité, un peu comme le film tchèque mais ici le sujet est traité de manière beaucoup plus sérieuse et réaliste. A un moment il y a une séquence très burlesque et surréaliste, dans un bal masqué, où l'on voit une jeune fille qui danse avec la mort. J'adore ce plan. C'est une image assez prophétique.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

La maladie de Hambourg ? Je l'ai peut-être vu mais je n'en ai en aucun souvenir. :|
Les films de SF allemands, pour le peu que j'ai pu voir, c'est pas bien folichon...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Re:

Messagepar hellrick » 10 nov. 13, 14:37

Federico a écrit :Les films de SF allemands, pour le peu que j'ai pu voir, c'est pas bien folichon...


On m'a passé le dvd du "Monde sur le fil", faut que je trouve les 3h et des poussières pour le voir. J'aime bien le roman et le Passé Virtuel qui en fut tiré. J'ai un peu peur que ce soit austère à souhait mais bon...
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Top 20 films de SF

Messagepar julien » 10 nov. 13, 15:03

Ah si t'avais vu La Maladie de Hambourg Federico, je pense que tu ne l'aurais pas oublié. Celui-là il sort quand même du lot. Scénario co-signé par Topor en plus. Des films de SF Allemand je crois que j'en ai pas vu d'autres de toute façon. Y'en a un de Fassbinder mais qui est assez assommant d’après ce que j'ai pu comprendre (Je me souviens d'un commentaire de Demi-Lune. :mrgreen: ) et la série Raumpatrouille j'ai jamais vu mais je crains le kitsch un peu trop surranné. Je connais surtout la bo de Peter Thomas qui est assez étonnante dans son mélange pop/jazz/électro.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Top 20 films de SF

Messagepar julien » 10 nov. 13, 15:04

hellrick a écrit :
Federico a écrit :Les films de SF allemands, pour le peu que j'ai pu voir, c'est pas bien folichon...


On m'a passé le dvd du "Monde sur le fil", faut que je trouve les 3h et des poussières pour le voir. J'aime bien le roman et le Passé Virtuel qui en fut tiré. J'ai un peu peur que ce soit austère à souhait mais bon...


Ah ben voila c'était celui-là.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Re:

Messagepar Federico » 10 nov. 13, 15:08

hellrick a écrit :
Federico a écrit :Les films de SF allemands, pour le peu que j'ai pu voir, c'est pas bien folichon...

On m'a passé le dvd du "Monde sur le fil", faut que je trouve les 3h et des poussières pour le voir. J'aime bien le roman et le Passé Virtuel qui en fut tiré. J'ai un peu peur que ce soit austère à souhait mais bon...

Je n'ai pas lu le roman mais bon courage...
Le film (essai ?) SF de Fassbinder contient quelques moments intéressants (l'histoire peut même être considérée comme un lointain précurseur de Matrix et d'Inception) mais c'est globalement pas loin d'être une purge. :?
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13023
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Top 20 films de SF

Messagepar Demi-Lune » 10 nov. 13, 15:50

julien a écrit :Y'en a un de Fassbinder mais qui est assez assommant d’après ce que j'ai pu comprendre (Je me souviens d'un commentaire de Demi-Lune. :mrgreen: )

Ah oui, Le monde sur le fil ! Un suppositoire comme j'en ai rarement senti passer. Paradoxalement, depuis, j'adore perdre mon temps à regarder les films de Fassbinder, tellement je trouve son cinéma auteurichiant impayable. J'ai retrouvé ma critique :mrgreen:

Le monde sur le fil (1973)

Bon, essayons de rester le plus diplomate possible. Je ne vais pas tourner autour du pot, ça m'a été extrêmement pénible. A tel point que, chose rare, j'ai regardé en accéléré x4 (ce qui me semblait du coup être la vitesse normale). Bon sang, faut se les coltiner, les 3h30 de ce "pensum arty", comme dit AtClose. Je ne remets pas en cause le côté novateur de l'histoire. Rétrospectivement, c'est en effet assez impressionnant de voir à quel point les Wachowski ont pompé le film, des grandes lignes à certains détails. Non, vraiment, l'histoire est bonne, visionnaire, riche. Le problème, c'est que Fassbinder n'est absolument pas l'homme de la situation. Avec lui, ça devient bouffi de prétention auteurisante et chiant. Toutes les considérations thématiques nous sont assénées sans vergogne dans des torrents de verbiages pseudo philosophiques épuisants, dont la pédanterie n'a d'égale que la théâtralité. Apparemment Fassbinder avait le Godard d'Alphaville en tête et franchement, ça se sent, pas de doute là-dessus ! Tout est lourd, douloureusement lourd, la moindre idée est surlignée par une tirade masturbatoire, le moindre décor est truffé de miroirs pour bien qu'on comprenne l'imagerie de la dualité, etc. De fait, la richesse de fond est constamment écrasée par les inclinations poseuses du cinéaste. Qu'est-ce que ça a mal vieilli ! S'il n'y avait que ces affreux zooms de nanar italien sur fond de jingle au synthé grésillant. S'il n'y avait que cette direction d'acteurs très... spéciale. Non, le contexte d'anticipation fournit en plus l'occasion de présenter tout ce que le design du début des 70's pouvait faire de plus atrocement kitsch dans le futurisme. La direction artistique est un étalage de mauvais goût comme j'en ai rarement vu, tandis que la photo de Michael Balhaus (oui, le grand Balhaus de Scorsese) propose des images au croisement d'un boulard suédois et d'un épisode du Renard. La facture visuelle de l'ensemble m'a évoqué la série Chapeau melon et bottes de cuir que j'aime beaucoup ; mais au moins la série ne se prenait pas au sérieux, avec sa déco kistch et cheap, ses femmes aux coiffures gonflées ou ses effets rigolos de mise en scène. C'est bien ce qui me déçoit le plus : de voir un bon potentiel scénaristique gâché par des choix artistiques laids, naïfs ou ridicules (ah, la scène du night-club) ; pour, en résultat, un film suffisant qui semble constamment crier "je suis un chef-d’œuvre !". Je suis bien conscient d'être dur, mais cette dureté est à la hauteur de mon agacement ressenti. Seule la fin m'a bien plu. Les acteurs sont à la ramasse et les actrices maquillées comme des tapineuses. J'ai bien peur que ma réconciliation avec Fassbinder ne soit jamais à l'ordre du jour.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Top 20 films de SF

Messagepar Federico » 10 nov. 13, 17:02

Pas mieux en ce qui me concerne...
Spoiler (cliquez pour afficher)
Federico a écrit :Le monde sur le fil (Welt am Draht, 1972)

Je ne suis pas toujours entré facilement dans l'univers de Fassbinder mais ce que j'avais lu sur ce film m'avait intrigué et comme j'aime énormément la SF...

Le cinéma européen des années 70 a une imagerie assez déprimante et c'est encore plus flagrant dans le cinéma allemand. Même avec des décors (vaguement) flashy, rien à faire. Et comme j'ai séjourné à plusieurs reprise en RFA à cette époque, c'est tout à fait conforme à mes souvenirs où régnaient le verre, l'acier, le béton et les tons formica orange-maronnasse. Le grain de l'image 16mm ne fait que renforcer cette désagréable sensation alors que ce sujet réclamait, sinon une netteté clinique à la Kubrick, au moins un traitement à la façon du Cronenberg des débuts (celui de Shivers, par exemple).

Fassbinder abuse des effets de cadrage, de travelings à 360° et de zooms qui deviennent aussi horripilants et gratuits que comiques quand on y a systématiquement droit chaque fois que Klaus Löwitsch (acteur physique mais aussi passionnant qu'une façade de la Commerzbank) tourne la tête. Pour paraphraser je ne sais plus quel afficionado de l'Ovalie : Le zooming est tout de même à la prise de vue ce que le drop est au rugby : une éjaculation précoce. Il abuse aussi de plans travaillés sur-signifiants et d'une lourdeur de mammouth (visages se croisant entre premier et arrière plan, opposition personnage allongé/personnage debout etc. mais n'est pas Bergman qui veut).

La prise de son est infecte, probablement post-synchronisée sans tenir compte du contexte et le chargé des effets sonores n'est pas doué (on a l'impression de le voir taper sur des planches et des plaques de verre pour rendre - très mal - le son de pas sur le lino ou la pose d'un verre sur une table). Même cata pour les sons électroniques qui tombent comme un cheveu sur un circuit imprimé.

Bizarrement (et sans penser un instant à autre chose qu'à une bête comparaison), cette désincarnation et/ou cette froideur m'ont fait penser par moment aux cinémas de Jacques Tati et d'Antonioni. J'ai pensé à Tati en revoyant dernièrement Playtime, son design de catalogue Knoll et ses bruitages.

C'est bavard et ennuyeux. Les acteurs (pour la plupart familiers des films de Fassbinder) sont tous sous Tranxène, totalement mono-expressifs. Et, de plus, d'une laideur rare. Le pompon pour la pulpo-vulgos actrice, caricature de blonde et qui ressemble à une Frédérique Bel gonflée à l’hélium. Je ne m'étais pas autant emmerdé depuis Le camion de Duras et la finale de Roland Garros 1982 entre Wilander et Vilas. :evil: Le ridicule est souvent frôlé voire dépassé comme la scène en boîte de nuit où la bimbo survitaminée se love au milieu de culturistes Noirs prenant la pose.

Une énorme déception. Aussi glacial et désincarné que le "recut" de Raumpatrouille. Un Derrick chez K. Dick. On devine l'influence d'Alphaville qui lui aussi montrait un futur proche froid comme le béton (notamment les scènes en voiture, de loin les plus intéressantes du film, les plans de couloirs et l'apparition - un peu cheap - d'Eddie Constantine) mais avec une toute autre force évocatrice et poétique.

Oser comparer ce nanar pas drôle à Matrix*, Inception (que je n'ai pas vu, ceci dit) et pour quoi pas à Total Recall est limite une arnaque. A un moment, le personnage central évoque la réalité floue de la théorie du "Je pense donc je suis" (ou plutôt du "Je pense que les autres sont donc ils sont") en posant le cas d'une personne qui aurait un ami qui disparaîtrait subitement et tout le monde autour semblerait alors ne l'avoir jamais connu. Eh bien en 20mn, ce postulat fantastique avait donné un des meilleurs épisodes de la 1ère saison de la Twilight Zone : And When the Sky Was Opened. Fassbinder aurait mieux fait de s'attacher les services de Rod Serling et Richard Matheson.

Bon, j'avoue que le peu que je connais de l'oeuvre de Fassbinder a tendance à me déprimer. J'avais plutôt aimé Le mariage de Maria Braun, Lili Marleen et Le secret de Veronika Voss, beaucoup moins Querelle. Mais ça remonte à 30 ans et je n'ai pas franchement envie de les revoir. Je sais que le cinéaste, décédé prématurément, a acquis depuis un statut d'intouchable (il avait déjà une côte énorme de son vivant parmi les cinéphiles). On me répondra que c'est aussi le cas de Jean Eustache mais pour moi, il n'y a pas photo entre les deux.

Ce pensum à se pendre m'a surtout donné envie de revoir le très dérangeant et contemporain Das Millionenspiel, également réalisé pour la télévision allemande mais qui est, lui, une véritable réussite d'anticipation germanique. Ou les cérébraux, parfois un peu apathiques mais autrement plus maîtrisés et troublants Je t'aime, je t'aime de Resnais ou Un soir, un train de Paul Delvaux.

(*) Le fait que les personnages en voyage virtuel soient contactés et ramenés au monde réel par téléphone...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Top 20 films de SF

Messagepar daniel gregg » 10 nov. 13, 17:22

The man from planet X (Edgar Ulmer)
Le météore de la nuit (Jack Arnold)
The blob (Irvin S.Yeaworth)
Planète interdite (Fred M.Wilcox)
Les survivants de l'infini (Joseph M.Newman)
Bienvenue à Gattaca (Andrew Niccol)
Le monde tremblera : Richard pottier
The thing (H.Hawks)
La mouche noire (K.Neumann)
Invasion of the body snatchers (Don Siegel)
The monolith monsters ( John Sherwood)
Panic in year zero (Ray Milland)
La guerre des mondes (S.Spielberg)
Le jour où la Terre s'arrêta (Robert Wise)
Beyond the time barrier (Edgar Ulmer)
Them ! (Gordon Douglas)
L'homme qui retrécit (Jack Arnold)
Village of the damned (Wolf Rilla)
Alien (Ridley Scott)
The day the earth caught fire (Val Guest)