Les Westerns 2ème partie

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 20225
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Major Tom » 3 juin 12, 03:36

Jeremy Fox a écrit :
O'Malley a écrit :Autre réussite méconnue du western:
Le sherif ne pardonne pas de Barry Shear (1972). Le parcours de ce sherif, obnibulé par son désir de vengeance jusqu'à en perdre toute humanité, et formidablement interprété par Richard Harris, est un des meilleur représentant du genre dans les années 70. Certes, le film abuse un peu trop de zooms inutiles à mon souvenir (mais l'époque s'y prêtait) mais Shear donne une densité sauvage au très ambigu et complexe scénario de Samuel Fuller. La violence est portée à son paroxysme et les paysages semi-déseriques de la frontière américano-mexicaine très bien mis en valeur. Et puis l'ouverture du film, composée d'une succession d'images fixes ,assez étonnante.

The Deadly Trackers. Je dois avouer ne pas avoir accroché du tout ; pour être franc, on peut même dire que j'ai fait un total rejet. :oops: Mais il est vrai aussi que c'est le style de mise en scène et d'esthétique (forte influence italienne il me semble) avec lesquels j'ai vraiment du mal.

Ce qui m'a choqué, même si le présentateur nous en avertissait avant le film, ça a été de voir Richard Harris imiter Brando. Aïe aïe aïe... c'est peut-être ce qu'il y a de pire car ça ne passe pas du tout (on dirait une parodie). Vu hier, un film qui commence en images gelées avec les dialogues en fond, comme un roman photo (tout ce qui reste des scènes tournées par Fuller), ce qui donne d'emblée un aspect involontairement comique... Le reste, bon... bref... :|
Image
Clique ici... et ta vie va changer pour toujours

L'étranger...
Introduit au Festival de Cannes
Messages : 8458
Inscription : 13 avr. 03, 08:31
Localisation : Dans le dos de Margo et Roy !

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar L'étranger... » 4 juin 12, 08:54

Révolte au Mexique : Voilà le seul western de Budd Boetticher que je n'avais pas encore vu, alors, ce n'est pas aussi mauvais que je le pensais, c'est juste un petit film sans aucune surprise et il me tardait quand même que ça finisse, d'autant plus que la copie du film est très mauvaise, du coup on ne voit rien aux -nombreuses- scènes nocturnes, ça n'aide pas. Bref, un film sans âme, filmé mollement avec une histoire ultra balisée, donc oui, c'est très moyen mais on est loin de son ultime western, Qui tire le premier, qui est pour moi une véritable purge.

Le grand chef : Tout d'abord je tiens à dire que la copie du film est superbe, ça fait du bien aux yeux après le film de Boetticher qui m'avait presque rendu aveugle ! Bon pour ce qu'il en ai du film, Georges Sherman essaye de nous offrir une fresque historique dans la lignée d'un Ben-Hur, Quo-Vadis et autres superproductions hollywoodiennes de l'époque, mais ça manque de moyen et ça se voit. L'histoire racontée est pourtant très proche des faits historiques avec le "massacre de Fetterman", la "bataille de la Rosebud", celle de"Little Big Horn", mais comme je l'ai dit tout cela manque d'ambition du coup ça tombe à plat. Victor Mature à beau prendre des postures nobles régulièrement, ça ne marche pas, Sherman passe à côté d'un bon sujet et d'un bon film, dommage.

L'homme du Nevada : Bon après les deux précédents westerns, il me fallait une valeur sûre avec cette réalisation de Gordon Douglas et je n'ai pas été déçu. Certes le film n'est proposé qu'en 4/3 vu que la copie d'origine a été détruite dans un incendie du studio (dixit un message au début du film), mais la copie est de toute beauté et puis moi, les histoires de formats vous savez !!! Le film a beau être balisé (une histoire assez classique) on ne se laisse embarqué sans problème, c'est bien interprété, Randolph Scott est parfait et les seconds rôles sont excellents, c'est bien réalisé, je n'en attendais pas moins de G.Douglas, et le tout est bien monté, les péripéties s'enchaînent de la plus belle manière jusqu'à la fin. J'ai donc retrouvé le sourire et je ne peux que conseillé ce bon petit western aux aficionados du genre !
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87850
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Jeremy Fox » 4 juin 12, 08:59

L'étranger... a écrit :Révolte au Mexique : Voilà le seul western de Budd Boetticher que je n'avais pas encore vu, alors, ce n'est pas aussi mauvais que je le pensais, c'est juste un petit film sans aucune surprise et il me tardait quand même que ça finisse, d'autant plus que la copie du film est très mauvaise, du coup on ne voit rien aux -nombreuses- scènes nocturnes, ça n'aide pas. Bref, un film sans âme, filmé mollement avec une histoire ultra balisée, donc oui, c'est très moyen mais on est loin de son ultime western, Qui tire le premier, qui est pour moi une véritable purge.

Le grand chef : Tout d'abord je tiens à dire que la copie du film est superbe, ça fait du bien aux yeux après le film de Boetticher qui m'avait presque rendu aveugle ! Bon pour ce qu'il en ai du film, Georges Sherman essaye de nous offrir une fresque historique dans la lignée d'un Ben-Hur, Quo-Vadis et autres superproductions hollywoodiennes de l'époque, mais ça manque de moyen et ça se voit. L'histoire racontée est pourtant très proche des faits historiques avec le "massacre de Fetterman", la "bataille de la Rosebud", celle de"Little Big Horn", mais comme je l'ai dit tout cela manque d'ambition du coup ça tombe à plat. Victor Mature à beau prendre des postures nobles régulièrement, ça ne marche pas, Sherman passe à côté d'un bon sujet et d'un bon film, dommage.

L'homme du Nevada : Bon après les deux précédents westerns, il me fallait une valeur sûre avec cette réalisation de Gordon Douglas et je n'ai pas été déçu. Certes le film n'est proposé qu'en 4/3 vu que la copie d'origine a été détruite dans un incendie du studio (dixit un message au début du film), mais la copie est de toute beauté et puis moi, les histoires de formats vous savez !!! Le film a beau être balisé (une histoire assez classique) on ne se laisse embarqué sans problème, c'est bien interprété, Randolph Scott est parfait et les seconds rôles sont excellents, c'est bien réalisé, je n'en attendais pas moins de G.Douglas, et le tout est bien monté, les péripéties s'enchaînent de la plus belle manière jusqu'à la fin. J'ai donc retrouvé le sourire et je ne peux que conseillé ce bon petit western aux aficionados du genre !


Quasiment tout pareil quoi :wink:
Mais tu as bien vu le Douglas au bon format car le film a été tourné en 1.37 (4/3) : le format large n'est arrivé qu'en 1953 : Sidonis a marqué n'importe quoi sur son DVD :wink:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87850
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Jeremy Fox » 4 juin 12, 09:02

D'ailleurs en avant première vu que le test n'est pas encore en ligne sur le site, j'écrivais ça :

Pourquoi un éditeur aussi sympathique que Sidonis, Calysta ou SGGP (vous pouvez le nommer d’un de ses trois noms) accumule t’il autant d’erreurs sur ses jaquettes ou autant de fantaisies dans ses annonces ? Ici, il dit nous proposer la copie 1.33 à défaut de la copie 1.85 (qui aurait brulé lors de l’incendie des studios) alors que ce dernier format n’existait encore pas à l’époque ? Bref, pour cette fois, l’erreur est en faveur du spectateur qui découvre bien le film dans son format d’origine. Ajoutez à ça une copie d’une grande propreté, remarquablement définie et compressée ; le résultat est franchement heureux pour le westernophile.

L'étranger...
Introduit au Festival de Cannes
Messages : 8458
Inscription : 13 avr. 03, 08:31
Localisation : Dans le dos de Margo et Roy !

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar L'étranger... » 4 juin 12, 09:03

Jeremy Fox a écrit :Quasiment tout pareil quoi :wink:
Mais tu as bien vu le Douglas au bon format car le film a été tourné en 1.37 (4/3) : le format large n'est arrivé qu'en 1953 : Sidonis a marqué n'importe quoi sur son DVD :wink:


Ah oui, c'est vrai, tu l'avais déjà signalé en plus.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12679
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar hellrick » 19 juin 12, 18:50

MEFIE TOI BEN, CHARLIE VEUT TA PEAU

Image

Suite au triomphe de POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS, le western s’impose, à la fin des années ’60, comme le genre incontournable de la Péninsule, balayant l’épouvante gothique et le péplum. Durant la seule année 1968, particulièrement féconde, quatre-vingt (!) westerns seront réalisés en Europe, dont une poignée de classiques comme AVEC DJANGO LA MORT EST LA, SALUDOS HOMBRE, DJANGO PREPARE TON CERCUEIL, SARTANA et, bien sûr, IL ETAIT UNE FOIS DANS L’OUEST. Mais, dès l’année suivante, le déclin s’amorce : la production se réduit de moitié (« seulement » 38 réalisations) et le genre tente de se renouveler en flirtant avec le fantastique (DJANGO LE BATARD), le thriller politique (TEXAS) ou les gadgets à la James Bond (SABATA).
Le début des années ’70 est toutefois marqué par un sursaut quantitatif (plus de cinquante titres tournés en 1972) mais également par un glissement quasi généralisé vers la parodie et le comique « fayot ». Dans ce contexte, MEFIE TOI BEN, CHARLIE VEUT TA PEAU constitue une sorte de charnière entre le western « sérieux » et les déclinaisons humoristiques lourdingues à la TRINITA. Ici, les gags fonctionnent agréablement et s’avèrent plus fins et travaillés que les sempiternelles bagarres de saloon, concours de flatulences et autres dégustations de fayots. L’ensemble s’apparente surtout à un récit truculent, quasiment initiatique, dans lequel les protagonistes vivent mille et une aventures improbables et gagnent une fortune pour se retrouver, au final, aussi pauvres qu’au début mais riches de dizaines de récits à partager.

Le jeune et énergique Ben (Guiliano Gemma) sort de prison et un de ses amis, Charlie (George Eastman), l’accueille chaleureusement…à coups de poings ! Les deux compères finissent cependant par se réconcilier et décident de braquer une banque. Ils emportent une grosse somme d’argent et embarquent à leur côté un modeste comptable, surnommé 3%, tenté par la grande aventure du banditisme après des années de servitude acceptée auprès d’un patron tyrannique. Bientôt le trio se voit traquer de toutes part, tant par les représentants de la loi que par d’autres bandits, fort peu recommandables et dangereux. Après le meurtre de 3%, l’escalade de la violence parait inévitable.

Cette oeuvrette plaisante confirme que Michele Lupo a donné au western italien de belles réussites dans des domaines divers. Il explore ici une veine plus volontiers comique mais ne cède pas pour autant à la facilité. Moins connu que ses deux autres collaborations avec Gemma, à savoir l’efficace ARIZONA COLT et le crépusculaire ADIOS CALIFORNIA, ce modeste MEFIE TOI BEN, CHARLIE VEUT TA PEAU n’en demeure pas moins une série B plaisante et enlevée. Les péripéties s’y enchainent, en effet, de manière frénétique, parfois au détriment de l’intrigue, un peu brouillonne ou confuse, mais sans le moindre temps mort.

Aux côtés de l’excellent, Guiliana Gemma, véritable star du western à l’italienne, toujours sympathique et convaincant, le film réserve à George Eastman, complice habituel de Joe d’Amato (notamment sur ANTROPOPHAGOUS et HORRIBLE), un rôle plein de verve. Notons d’ailleurs qu’Eastman signe également le scénario de MEFIE TOI BEN, CHARLIE VEUT TA PEAU, sous son véritable nom de Luigi Montefiori, et que Joe d’Amato s’occupe de la belle photographie. Marisa Mell effectue, pour sa part, une courte apparition, plus décorative que nécessaire, qui nous permet cependant de revoir la belle actrice de DANGER DIABOLIK et PERVERSION STORY. Enfin, Giacomo Rossi-Stuart (OPERATION PEUR) est également de la partie dans le rôle d’un détective de la fameuse agence Pinkerton.

Si la bonne humeur domine, Michele Lupo ne verse jamais dans la farce bouffonne et la tragédie s’invite peu à peu dans l’intrigue, en particuliers lors de la dernière demi-heure, beaucoup plus dramatique. Au fil de la projection, en effet, les gags s’espacent et les dures réalités de l’Ouest rattrapent nos trublions, Ben et Charlie étant confronté à la traitrise et à la violence. Les protagonistes perdent ainsi leur innocence et rencontrent une bande de bandits, loin d’être « au grand cœur », avec lesquels l’affrontement sera, finalement, inéluctable. Un cheminement qui, toute proportion gardée, se rapproche davantage de MON NOM EST PERSONNE que de ON L’APPELLE TRINITA, Michele Lupo ne sacrifiant jamais son propos sur l’autel de la bouffonnerie et de l’auto-parodie facile.

Loin d’un incontournable du western à l’italienne, MEFIE TOI BEN, CHARLIE VEUT TA PEAU s’impose néanmoins comme un bon exemple de cinéma populaire et son unique prétention consiste à divertir le spectateur durant une centaine de minutes. En dépit de quelques faiblesses, le pari s’avère globalement réussi et la vision de ce charmant petit métrage est, par conséquent, vivement conseillée pour les amateurs de spaghetti. A découvrir.

Le film a eu droit à une édition dvd zone 2 sous le titre de BEN ET CHARLIE.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7820
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Eusebio Cafarelli » 25 juin 12, 10:36

À écouter cette semaine sur France Culture : La Fabrique de l'histoire sur le western
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-western-anatomie-d-un-genre-13-2012-06-25
Image

Avatar de l’utilisateur
Jack Burns
Assistant(e) machine à café
Messages : 222
Inscription : 19 déc. 08, 11:05

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Jack Burns » 1 juil. 12, 14:41

Eusebio Cafarelli a écrit :À écouter cette semaine sur France Culture : La Fabrique de l'histoire sur le western
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-western-anatomie-d-un-genre-13-2012-06-25


merci pour ton info... :wink:

Avatar de l’utilisateur
Jack Burns
Assistant(e) machine à café
Messages : 222
Inscription : 19 déc. 08, 11:05

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Jack Burns » 1 juil. 12, 14:59

je viens de visonner le Grand Chef et malgré le coté un peu naif de certaines scenes j avoue ne pas m etre du tout ennuyé , un beau livre d images magnifié par le dvd...
le shériff du forum et ses adjoints auraient ils un avis sur Sitting bull de Salkow , j ai lu que le dvd n est pas fameux mais qu en est il du film ?... :wink:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87850
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Jeremy Fox » 1 juil. 12, 15:01

Jack Burns a écrit : le shériff du forum et ses adjoints auraient ils un avis sur Sitting bull de Salkow , j ai lu que le dvd n est pas fameux mais qu en est il du film ?... :wink:


Jamais vu car je n'avais pas envie d'acheter ce DVD ; il ressort chez Sidonis en septembre

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18889
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Rick Blaine » 1 juil. 12, 15:08

Jeremy Fox a écrit :
Jack Burns a écrit : le shériff du forum et ses adjoints auraient ils un avis sur Sitting bull de Salkow , j ai lu que le dvd n est pas fameux mais qu en est il du film ?... :wink:


Jamais vu car je n'avais pas envie d'acheter ce DVD ; il ressort chez Sidonis en septembre


Même chose, j'attends septembre! :wink:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87850
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Jeremy Fox » 30 sept. 12, 10:41

Jack Burns a écrit :je viens de visonner le Grand Chef et malgré le coté un peu naif de certaines scenes j avoue ne pas m etre du tout ennuyé , un beau livre d images magnifié par le dvd...
le shériff du forum et ses adjoints auraient ils un avis sur Sitting bull de Salkow , j ai lu que le dvd n est pas fameux mais qu en est il du film ?... :wink:


Avant mon avis plus complet mercredi matin au plus tard, je peux déjà te dire que c'est un bon western pro-indien, bien plus passionnant et moins naïf (voire ridicule) que le médiocre film de George Sherman. La bataille de Little Big Horn donne lieu à des scènes d'action avec nombreuse figuration et pas mal de panache, les personnages sont intéressants ainsi que l'intrigue. Une plutôt bonne surprise avec honnête utilisation du scope.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Howard Hughes
Messages : 15468
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Supfiction » 6 oct. 12, 01:27

Jack Burns a écrit :je viens de visonner le Grand Chef et malgré le coté un peu naif de certaines scenes j avoue ne pas m etre du tout ennuyé , un beau livre d images magnifié par le dvd...


J'ai cru une seconde que vous parliez de ...
Image

Désolé. :uhuh:

Avatar de l’utilisateur
Julien Léonard
Duke forever
Messages : 11844
Inscription : 29 nov. 03, 21:18
Localisation : Hollywood

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Julien Léonard » 18 oct. 12, 14:03

Hier j'ai enfin regardé Fort massacre. Je sais qu'il n'avait pas trop plu à Jeremy et Rick, mais pour ma part je le défendrais plutôt. Cela n'a sans aucun doute pas la stature des meilleures séries B du genre, celles de Boetticher, De Toth ou Douglas, par exemple (on n'est pas dans la même cour), mais c'est très dignement mené et très intéressant.

La mise en scène est plate, mais le scope permet une esthétique générale aérée assez belle, d’autant que les paysages sont bien filmés. Le scénario n'a pas de réels enjeux, c'est peut-être cela qui calme un peu les spectateurs. Les personnages ont beau être à la recherche d'un point à atteindre (un fort militaire), on penserait plutôt qu'ils errent à la recherche d'une improbable oasis chimérique.

Car tout le film est construit autour de la personnalité du sergent incarné par Joel McCrea. Qui est cet homme ? Et surtout que fait-il ? Dès le départ, il y a un malaise, nous ne sommes pas en confiance, il n'a rien du sous-officier courageux et posé sur lequel on se repose volontiers. C'est un homme insaisissable, peu enclin à se lier (excepté à l'un de ses hommes, plus compréhensif que les autres), dont les actes de violence sont soudains et dictés par une haine farouche. Une sorte de Ethan Edwards en mode mineur, et surtout irrattrapable pour la société. La souffrance liée à la perte de sa femme et de ses enfants dans des conditions atroces a fait son œuvre, il n'est plus un homme raisonnable. Il sacrifie ses hommes sans trop se soucier d'eux, sans trop jamais donner l'impression d'y avoir une part de responsabilité (sauf dans la dernière séquence, celle où il déclenche sciemment les hostilités), et surtout en "emportant leur temps". Ces montres qu'il ramasse sur ces hommes et collectionne sous son uniforme sont autant un fardeau impitoyable (avec lequel il doit vivre) que du temps arraché à la mort pour continuer ses propres desseins vengeurs. J'ai trouvé que c'était intéressant comme image, surtout quand l'un de personnages principaux à la fin lui retire cette grappe de montres dont le tic tac se fait insistant une fois retiré de l'uniforme.

Joel McCrea est formidable, comme d'habitude. Sobre, efficace, un acteur professionnel dont le naturel est indéniable. Il est dommage qu'il n'ait jamais tourné avec Budd Boetticher, je reste à peu près certain que leur collaboration aurait été fructueuse. Peut-être pas autant qu'avec Randolph Scott (qui joue sur d'autres sentiments, d'autres cordes), mais tout de même...

Fort massacre n'est pas le western du siècle, et il possède certains défauts de vitesse et de narration tout à fait visibles. Mais de bons dialogues, de bonnes idées (l'indien désarmé avec son carquois vide), de beaux décors naturels arides et une troupe de bons acteurs lui donnent une mesure malaisante, poussiéreuse et convaincante qui fait très bel effet.

Une série B intelligente, une de plus.
Image

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18889
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Les Westerns 2ème partie

Messagepar Rick Blaine » 18 oct. 12, 18:52

Julien Léonard a écrit :Car tout le film est construit autour de la personnalité du sergent incarné par Joel McCrea. Qui est cet homme ? Et surtout que fait-il ? Dès le départ, il y a un malaise, nous ne sommes pas en confiance, il n'a rien du sous-officier courageux et posé sur lequel on se repose volontiers. C'est un homme insaisissable, peu enclin à se lier (excepté à l'un de ses hommes, plus compréhensif que les autres), dont les actes de violence sont soudains et dictés par une haine farouche. Une sorte de Ethan Edwards en mode mineur, et surtout irrattrapable pour la société. La souffrance liée à la perte de sa femme et de ses enfants dans des conditions atroces a fait son œuvre, il n'est plus un homme raisonnable. Il sacrifie ses hommes sans trop se soucier d'eux, sans trop jamais donner l'impression d'y avoir une part de responsabilité (sauf dans la dernière séquence, celle où il déclenche sciemment les hostilités), et surtout en "emportant leur temps". Ces montres qu'il ramasse sur ces hommes et collectionne sous son uniforme sont autant un fardeau impitoyable (avec lequel il doit vivre) que du temps arraché à la mort pour continuer ses propres desseins vengeurs. J'ai trouvé que c'était intéressant comme image, surtout quand l'un de personnages principaux à la fin lui retire cette grappe de montres dont le tic tac se fait insistant une fois retiré de l'uniforme.

Joel McCrea est formidable, comme d'habitude. Sobre, efficace, un acteur professionnel dont le naturel est indéniable. Il est dommage qu'il n'ait jamais tourné avec Budd Boetticher, je reste à peu près certain que leur collaboration aurait été fructueuse. Peut-être pas autant qu'avec Randolph Scott (qui joue sur d'autres sentiments, d'autres cordes), mais tout de même...


Je le trouve intéressant ce personnage, vraiment. Mais il y a l'emballage. J'ai trouvé la narration et la mise en scène particulièrement plates, comme tu le soulignes un peu, et j'ai fini par me désintéresser de cette aventure. dommage parce qu'effectivement, je trouve que McCrea y est très bon.