L'homme aux colts d'or (Edward Dmytryk - 1959)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Margo

L'homme aux colts d'or (Edward Dmytryk - 1959)

Messagepar Margo » 6 déc. 05, 15:53

Classik a le plaisir d'accueillir un nouvelle signature, celle de Blaisdell - qui s'attache au film d'Edward Dmytryk, L'Homme aux Colts d'Or(Warlock) sorti il y a quelques semaines chez Sidonis.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87395
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 6 déc. 05, 16:02

Encourageons Blaisdell à continuer sur sa lancée car son premier texte est franchement très intéressant et bien documenté.

Concernant le film, je regrette un peu que la mise en scène de Dmytryk n'ait pas été du niveau du passionnant scénario qu'il avait en main mais il s'en sort quand même remarquablement bien. J'ai pu revoir pas plus tard que ce Week end la scène du duel : elle est vraiment splendidement filmée, montée et rythmée.

Son autre western, La Lance brisée, dans un tout autre ton (tragédie familiale) est lui aussi une belle réussite mais Warlock pourrait être son meilleur film d'assez loin.

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 12088
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Messagepar Jack Griffin » 6 déc. 05, 16:22

Bravo à blaisdell dont j'attend un texte sur La chute de l'empire romain :P

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87395
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 6 déc. 05, 16:29

Image



L'homme aux colts d'or (Warlock - 1959) de Edward Dmytryk
20TH CENTURY FOX



Avec Henry Fonda, Richard Widmark, Anthony Quinn, Dorothy Malone
Scénario : Robert Alan Aurthur d'après un roman de Oakley Hall
Musique : Leigh Harline
Photographie : Joseph MacDonald (DeLuxe 2.35)
Un film produit par Edward Dmytryk pour la 20th Century Fox


Sortie USA : 01 avril 1959


La petite ville minière de Warlock est terrorisée par les cow-boys d'Abe McQuown (Tom Drake), ce dernier faisant peser son joug sur la cité depuis un certain temps. A chaque venue des cow-boys du ranch San Pablo en ville, la violence éclate. Ce jour-là, ils font fuir le nouveau shérif après l’avoir humilié devant toute la population, terrée derrière ses fenêtres. En effet, la peur que ces hommes font naître aboutit à ce que personne n’intervient jamais, chacun étant trop soucieux de rester en vie. Pour que cela cesse, les habitants décident donc de faire appel à un célèbre as de la gâchette, Clay Blaisdell (Henry Fonda). Ce dernier arrive peu de temps après en compagnie de son ami et associé Tom Morgan (Anthony Quinn). Après que le comité des citoyens se soit réuni, il est décidé que Clay aura les mains libres pour mettre fin aux agissements de McQuown et de ses turbulents cow-boys. Blaisdell remet assez rapidement de l’ordre dans la petite bourgade mais les citoyens qui ont loué ses services commencent à ne plus beaucoup apprécier sa présence, les méthodes employées n’étant guère plus honorables que celles de ses ennemis et aayant peur qu'il prenne à son tour les rênes de leur ville. On espère désormais vite s’en débarrasser d’autant qu’un nouveau shérif a été entre temps recruté dans les règles, le jeune Johnny Gannon (Richard Widmark), ex-membre repenti de la bande du San Pablo. Gannon compte faire respecter la loi coûte que coûte, devant pour se faire s'opposer à la fois à ses anciens acolytes ainsi qu'au nouvel ordre instauré par le 'régulateur' Blaisdell…


Image


Au sein cette description de l’intrigue, n’ont été abordés ni les personnages féminins, ni les seconds rôles, ni même les relations complexes qui existent ou se tissent entre les différents protagonistes. Autant dire la richesse du scénario signé Robert Alan Aurthur, parait-il très fidèle au roman de Oakley Hall, traduit tout récemment pour la France. Doit-on utiliser les même procédés que des assassins pour faire régner le fameux ‘Law and Order’ ? Si une telle réflexion sur la loi, l’ordre et la justice a déjà été mise à l’honneur à de nombreuses reprises durant cette décennie et avec au moins autant d’intelligence (Wichita de Jacques Tourneur, The Proud Ones de Robert D. Webb…), le film de Dmytryk s’en démarque par la mise sur le devant de la scène de trois protagonistes principaux d’égal importance et les relations passionnantes qui les unissent. Aux États-Unis, nous ne sommes que le 1er avril le jour de la sortie du film dans les salles ; les passionnés de western devaient alors probablement se dire qu’ils assistaient à un cru 1959 exceptionnel en la matière. Si le nombre de western produit a légèrement baissé, qualitativement, le millésime1959 s’annonce donc brillant, bien plus gouteux en tout cas que le précédent. Jamais plus ensuite les aficionados n’auront la chance de voir autant de bons westerns en une seule année. Jugez plutôt après seulement un trimestre de westerns ! Après Good Day for a Hanging, le meilleur western de Nathan Juran (qui avait pourtant déjà deux ou trois très belles réussites à son actif), les amateurs allaient encore découvrir la dernière incursion de Delmer Daves dans le genre (l’intrigant La Colline des potences), un honnête cru Jack Arnold (Une Balle signée X), le fabuleux chef-d’œuvre de Budd Boetticher (La Chevauchée de la vengeance), un western d'Howard Hawks allant devenir l’un des plus grands classiques du genre avec Rio Bravo, et enfin allaient pouvoir constater que Michael Curtiz était encore capable de réaliser un western très attachant avec (Le Bourreau du Nevada). L’Homme aux colts d’or allait poursuivre cette excellente série ; il pourrait d’ailleurs s’agir du meilleur film de l’inégal Edward Dmytryk.


Image


Après 20 années derrière la caméra et quelques 25 longs métrages à son actif, Edward Dmytryk réalise avec Warlock son deuxième western. Voilà un cinéaste dont l’évolution de carrière demeure assez étrange (et je ne parle pas ici - ou très rapidement pour m’en débarrasser - de son adhésion au Parti Communiste, de sa mise à l’index par la Commission des Activités Anti-américaines, de son exil en Angleterre ni de ses dénonciations après avoir fait partie de la ‘liste des dix’ ; comme pour Elia Kazan, il y a désormais prescription et ces ‘frasques’ extra-cinématographiques ne devraient pas nous concerner lorsque l’on parle de leurs œuvres). Artistiquement parlant donc (après une bonne dizaine de films totalement inconnus), révélé en 1944 par Adieu ma belle (Murder My Sweet), film noir d’un baroquisme plastique assez délirant, on aurait pu croire que le cinéaste allait devenir l'un des grands formalistes hollywoodiens ; ce qui ne sera en définitive pas du tout le cas, beaucoup de ses films suivants sombrant souvent au contraire dans un académisme un peu pesant et ennuyeux ; et notamment dans la période qui sépare ses deux premiers westerns, La Lance brisée et celui qui nous concerne ici. Dmytryk s'avèrera la plupart du temps un bon technicien et le faire-valoir de brillants interprètes (ici, non moins que Henry Fonda, Anthony Quinn, Dorothy Malone et Richard Widmark), sa direction d’acteur se révélant parfaite, mais pas un metteur en scène marquant. Ce qui donne pour résultat une filmographie pas forcément désagréable mais dont la plupart des titres ont du mal à nous passionner plus avant. Ses œuvres, souvent ambitieuses au départ, manquent pour une grande majorité d'entre elles d’ampleur, de rythme et plus globalement… de vie et de passion. Si j’ai longtemps fait la moue face également à L’Homme aux colts d’or, j’estime désormais qu’il fait exception à la règle, l’appréciant de plus en plus au fur et à mesure des visions.


Image


La richesse et la densité psychologique de l’écriture étant néanmoins le point fort du film, concentrons nous avant tout sur le scénario ainsi que sur ses trois protagonistes principaux. Attention donc aux spoilers ! Le film débute par l’arrivée d’une bande de cow-boys en ville, venant pour humilier son homme de loi et le faire fuir. Le patron de la bande, qui n’est autre qu’un rancher, s’est érigé en tyran local et ne supporte pas qu’un autre que lui domine la région ; chaque fois que sa totale liberté (qu’il estime légitime) est entravée par la nomination d’un nouveau shérif, il se charge de le faire déguerpir au plus vite. On devine dès les premiers plans que l’un des cow-boys se met un peu en retrait, ne supportant pas vraiment le comportement du groupe auquel il appartient ; il semble las de la dictature de son patron ainsi que des frasques de ses ‘collègues’ dont son frère cadet fait partie. Ce jeune homme, c’est Johnny Gannon, remarquablement interprété par Richard Widmark et qui, à partir du moment où débute le film (car son passé est extrêmement trouble), représente le seul protagoniste entièrement noble et positif du film, un personnage d’une extrême fragilité mais qui décide de dépasser ses peurs pour vaincre son sentiment de profonde culpabilité dû aux mauvaises actions commises durant ces dernières années. Après avoir assisté au meurtre de sang froid du barbier qui n’avait pourtant rien fait d’autre que d’érafler la joue d’un de ses clients, Gannon décide donc de ne plus rentrer au ranch ; le voilà qui erre dans les rues de la ville, témoin de tout ce qui va désormais s’y dérouler. Il se rend compte tout d’abord du ras-le-bol des citoyens qui, tenant avant tout à leur survie, plutôt que de s’insurger, préféraient jusque là rester cloitrés chez eux lorsque les cow-boys venaient ‘s’amuser’ en ville ; jusqu’au jour où, lassés par cette situation, par cette violence et cette insécurité, ils décident de faire appel à un justicier itinérant, célèbre pour avoir déjà nettoyé de nombreuses autres bourgades.


Image


Cet homme aux méthodes expéditives, il s’agit de Blaisdell, interprété avec une très grande classe par Henry Fonda que l’on regrette de n’avoir pas croisé plus souvent dans le genre. Une espèce de tueur à gages froid et résolu qui ne correspond plus vraiment à son époque et qui en est conscient ; il sent qu’il s’agit d’une des dernières villes qu’il aura à épurer avant que l’avancée de la civilisation vienne faire d’elle-même place nette. Mais il n’a à vrai dire plus vraiment besoin de ‘travailler’, sa fortune étant désormais faite : un vrai prince de l’élégance vivant sans vergogne dans le luxe, prenant ainsi le risque que les simples citoyens en conçoivent une certaine jalousie. Accueilli néanmoins comme un héros, il prévient d’emblée l’ensemble des habitants qu’ils risquent de ne plus le considérer comme tel dans quelques jours : "d’abord, vous êtes content parce qu’il n’y a plus de bagarres. Ensuite une chose étrange se produit : vous commencez à me trouver trop puissant et à me craindre. Pas moi, mais ce que je représente. Quand cela arrivera, cela voudra dire que nous aurons trouvé satisfaction mutuelle, et il sera alors temps pour moi de partir". En gros, ayant vécu la même évolution partout où il est passé, le personnage nous raconte à l’avance ce qui va se dérouler par la suite dans le courant du film. Son cynisme de façade cache néanmoins une belle sensibilité, capable d’arrêter un lynchage, de concevoir une amitié très forte et d’éprouver des sentiments amoureux (ici pour la splendide Dorothy Michaels dont le rôle est malheureusement un peu trop sacrifié, tout comme celui de Dorothy Malone, les deux personnages féminins s’avérant néanmoins très beaux). Mais, n’obéissant qu’à ses propres règles en marge de la loi, tout comme ceux contre lesquels il lutte, il va se trouver confronté à un nouveau shérif qui lui, n’accomplit sa tâche que dans l’intérêt de ses concitoyens et de la justice, voyant d’un mauvais œil la mainmise de Blaisdell sur la ville après qu’il ait en partie réussi à rétablir l’ordre. Et ce nouvel homme de loi n’est autre que celui qui possède un sens moral plus développé que les autres, Johnny Gannon, le seul à s’être porté volontaire à ce poste dangereux. Se sentant toujours coupable d’une action atroce commise du temps où il suivait son gang (fait qu’il raconte dans la superbe scène du déjeuner avec Dorothy Malone), il décide d’accomplir sa propre rédemption en se donnant corps et âme à sa ville avec un courage quasiment suicidaire, mettant un point d’honneur à servir la ‘véritable’ loi, porté par une inextinguible soif de justice morale.


Image


Partout où il se rend 'faire son nettoyage', l’élégant et charismatique Blaisdell est accompagné par son ami et associé de toujours, un homme réputé (à tort ?) pour sa méchanceté et affaibli par un pied bot, Tom Morgan, fabuleux Anthony Quinn qui aura eu une sacré belle filmographie westernienne. Lui aussi est un homme qui s’est enrichi grâce à l’assainissement des villes polluées par ‘la racaille’ ; il a tellement d’argent qu’il n’hésite d’ailleurs pas à acheter le saloon à chacune de ses venues dans une ville nouvelle ; car si c’est Blaisdell qui prend les décisions quant à ce travail spécifique de nettoyeur, Tom, tout en gérant les établissements de jeu acquis en un tournemain, lui aussi très fine gâchette sans trop de scrupules, se fait un plaisir de l’aider à éradiquer les ‘bandits’, non par altruisme mais pour entretenir la légende de son ‘héros’. La relation entre les deux hommes est d'ailleurs captivante ; si certains (beaucoup même) ont parlé d’homosexualité, j’y vois plutôt une adoration qui ressemblera plus tard à celle des fans de telles ou telles stars du showbiz. Morgan fait tout pour que Blaisdell soit considéré comme un 'dieu' partout où il passe : il ne supporte pas que l’on s’interpose ou que l’on vienne lui prêter main forte si c’est pour que l’importun en sorte grandi au dépens de son idole qu’il considère comme une légende vivante. Il n’accepte pas plus qu’une femme vienne le lui enlever, risquant ainsi de mettre fin à leur association qui semble être la seule chose qui compte désormais pour lui. D’où vient cette idolâtrie ? Du fait, comme il le dit à plusieurs reprises, que Blaisdell est le seul à ne pas voir en lui un infirme ; ni plus ni moins ! Une homosexualité latente, pourquoi pas, sauf que je ne reviendrais pas dessus n’y croyant pour ma part pas une seule seconde. Quoiqu'il en soit, et comme nous le pressentons dès le départ au vu du caractère trop bouillonnant de ce personnage, Tom connaitra un destin tragique lors d’une séquence absolument splendide de tension et d’émotion.


Image


Outre ces trois personnages, on trouve donc deux femmes sous-employées mais loin d’être pour autant inintéressantes ; l’une (Dorothy Malone), ex-saloon gal, est venue en ville dans le but de mettre fin aux jours de Blaisdell pour avoir autrefois tué son fiancée et que l’on devine avoir été la maitresse de Tom Morgan ; l’autre (Dorothy Michaels) tombant amoureuse du régulateur sans pour autant apprécier sa manière illégale de faire régner l’ordre, et qui, contrairement à ce quoi nous aurions pu nous attendre, ne coulera pas ses jours dans les bras de son amant de cœur, ce qui donnera à nouveau naissance à une très belle séquence qui se situe juste après le coup de sang de Blaisdell. Tom Drake tient parfaitement bien le rôle du tyran local, Wallace Ford celui du juge incarnant la bonne conscience citoyenne en étant peu enclin à faire appel à un homme usant de moyens illégaux pour faire régner ‘la loi’, DeForrest Kelley (le docteur McCoy de Star Trek) celui d’un des cow-boys les plus dangereux (car des plus intelligents) du gang de McQuown… Des personnages tous très bien campés par un casting quatre étoiles parfaitement dirigé par Edward Dmytryk, personne n’en faisant jamais trop, tous aussi justes les uns que les autres.


Image


La mise en scène de Dmytryk, même si elle manque d’une certaine ampleur, n’en est pas moins cette fois assez remarquable, sobre mais parfois ponctuée de belles fulgurances. Le cinéaste maitrise parfaitement bien le cinémascope notamment lorsqu’il filme les majestueux paysages du Grand Canyon qu’il a à disposition, gère parfaitement la topographie de la petite ville qui nous semble rapidement familière, et chorégraphie les duels parmi les plus tendus et les plus beaux jamais filmés jusqu’ici. Il est parfaitement bien secondé par son monteur ainsi que par le chef-opérateur Joseph MacDonald qui signe peut-être l’une des plus belles photographies pour un western urbain ; ses éclairages nocturnes entre autres sont un véritable régal pour les yeux. Le cinéaste arrive également à donner une tonalité assez réaliste à son western par l’intermédiaire du travail sur les costumes et les décors. Dans le même ordre d’idées de recherche d'un certain réalisme, les accès de violence sont rares mais d’une grande brutalité ; on peut s’en rendre compte au travers de la séquence au cours de laquelle Gannon se fait enfoncer un couteau dans la main ou encore au travers de la crudité des scènes de meurtre et de la sécheresse des duels. A côté de ça, le réalisateur n’hésite pas à mettre en scène des séquences au contraire assez baroques comme la fameuse scène hallucinée de l’incendie du saloon par Blaisdell ; le plan nocturne de Henry Fonda devant les restes calcinés de l’établissement est d’une beauté glaçante à la limite du fantastique. D’autres séquences se révèlent moins grandiloquentes mais au contraire d’une grande douceur et d’une belle sensibilité comme les deux longues scènes qui mettent successivement et longuement en scène les deux personnages féminins, celle du diner entre Dorothy Malone et Richard Widmark suivie immédiatement par celle, surplombant le Grand Canyon, de l’entrainement au tir qui réunit Henry Fonda et Dorothy Michaels. Bref, quelque soit le ton et le rythme des scènes, une très belle réalisation de la part d'un cinéaste trop souvent méprisé.


Image


Après le bon mélodrame familial westernien qu'était La Lance brisée, Dmytryk nous refait un western 'en chambre' (peu d'action, intrigue resserrée dans le temps et dans l'espace, beaucoup de dialogues) au superbe scénario sans manichéisme opposant trois personnages riches et attachants, amenant des réflexions assez poussées sur les différentes conceptions de la justice, de la loi et de l'ordre, et enfin critiquant le comportement timoré, opportuniste et hypocrite de la société qui se met en place, tiraillée entre le besoin d’ordre et la peur de se retrouver sous le joug un nouveau tyran, celui-là même qui les aura débarrassé du précédent. Warlock s’avère une belle réussite, non dénuée d’intensité dramatique l’amenant parfois proche de la tragédie, sans baisse de rythme, magnifiquement dialogué et superbement interprété. Lui manque une certaine ampleur et un score musical qui aurait pu le faire décoller, mais en l'état il demeure un classique dont la réputation n'est pas usurpée. Son final plein de noblesse achève d’en faire un western fortement recommandé.


Image

Avatar de l’utilisateur
blaisdell
Assistant opérateur
Messages : 2285
Inscription : 2 mai 05, 16:19

Messagepar blaisdell » 6 déc. 05, 18:29

merci à tous pour vos encouragements.

Ah, c'est vrai que les deux Mann bronstoniens me tentent, surtout LE CID, car pour LA CHUTE DE L'EMPIRE ROMAIN, j'ai un peur de plagier le texte de Michel Cieutat paru dans POSITIF...
Pour LE CID, pas de problèmes, j'avais failli faire un mémoire à son sujet et c'est un de mes films préférés.

Quoique...., une proposition qui me tente bien, je vais commencer à y réfléchir si ça vous intéresse.... :wink: :wink:

Avatar de l’utilisateur
blaisdell
Assistant opérateur
Messages : 2285
Inscription : 2 mai 05, 16:19

Messagepar blaisdell » 6 déc. 05, 18:34

Jeremy Fox a écrit : J'ai pu revoir pas plus tard que ce Week end la scène du duel : elle est vraiment splendidement filmée, montée et rythmée..


Ou là. Depuis que j'ai le film en vhs puis en dvd, si tu savais le nombre de fois où je me suis repassé les scènes de duel , aussi bien Fonda contre le frère de Widmark et surtout la scène finale entre Fonda et Widmark!!!!
Superbe dans la tension, les non-dits et le mystère, le désenchantement, la peinture de la ville.... Quel immense moment de cinéma !!

Avatar de l’utilisateur
mynameisfedo
Bernanonos
Messages : 5811
Inscription : 8 févr. 05, 16:18

Messagepar mynameisfedo » 7 déc. 05, 00:26

Très bon DVD soit dit en passant.

Pour le film, pas de problème, c'est du solide, et ça n'a pas vieilli d'un poil! 8)

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9467
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Messagepar Lord Henry » 7 déc. 05, 09:27

En lisant ce texte, j'ai même failli croire que Dmytryck était un metteur en scène digne d'intérêt.
Image

Avatar de l’utilisateur
blaisdell
Assistant opérateur
Messages : 2285
Inscription : 2 mai 05, 16:19

Messagepar blaisdell » 7 déc. 05, 13:55

Lord Henry a écrit :En lisant ce texte, j'ai même failli croire que Dmytryck était metteur en scène digne d'intérêt.


:oops: :oops: mais justement, cher Lord, Dmytryk ne m'intéresse pas du tout ..... à l'exception notable de ce film !!

Avatar de l’utilisateur
francis moury
Lanternarius Asensioniste
Messages : 1146
Inscription : 6 mars 04, 18:19

Messagepar francis moury » 7 déc. 05, 20:38

blaisdell a écrit :
Lord Henry a écrit :En lisant ce texte, j'ai même failli croire que Dmytryck était metteur en scène digne d'intérêt.


:oops: :oops: mais justement, cher Lord, Dmytryk ne m'intéresse pas du tout ..... à l'exception notable de ce film !!


Je félicite notre ami Blaisdell d'avoir signalé la citation de MACBETH : elle jette un bel éclairage sur le sens du film.
Dmytryk a fait quelques très beaux films (cet HOMME AUX COLTS D'OR, THE SNIPER, WALK ON THE WILD SIDE... entre autres), d'autres simplement bons, d'autres moins bons ou juste honnête, et certains médiocres : il est inégal mais Lord Henry me semble globalement trop sévère à son encontre.
"Felix qui potuit rerum causas cognoscere "

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9467
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Messagepar Lord Henry » 8 déc. 05, 00:35

C'est ma méthode globale personnelle.
Image

claudecloclo
Jeanne d'Arc
Messages : 199
Inscription : 23 août 05, 11:59
Localisation : VFphile non VOphobe

Messagepar claudecloclo » 6 janv. 06, 17:00

Qui peut me dire dans quel autre film il a entendu la voix VF de DeForest de Kelley = Curley Burne, l'ami fidèle de Johnny Gannon ?

Merci d'avance.

NB il est bien évident que je n'agresse pas ceux qui n'aiment pas la VF; je m'adresse seulement à ceux qui possèdent des VF , ont l'habitude de les écouter et veulent bien me répondre.

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7819
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Notez les films naphtas - Février 2010

Messagepar Eusebio Cafarelli » 4 févr. 10, 22:49

Image

Remarquable western, superbement interprété par un casting prestigieux, et avec des thématiques très riches sur l'établissement de la loi et de l'ordre (la loi du plus fort/le méchant et sa bande de cowboys, la loi privatisée qui applique sa propre justice/Fonda-Quinn, et le représentant de la loi/Widmark) dans une communauté de la frontière (donc aussi un fil sur l'établissement des règles de la démocratie), la rédemption et aussi l'homosexualité sous -entendue entre Quinn et Fonda.
Grand film politique et psychologique donc.
Image

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14727
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: L'homme aux colts d'or (Edward Dmytryk, 1959)

Messagepar Watkinssien » 14 févr. 11, 22:16

Pour moi, le meilleur et le plus beau film de Dmytryk !

L'homme aux colts d'or est un western qui, par son admirable scénario, la puissance de l'interprétation et la beauté rigoureuse de la mise en scène, demeure un remarquable fleuron du genre, sorti pourtant la même année que ce chef-d'oeuvre absolu qu'est Rio Bravo.
Image

Mother, I miss you :(

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: L'homme aux colts d'or (Edward Dmytryk - 1959)

Messagepar Alligator » 8 nov. 12, 16:12

Image

http://alligatographe.blogspot.fr/2012/11/warlock-widmark-dmytryk-fonda-quinn.html

J'ai comme l'impression que je passe encore une fois à côté du cinéma d'Edward Dmytryk. C'est un cinéaste que je connais très mal et dont je suis en train, très progressivement (trop progressivement?) de tenter d'apprivoiser le cinéma, ses thèmes, ses style, son aire de jeu. Je sens bien qu'il y a là, dans ce film-ci, quelque chose, de la matière mais je ne parviens pas encore à la saisir. Cela reste flou. Cet "homme aux colts d'or" échappe également à cette sensation espérée, celle d'entendre le film.

Cependant, on voit aisément que ce western s'exprime beaucoup plus qu'il n'en a l'air. Je sens bien le sous-texte mais sans arriver à le lire pour autant. Est-il réellement question d'homosexualité latente? Ça m'en a tout l'air. Mais le doute subsiste. A l'époque, la thématique de l'amitié entre hommes et de la fidélité inhérente ne souffrait pas autant que de nos jours de cette ambiguïté et peut-être effectivement que les auteurs (Robert Alan Aurthur au scénario, Oakley Hall au roman d'origine) ne voyaient pas leur histoire sous un angle aussi radicalement sexué? Toujours est-il qu'il est difficile aujourd'hui d'évacuer cet aspect brokebackmountainien du film. La passion que met Tom Morgan (Anthony Quinn) à protéger (jusqu'au meurtre) son ami Clay Blaisedell (Henry Fonda) est assez explicite. S'il ne s'agit d'homosexualité déclarée, au moins la possessivité et une certaine forme de jalousie sont nettement étudiées et scrutées par le scénario. De même la rage passionnelle à laquelle Blaisedell laisse libre cours sur la fin fait immanquablement songer à une déclaration d'amour, par ses actes extrêmes aux conséquences bouleversantes (il y perd sa fonction mais plus encore, sa future femme et sans doute son avenir).

Là où je perds un peu pied, c'est sur tout le reste du film. Sa longueur d'abord : un peu plus de 2 heures qui ne me paraissent pas totalement justifiées. L'enjeu essentiel est d'abord la relation Morgan/Blaisdell.

L'évolution de Johnny Gannon interprété par Richard Widmark est intéressante, certes, parce que troublée, voire inquiétante. De multiples questions émaillent son parcours. Est-il sincère? Quelles sont ses réelles intentions? Rien n'est moins sûr que ce personnage d'une autre ambiguïté, ses regards fuyants, en dessous, ce corps qui dit oui et non dans le même temps n'est pas facile à lire. A ce propos, la prestation de Widmark est remarquable et inhabituelle, peut-être un peu trop fausse parfois, et donc souvent en accord avec l'histoire de son personnage. Reste qu'elle apparait pourtant secondaire au vu de celle des deux autres cow-boys, disons "mal liée" à la leur. C'est un peu comme si on aurait dû avoir deux films bien distincts, que cela n'aurait pas été une mauvaise idée.

D'autre part, le film souffre un peu d'un certain manque d'action, de dynamisme. Les nombreux moments de tension n'aboutissent pas nécessairement sur une explosion concrète de violence, ce qui, pour un western, peut susciter une certaine frustration, un handicap à prendre sérieusement en considération.

En somme, je me retrouve un peu le cul entre deux chaises, pas sûr de ce que j'ai vu, ni totalement sûr d'avoir aimé. Étrange et rare irrésolution qui ne me plait pas beaucoup.