La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Messages : 25450
Inscription : 15 avr. 03, 14:22
Localisation : Forêt d'Orléans

Messagepar Ouf Je Respire » 26 déc. 05, 14:08

Je ne vois pas de différence d'image entre les 2 éditions. Je prendrai (un jour) le Montparnasse.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide

chienvert
Stagiaire
Messages : 18
Inscription : 16 août 05, 20:29
Localisation : au fond du jardin

Messagepar chienvert » 23 janv. 06, 17:05

j'ai acheté le coffret Montparnasse. Juste pour dire que je suis bluffé : c'est une édition tout simplement magnifique. J'avais déjà aimer le collector canal + une partie de campagne (c'est pas le même film mais un type de produit qui s'en rapproche), mais cettte édition Montparnasse est tout simplement merveilleuse... Sans doute le plus beau dvd de ma collection et un des plus beaux films.

Par contre j'ai du mal à comprendre: Comment peut-on avoir envie de s'acheter le criterion? l'image du Montparnasse n'est-elle pas assez bien restaurée??? Objectivement je ne vois pas au travers des exemples ci dessus comment y voir une différence notable... A moins qu'il s'agisse de collectionnite aigüe... :D

Avatar de l’utilisateur
Cucumber
Doublure lumière
Messages : 540
Inscription : 23 mai 05, 17:34
Localisation : 50°38' lat N , 5°34' long E

Messagepar Cucumber » 23 janv. 06, 17:33

chienvert a écrit : Par contre j'ai du mal à comprendre: Comment peut-on avoir envie de s'acheter le criterion? l'image du Montparnasse n'est-elle pas assez bien restaurée??? Objectivement je ne vois pas au travers des exemples ci dessus comment y voir une différence notable... A moins qu'il s'agisse de collectionnite aigüe... :D

Ben à chacun sa sensibilité heinh :mrgreen: ? Moi je la vois la différence au niveau du grain, alors comme je n'apprécie guère les éditions "lissées" et que les bonus du Criterion sont loins d'être minables, je pense que l'achat de cette édition est envisageable. J'ai pas mal de Criterion mais je ne les achète pas "par snobisme" ou "pour collectionner". J'aime bien comparer avant de claquer une vingtaine d'euros pour un seul film :mrgreen: !
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14776
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Messagepar Max Schreck » 8 janv. 07, 11:07

La Règle du jeu, Jean Renoir 1939
L'un de mes films fétiches, que je n'avais pas revu depuis un bon paquet d'années. Et je pense que c'est de là que vient mon goût pour ces récits collectifs où toute une troupe est donnée à observer dans un contexte précis.
Je reste confondu devant la richesse de cette oeuvre. Renoir orchestre son film comme une véritable symphonie, avec différents mouvements plus ou moins rythmés. Connaissant ce film presque par coeur, je me délecte de la moindre subtilité du jeu des acteurs. Et quels acteurs ! Dalio et Carette sont tout simplement géniaux, parvenant à exprimer une complicité qui finit par devenir très touchante, où les classes sociales se mèlent pour exprimer le même désordre des passions. L'hystérie qui va saisir le château est évidemment un des grands moments du film, avec une gestion de l'espace et des déplacements des personnages totalement virtuose, sur un rythme de folie qui emporte tout sur son passage, jusqu'à ce que les conventions reprennent naturellement leur place. Renoir révèle toute l'hypocrisie d'une société avec autant de rage que de malice.

Mais le véritable coeur du film, pour moi, c'est bel et bien le personnage que le metteur en scène interprète. Par l'assurance qu'il met dans son jeu, par la profonde humanité qui se dégage de lui, Octave parvient à me toucher profondément.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Sa larme à l'oeil qu'on surprend après qu'il ait finalement "rendu" Christine à Jurieu me déchire toujours le coeur.

Ce film est fabuleux.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

pierrick
Stagiaire
Messages : 61
Inscription : 27 déc. 05, 08:59
Localisation : Nantes

Petite énigme concernant La règle du jeu

Messagepar pierrick » 17 juin 07, 17:55

Si je vous parle d'un film :
- qui se déroule en partie à Paris puis, pendant toute la seconde partie, dans un chateau
- dans lequel un personnage, interprété parRoland Toutain, a un accident d'auto
- une soubrette, interprétée par Paulette Dubost, est poursuivie par un amoureux au profil franchement comique
- ... lequel comique est lui poursuivi par les foudres du garde champêtre qui le menace de son fusil, mais protégé par le (la) propriétaire du chateau
- un film qui se termine par une série de quiproquos amoureux, qui succédent à une grande fête

Bien entendu, vous avez tous reconnus .... Barnabé (Alexandre Esway), de quelques mois antérieurs à La Règle du jeu !!

Lourcelle dans son dictionnaire des films signale la proximité thématique du film de Renoir avec des comédies des années Trente mais ne cite qu'un film de Mirande comme possible matrice. J'avoue que la proximité avec Barnabé m'a estomaqué, en revoyant ce film un peu par hasard la semaine dernière (proximité de situations, d'interprètes s'entend... au niveau qualité et profondeur des thèmes, évidemment, on ne joue pas dans la même catégorie).

Je soumets cette "découverte" (? je n'avais lu le rapprochement nulle part auparavant) à votre réaction, en me demandant si Renoir et ses scénaristes ont eu comme ambition de réaliser un film prestigieux à partir de situations du cinéma contemporain populaire (un peu à la manière d'un Desplechin reprennant des genres, dont celui de films de génération avec Comment je me suis disputé...)

Avatar de l’utilisateur
MJ
Conseiller conjugal
Messages : 11275
Inscription : 17 mai 05, 19:59
Localisation : Chez Carlotta

Messagepar MJ » 17 juin 07, 17:59

Je crois surtout que la Règle du Jeu est une ré-actualisation directe des écrits de Marivaux (la soubrette s'appelle d'ailleurs Lisette).
Et comme le cinéma populaire dérive en grande partie de ce même auteur...
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum

Outlaw
Assistant(e) machine à café
Messages : 191
Inscription : 20 nov. 05, 19:13

Messagepar Outlaw » 19 juin 07, 22:23

Merci pour la précision, ça m'a donné envie de remettre Barnabé dans mon lecteur, j'ai revu "la Règle du jeu" il y'a quelques jours, la comparaison sera d'autant plus facile. Savais pas pour ma part que c'était la même trame :o
Quoique j'ai bien étudié Ruy Blas étant jeune et n'ai pas été fichu de le reconnaître dans la Folie des Grandeurs :lol:
En cas de guerre nucléaire, l'électromagnétisme produit par les bombes thermonucléaires pourrait-il endommager mes Dvd ?

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)

Messagepar Demi-Lune » 30 mars 11, 17:07

Une formidable découverte.
Entre marivaudage débridé et exquis et peinture subtile, à la fois vitriolée et humaniste, d'une aristocratie française comme agonisante à la veille de la "drôle de guerre", La Règle du Jeu déploie ses trésors de dialogue et d'interprétation dans une intelligence et une sophistication délectables. La mise en scène de Renoir, confondante de virtuosité et de modernité, entraîne les protagonistes - maîtres et serviteurs - dans une ronde soutenue et grisante, où se révèleront peu à peu les hypocrisies mondaines et les inconstances irraisonnées de personnages paraissant mutuellement s'accrocher entre eux comme des désespérés, comme si le navire de leur classe sociale était en train de couler. Pitoyables, hystériques, cocus, butés, menteurs, infidèles, obsédés, les portraits de La Règle du Jeu relèvent de la satire mordante mais ne sont jamais totalement accablés par Renoir, qui leur accorde souvent son empathie, délivrant ainsi quelques scènes d'une sobriété poignante (comme quand Marceau retrouve Schumacher en train de pleurer).
Un chef-d'oeuvre ? Assurément.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Messagepar riqueuniee » 30 mars 11, 17:27

Comme pour toi , ce film a été pour moi une formidable découverte. J'ai été épatée par la modernité de la mise en scène. Si on a fait, depuis, aussi bien comme films sur le même principe, on n'a pas fait mieux non plus.
Renoir a peut-être puisé son inspiration dans le cinéma populaire de son époque (je serais assez d'accord avec ce commentaire de pierrick), mais les influences majeures restent Marivaux et Beaumarchais (d'ailleurs cité, me semble-t-il, au générique). Surtout ce dernier : dans l'opposition maîtres-valets, et toute la dernière partie du film (la scène dans le parc, à la nuit tombée, avec les travestissements) est inspirée directement du dernier acte du Mariage de Figaro.
On pourra aussi noter une description extrêmement précise de la société de l'époque.
Et des rapports (directs ou non) avec d'autres oeuvres de Renoir :
Dans Une partie de campagne, il était question d'omelette à l'estragon. Ici, c'est la salade de pommes de terre.
Le personnage de Dalio est décrit comme apparenté à une branche de la famille Rosenthal (nom qu'il portait dans la Grande Illusion)
A un moment, dans une conversation, il est dit que les drames passionnels, ce n'est pas que dans la bourgeoisie. Et il est fait allusion à un fait-divers concernant des ouvriers (ce qui fait penser à Toni).
Une oeuvre qui n'a pas pris une ride, et dont on retrouve l'influence (plus ou moins évidente) dans nombre de films , y compris très récents.
Je vois même Gosford Park (Altman,2001) comme un hommage direct au film de Renoir.

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14423
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Messagepar Watkinssien » 30 mars 11, 18:12

Difficile de parler de cette oeuvre sublime, qui fait partie de mes 5 films préférés de tous les temps.

Donc, pour moi, c'est le plus grand chef-d'oeuvre du cinéma français... Ça c'est dit.
La Règle du Jeu est un drame d'une complexité visuelle hallucinante tout en restant complètement accessible par sa peinture (d'une féroce intelligence) des rapports de classe.

L'entremêlement des intrigues est pour ainsi dire parfait, tant la qualité des dialogues, de la caractérisation, de l'interprétation et l'ingéniosité des situations apportent un aboutissement dans le jeu de massacres aussi mental que physique que s'infligent les personnages.

La mise en scène est géniale, avec sa virtuosité discrète, ses mouvements de caméra d'une précision extrême, sa modernité dans ses trouvailles, sa profondeur de champ (que Welles a reconnu comme une influence, excusez du peu).

Et à cela s'ajoute la subversion qui imprègne l'ensemble, subversion à la fois dans l'intrigue, dans son regard acerbe et tendre à la fois, mais également par les propos interprétatifs qui gagnent en intérêt quand on connaît un tantinet le contexte de sa création : ainsi Renoir n'hésite pas à s'endosser le rôle de "l'ours" qui tente de tisser les liens entre les histoires et les êtres, bref à mettre en scène dans son propre récit. Puis le fait de charger avec brio sur toutes les classes, tout en leur donnant une certaine humanité, suivi du fait de faire incarner le personnage le moins antipathique, c'est-à-dire le marquis de la Chesnaye, par un acteur Juif (élément qui a été grandement et violemment reproché en son temps) ici le grand et toujours mésestimé Marcel Dalio, dans son plus beau rôle cinématographique. Pourtant, l'humour appartient à une certaine ironie visuelle qui est constamment dans le cadre, dans le découpage, comme en témoigne, entre autres exemples, le travelling gauche-droite puissant de la machine, où les automates sont sur la même ligne que le visage du marquis, fier de son objet de curiosité.


Chef-d'oeuvre...
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17886
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Messagepar Rick Blaine » 30 mars 11, 19:21

Watkinssien a écrit :Donc, pour moi, c'est le plus grand chef-d'oeuvre du cinéma français... Ça c'est dit.

Je suis bien d'accord.

Watkinssien a écrit :Puis le fait de charger avec brio sur toutes les classes, tout en leur donnant une certaine humanité, suivi du fait de faire incarner le personnage le moins antipathique, c'est-à-dire le marquis de la Chesnaye, par un acteur Juif (élément qui a été grandement et violemment reproché en son temps) ici le grand et toujours mésestimé Marcel Dalio, dans son plus beau rôle cinématographique.

Je suis très content de lire ça car c'est un personnage qui est souvent ravalé par les analyste au statut du personnage de marionnette qui est montré par la scène de l'automate, mais c'est bien plus que ça. Ses échanges avec Marceau, notamment lorsqu'il lui rajuste sa tenue, sont bouleversants. La Chesnaye est une marionnette, mais une marionnette consciente, peut-être le personnage qui voit le plus les choses, qui est trop faible pour tout envoyer valser mais qui est le plus humain.

C'est malin ton texte m'a donné envie de le revoir! :D

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Messagepar riqueuniee » 30 mars 11, 19:28

Un personnage quelque peu mésestimé par certains autres personnages du film, à cause de sa parenté avec la famille Rosenthal (et donc des ascendances juives). C'est un peu, donc, un parent du Rosenthal de la Grande Illusion.
Ceci dit, Dalio est en effet un acteur mésestimé. Il n'a pas eu la carrière qu'il méritait, sans doute à cause du fait qu'il dit s'exiler entre 40 et 45. Ce qui fait qu'on le voit, entre autres, dans deux grands classiques avec Bogart, Casablanca et le Port de l'angoisse (dans des rôles d'ailleurs similaires).
Dernière édition par riqueuniee le 28 sept. 11, 22:18, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17886
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Messagepar Rick Blaine » 30 mars 11, 19:33

riqueuniee a écrit :Ceci dit, Dalio est en effet un acteur mésestimé. Il n'a pas eu la carrière qu'il méritait, sans doute à cause du fait qu'il dit s'exiler entre 40 et 45. Ce qui fait qu'on le voit, entre autres, dans deux grands classiques avec Bogart, Casablanca et le Port de l'angoisse (dans des rôles d'ailleurs similaires).

Deux rôles très court mais ou il est impeccable. Malheureusement la guerre a effectivement cassé sa carrière. Heureusement La Grande Illusion et La Règle ne peuvent laisser aucun doute sur son immense talent.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Messagepar riqueuniee » 30 mars 11, 19:36

Il est quand même apparu au cinéma dans l'après-guerre, mais pas toujours dans de bons films. Il jouera, surtout, dans les Aventures de Rabbi Jacob.

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14423
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: La Règle du jeu (Jean Renoir - 1939)

Messagepar Watkinssien » 30 mars 11, 19:40

Rick Blaine a écrit :
riqueuniee a écrit :Ceci dit, Dalio est en effet un acteur mésestimé. Il n'a pas eu la carrière qu'il méritait, sans doute à cause du fait qu'il dit s'exiler entre 40 et 45. Ce qui fait qu'on le voit, entre autres, dans deux grands classiques avec Bogart, Casablanca et le Port de l'angoisse (dans des rôles d'ailleurs similaires).

Deux rôles très court mais ou il est impeccable. Malheureusement la guerre a effectivement cassé sa carrière. Heureusement La Grande Illusion et La Règle ne peuvent laisser aucun doute sur son immense talent.

La guerre a même cassé sa vie (tous les membres de sa famille, sauf son épouse venue à Hollywood avec lui, ont été tués dans les camps d'extermination).

Sinon, content que tu ais envie de revoir ce film, il le faut, c'est une question de santé... :mrgreen:
Image

Mother, I miss you :(