Robert Wise (1914-2005)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88389
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 3 déc. 04, 16:43

Sergius Karamzin a écrit :The Set-Up (Nous avons gagné ce soir) - Robert Wise

Quelle déception !
Le film se passe en temps réel : la belle affaire !
Comment ce film peut-il avoir une telle réputation ? Ryan incarne bien son personnage, certes, mais bon 25 minutes de faux coups de poings, même bien montés, des retours toutes les 30 secondes sur les mêmes spectateurs (celui qui bouffe du popcorn, le truqueur, sa femme, le type qui imite le boxeur, l'aveugle, l'homme qui ne fume jamais son cigare, celui qui écoute la radio, etc), et une fin cheesy à souhait ne rattrapent pas les quelques moments intéressants où l'on comprend ce loser magnifique et sa "dernière" chance" de bien faire.

Très déçu, qui plus est presque un moyen métrage 72 minutes.

5/10 pour un classique c'est maigre.


:shock: Rarement la boxe aura été filmée comme ça. Ca me prend aux tripes et ce film m'émeut très fortement. Un chef d'oeuvre que Kaplan va porter au pinacle prochainement :wink:

Avatar de l’utilisateur
Sergius Karamzin
Invité
Messages : 5977
Inscription : 14 avr. 03, 11:54

Messagepar Sergius Karamzin » 3 déc. 04, 16:44

Il en faut pour tous les goûts...

Avatar de l’utilisateur
George Kaplan
David O. Selznick
Messages : 12098
Inscription : 14 avr. 03, 11:32
Localisation : Une poche pour la chocolatine ?

Messagepar George Kaplan » 3 déc. 04, 16:55

Sergius Karamzin a écrit :Il en faut pour tous les goûts...


Sergius tu mérites un uppercut doublé de deux directs du droit :lol:

The Set Up est une petite merveille formelle montée à la perfection, bourrée d'excellentes idées de mise en scène et magistralement interprétée par Ryan. RDV lundi sur le ring : Chroniques Classik :wink:

Avatar de l’utilisateur
Sergius Karamzin
Invité
Messages : 5977
Inscription : 14 avr. 03, 11:54

Messagepar Sergius Karamzin » 3 déc. 04, 17:00

A part le premier plan séquence (originalité ?), où sont les trouvailles de mise en scène ?
Et j'ai souligné le montage, mais ça ne fait pas un film...
Je me suis emmerdé 80% du temps, pour un film d'1h10 c'est dingue !

Avatar de l’utilisateur
George Kaplan
David O. Selznick
Messages : 12098
Inscription : 14 avr. 03, 11:32
Localisation : Une poche pour la chocolatine ?

Messagepar George Kaplan » 3 déc. 04, 17:06

Sergius Karamzin a écrit :A part le premier plan séquence (originalité ?), où sont les trouvailles de mise en scène ?
Et j'ai souligné le montage, mais ça ne fait pas un film...
Je me suis emmerdé 80% du temps, pour un film d'1h10 c'est dingue !


Que la durée du film respecte celle de l’action c’est déjà remarquable non ? Ensuite, il y a quelques plans somptueux et un combat de boxe d’un réalisme époustouflant. Et oui le montage est remarquable. Pour moi tous ces éléments ajoutés à la performance de Ryan font de The Set Up un film unique.

Mais après tout ce n’est ptet pas un film pour les mauviettes …
:mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Sergius Karamzin
Invité
Messages : 5977
Inscription : 14 avr. 03, 11:54

Messagepar Sergius Karamzin » 3 déc. 04, 17:08

Il faut arrêter avec cette histoire de durée du film/durée de l'action.

Wise a filmé 50 plans différents de l'horloge avec 50 heures différentes.

Si son monteur avait coupé 5 scènes, il aurait pris un plan de l'horloge plus tôt, s'il avait rajouté 1 heure de film, il aurait choisi un plan avec une heure plus tardive... la belle affaire ! ça n'est pas en plan-séquence que je sache, où est l'exploit ?

Avatar de l’utilisateur
George Kaplan
David O. Selznick
Messages : 12098
Inscription : 14 avr. 03, 11:32
Localisation : Une poche pour la chocolatine ?

Messagepar George Kaplan » 3 déc. 04, 17:16

Sergius Karamzin a écrit :Il faut arrêter avec cette histoire de durée du film/durée de l'action.

Wise a filmé 50 plans différents de l'horloge avec 50 heures différentes.

Si son monteur avait coupé 5 scènes, il aurait pris un plan de l'horloge plus tôt, s'il avait rajouté 1 heure de film, il aurait choisi un plan avec une heure plus tardive... la belle affaire ! ça n'est pas en plan-séquence que je sache, où est l'exploit ?


L’exploit ne tient pas dans la mise en forme du temps réel = temps de l’action mais dans l’idée. Et ça tient très bien la route. Pour moi c’est du plaisir à 100% ce film.

Tu cherches la bagarre Sergius ??

Avatar de l’utilisateur
Sergius Karamzin
Invité
Messages : 5977
Inscription : 14 avr. 03, 11:54

Messagepar Sergius Karamzin » 3 déc. 04, 17:24

Non, je jette l'éponge...

Parfois j'ai la vague impression que quand on critique un naphtaliné à la réputation flatteuse, on se prend systématiquement une rouste. :( Je vais donc passer par la salle d'entraînement pour les prochaines fois... En garde ! :wink:

Avatar de l’utilisateur
George Kaplan
David O. Selznick
Messages : 12098
Inscription : 14 avr. 03, 11:32
Localisation : Une poche pour la chocolatine ?

Messagepar George Kaplan » 3 déc. 04, 17:26

Sergius Karamzin a écrit :Non, je jette l'éponge...

Parfois j'ai la vague impression que quand on critique un naphtaliné à la réputation flatteuse, on se prend systématiquement une rouste. :( Je vais donc passer par la salle d'entraînement pour les prochaines fois... En garde ! :wink:


Ne dis pas ça. Il y en a plein auxquels je n'accroche pas. Mais celui-ci, je suis tombé totalement sous le charme. J'en ai même fait la critique afin de communiquer mon enthousiasme :wink:

Bob Harris

Messagepar Bob Harris » 3 déc. 04, 17:40

Verdict de l'arbitre Bob Harris :

George Kaplan bat Sergius Karamzin par KO dès le premier round.

La bonne réponse était : The Set-Up est un putain de bon film.

Avatar de l’utilisateur
Roy Neary
Once upon a time...
Messages : 50596
Inscription : 12 avr. 03, 01:42
Liste de DVD

Messagepar Roy Neary » 3 déc. 04, 19:39

Sergius Karamzin a écrit :Parfois j'ai la vague impression que quand on critique un naphtaliné à la réputation flatteuse, on se prend systématiquement une rouste. :( Je vais donc passer par la salle d'entraînement pour les prochaines fois... En garde ! :wink:

1) Réputation "flatteuse", déjà ton expression est orientée dans une phrase qui se veut objective.
2) Si je cassais un Tarkovski comme tu casses ce film de Wise, tu serais interloqué.
3) Il en faut en effet pour tous les goûts... mais les tiens sont pourris. :mrgreen:

4) Je suis vraiment pas bien aujourd'hui
Image

Avatar de l’utilisateur
bogart
Réalisateur
Messages : 6514
Inscription : 25 févr. 04, 10:14

Messagepar bogart » 2 févr. 05, 08:52

Deux sur la balançoire (1963) DVD MGM : Adaptation d'une pièce montée à Broadway par Athur Penn avec Henry Fonda et Ann Bancroft. A Paris, Luchino Visconti mit en scène avec Jean Marais et Annie Girardot. Pour son passage sur grand écran, Robert Mitchum et Shirley MacLaine sont les protagonistes de cette histoire relatant deux coeurs solitaires- un avocat et une danseuse. Deux sur la balançoire repose essentiellement sur les dialogues, donc sur le jeu des comédiens. La mise en scène de Robert Wise (West Side Story) est sans surprise...
Image

Avatar de l’utilisateur
Geoffrey Firmin
Howard Hughes
Messages : 15621
Inscription : 20 mai 03, 19:08
Localisation : au fond de la Barranca

Messagepar Geoffrey Firmin » 24 févr. 05, 20:44

Deux sur la balançoire de Robert Wise
Je m'attendais à une comédie pas drole, comme Hollywood en produisait beaucoup dans les années 60.C'est en fait une comédie dramatique ou Robert Wise expert en cadrage en cinémascope donne toute sa mesure.Wise est un cinéaste à l'aise dans le milieu urbain(New York) et dans la description des milieux sociaux modestes, et ce film en est une nouvelle démonstration.
Je ne comprends d'ailleurs pas son manque de réputation, en fait après avoir parcouru les dictionnaires, il me semble que peu de personnes l'aient vu.
C'est dommage car Mitchum pour une fois joue un personnage sensible et dépressif essayant de retrouver une vie sentimentale stable après un échec douloureux.Le film frise le mélo par instant, mais la mise en image de Wise est tellement brillante que je ne peux que le recommander.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88389
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 24 févr. 05, 21:33

Geoffrey Firmin a écrit :Deux sur la balançoire de Robert Wise
Je m'attendais à une comédie pas drole, comme Hollywood en produisait beaucoup dans les années 60.C'est en fait une comédie dramatique ou Robert Wise expert en cadrage en cinémascope donne toute sa mesure.Wise est un cinéaste à l'aise dans le milieu urbain(New York) et dans la description des milieux sociaux modestes, et ce film en est une nouvelle démonstration.
Je ne comprends d'ailleurs pas son manque de réputation, en fait après avoir parcouru les dictionnaires, il me semble que peu de personnes l'aient vu.
C'est dommage car Mitchum pour une fois joue un personnage sensible et dépressif essayant de retrouver une vie sentimentale stable après un échec douloureux.Le film frise le mélo par instant, mais la mise en image de Wise est tellement brillante que je ne peux que le recommander.


Je ne sais pas pourquoi mais ta manière de parler de ce film me fait penser un peu au sublime Strangers when we meet de Richard Quine que tu as commandé je crois. Tu pourras me dire si je me trompe mais ça donne envie de découvrir le Wise en tout cas.

Avatar de l’utilisateur
Breezy
Passe ton bac d'abord
Messages : 8023
Inscription : 13 avr. 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Localisation : Brigadoon

Messagepar Breezy » 24 févr. 05, 21:40

Jeremy Fox a écrit :
Geoffrey Firmin a écrit :Deux sur la balançoire de Robert Wise
Je m'attendais à une comédie pas drole, comme Hollywood en produisait beaucoup dans les années 60.C'est en fait une comédie dramatique ou Robert Wise expert en cadrage en cinémascope donne toute sa mesure.Wise est un cinéaste à l'aise dans le milieu urbain(New York) et dans la description des milieux sociaux modestes, et ce film en est une nouvelle démonstration.
Je ne comprends d'ailleurs pas son manque de réputation, en fait après avoir parcouru les dictionnaires, il me semble que peu de personnes l'aient vu.
C'est dommage car Mitchum pour une fois joue un personnage sensible et dépressif essayant de retrouver une vie sentimentale stable après un échec douloureux.Le film frise le mélo par instant, mais la mise en image de Wise est tellement brillante que je ne peux que le recommander.


Tu pourras me dire si je me trompe mais ça donne envie de découvrir le Wise en tout cas.


Pareil, d'autant plus que Wise est un cinéaste que j'aime énormément.