Napoléon vu par Abel Gance (Abel Gance - 1927)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
kiemavel
Accessoiriste
Messages : 1856
Inscription : 13 avr. 13, 09:09

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar kiemavel » 6 déc. 13, 07:53

Père Jules a écrit :
kiemavel a écrit :
Père Jules a écrit :Avec plaisir ! Et n'hésite surtout pas à y inclure un peu de ta bonne humeur communicative !

Spoiler (cliquez pour afficher)
Ah mais c'est marrant çà justement...Mais pourquoi faudrait-il que je sois de bonne humeur quand tu viens nous dire : "Pas intéressant votre truc" ou bien "Tu postes trop" à machin/machine. Évites ce registre là, en tout cas avec moi, et tu verras çà ira nettement mieux :idea: Et d'ailleurs, quelle a été ta propre contribution dans ce topic pour que tu te permettes de désigner ainsi du doigt les moins méritants ?

Spoiler (cliquez pour afficher)
Modeste ma contribution, très modeste. C'est d'ailleurs ce qui nous distingue.

Spoiler (cliquez pour afficher)
Immodeste ?…mais tu sais que c'est marrant çà aussi. Tu m'as déjà lu dans ce registre là ? Tu m'as déjà vu prendre la peine de poster un message pour mettre en lumière la soi-disant inutilité du/des posts d'un cinéphile ?

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22160
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar cinephage » 6 déc. 13, 08:10

Merci aux bonapartistes appartistes de poursuivre en MP s'ils jugent vraiment pertinent de poursuivre...
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
ex-beldvd man
Accessoiriste
Messages : 1700
Inscription : 12 août 04, 09:52
Localisation : Belgique

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar ex-beldvd man » 6 déc. 13, 09:21

Pour digresser un peu :mrgreen: , le travail de restauration est vraiment impressionnant, j'ai vraiment été stupéfait par le niveau de détail atteint (retrouvé) dans les scènes de foule (la découverte de la "Marseillaise", la "Convention",...), on voyait clairement les visages, leurs traits... avec une belle précision et netteté... :shock:
Le jeune acteur interprétant Napoléon à Briennes m'a aussi fait fort impression...
Image

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14745
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar Père Jules » 6 déc. 13, 09:30

C'est vraiment toute la partie à Toulon qui fait un peu tâche mais c'est qu'hormis cela, pour un film de plus de 80 ans, la copie proposée était d'une belle jeunesse.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar julien » 6 déc. 13, 16:13

Supfiction a écrit :Concernant Trafalgar et Aboukir je suis effectivement pointilleux car ce sont des défaites navales d'amiraux sous la juridiction de l'empereur, même si ce n'est pas lui qui a dirigé ces batailles (en fait l'amiral Villeneuve n'a pas suivi ses ordres de repli et s'est enfermé).


Napoléon, responsable de la défaite de Trafalgar mais pas coupable, c'est ça hein ! Mais on peut de toute façon s'interroger sur les méthodes de sa stratégie navale qui à l'évidence comportait des failles. Le hic c'est que justement il n'était pas en mer, et envoyait ses directives de Boulogne ; du coup les amiraux, à cause des problèmes de distances, recevaient des successions d’ordre ou de contrordres souvent dépassés voires inapplicables. Tulard le précise bien d'ailleurs dans le bouquin. Et puis surtout, Napoléon n'était-il pas trop optimiste aussi de croire que ses navires pouvaient mettre hors d'état de nuire une flotte anglaise à l'évidence beaucoup mieux expérimentée et organisée sur le territoire des mers ? Dans cette affaire, je pense que Villeneuve est un peu le bouc émissaire tout trouvé, et on ne peut pas lui incomber non plus toute la responsabilité à lui seul de la déconfiture de Trafalgar.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
kiemavel
Accessoiriste
Messages : 1856
Inscription : 13 avr. 13, 09:09

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar kiemavel » 6 déc. 13, 16:27

julien a écrit :
Supfiction a écrit :Concernant Trafalgar et Aboukir je suis effectivement pointilleux car ce sont des défaites navales d'amiraux sous la juridiction de l'empereur, même si ce n'est pas lui qui a dirigé ces batailles (en fait l'amiral Villeneuve n'a pas suivi ses ordres de repli et s'est enfermé).


Napoléon, responsable de la défaite de Trafalgar mais pas coupable, c'est ça hein ! Mais on peut de toute façon s'interroger sur les méthodes de sa stratégie navale qui à l'évidence comportait des failles. Le hic c'est que justement il n'était pas en mer, et envoyait ses directives de Boulogne ; du coup les amiraux, à cause des problèmes de distances, recevaient des successions d’ordre ou de contrordres souvent dépassés voires inapplicables. Tulard le précise bien d'ailleurs dans le bouquin. Et puis surtout, Napoléon n'était-il pas trop optimiste aussi de croire que ses navires pouvaient mettre hors d'état de nuire une flotte anglaise à l'évidence beaucoup mieux expérimentée et organisée sur le territoire des mers ? Dans cette affaire, je pense que Villeneuve est un peu le bouc émissaire tout trouvé, et on ne peut pas lui incomber non plus toute la responsabilité à lui seul de la déconfiture de Trafalgar.


Spoiler (cliquez pour afficher)
J'ai pas bien compris. Qu'est ce qu'il en dit du Napoléon d'Abel Gance, Jean Tulard ? Juste une blagounette, rien de plus. Étant incapable d'être utile en quoi que ce soit dans cette querelle d'historien, je fais le mariole, mais je me pose une vraie question. Tu sors de ta poche Jean Tulard mais il est aussi bon sur l'empereur que sur le cinoche ? :oops:

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar julien » 6 déc. 13, 16:36

Ah ça tombe bien je l'ai justement dans ma poche le bouquin de Tulard. Mais sur le film de Gance il dit rien en fait. Il le cite mais c'est tout. Ça m'a un peu déçu d'ailleurs parce que je me demandais moi aussi ce qu'il en pensait. C'est vraiment un livre d'historien en fait. D'ailleurs je trouve que c'est assez froid comme style. C'est très bien documenté mais ça manque un peu de pittoresque, nécessaire au plaisir de la lecture.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
bronski
Touchez pas au grisbi
Messages : 17419
Inscription : 23 févr. 05, 19:05
Localisation : location

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar bronski » 6 déc. 13, 16:59

Spoiler (cliquez pour afficher)
kiemavel a écrit :Tu sors de ta poche Jean Tulard mais il est aussi bon sur l'empereur que sur le cinoche ? :oops:


Oui il a aussi écrit une biographie de l'Empereur si je ne m'abuse.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 14692
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar Supfiction » 6 déc. 13, 17:18

Père Jules a écrit :Avec plaisir ! Et n'hésite surtout pas à y inclure un peu de ta bonne humeur communicative !


Tagada, tagada...


kiemavel a écrit :J'ai pas bien compris. Qu'est ce qu'il en dit du Napoléon d'Abel Gance, Jean Tulard ? Juste une blagounette, rien de plus. Étant incapable d'être utile en quoi que ce soit dans cette querelle d'historien, je fais le mariole, mais je me pose une vraie question. Tu sors de ta poche Jean Tulard mais il est aussi bon sur l'empereur que sur le cinoche ? :oops:


Je dirai même plus : il est presqu'aussi bon sur le cinoche que sur Napoléon! :lol:
(C'est moi à la base qui ai sorti de ma poche Jean Tulard et non Julien, qui, cela tombe bien l'a lu aussi, ce qui me surprend un peu tout de même car la phrase qui me faisait tiquer (on discute un peu, gentiment, et ce n'est tout de même pas le HS total il me semble :P ) s'entend en général davantage dans la bouche de ceux qui n'y connaissent pas grand chose au sujet).

bronski a écrit :
Spoiler (cliquez pour afficher)
kiemavel a écrit :Tu sors de ta poche Jean Tulard mais il est aussi bon sur l'empereur que sur le cinoche ? :oops:


Oui il a aussi écrit une biographie de l'Empereur si je ne m'abuse.


Ce n'est pas qu'une biographie qu'il a écrit, mais une œuvre complète, immense, consacrée à l'époque Napoléonienne. Le cinéma, proportionnellement, n'est qu'un dada pour Jean Tulard..

Avatar de l’utilisateur
Roy Earle
Stagiaire
Messages : 17
Inscription : 18 sept. 13, 18:28

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar Roy Earle » 6 déc. 13, 17:34

Supfiction a écrit :Ce n'est pas qu'une biographie qu'il a écrit, mais une œuvre complète


Tout à fait. Voici un échantillon de ce qu'il a publié ces dernières années :
http://www.fayard.fr/jean-tulard
We don't bet promises here. No cash, no cards.

Avatar de l’utilisateur
Ann Harding
Régisseur
Messages : 3014
Inscription : 7 juin 06, 10:46
Localisation : Paname

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar Ann Harding » 6 déc. 13, 19:17

Pour revenir au sujet principal de ce topic, voici la critique parue dans The Times le 3 décembre dernier:

Napoléon at the Festival Hall, SE1
Geoff Brown

Published at 12:01AM, December 3 2013

It’s only a movie, Ingrid. Those were the words that Alfred Hitchcock used with Ingrid Bergman and other stars who took their acting too seriously. Most films are indeed only movies, but not Abel Gance’s Napoléon. More than five hours in the unravelling, performances of Gance’s silent French epic of 1927 have become a ritual experience, almost religious, where audiences worship a force far beyond Napoleon himself. It’s the force of cinema roaming wild and free, untrammelled by dialogue, matched to live music surging ahead with its own expressive power.

Carl Davis created his score in 1980 for Kevin Brownlow’s initial Photoplay Productions restoration, and the choices he made then — ample quotes from Beethoven and company, threaded with tremulous themes of his own — still seem inspired. The Philharmonia, under Davis’s baton, grew more lustrous as the hours passed. I particularly relished the scoring’s changing colours, from rustic basset horn and plangent cello to obstinate hurdy-gurdy and exquisite string quartet.

The film’s colours weren’t always as lovely. Image definition usually plummeted with red tinting, a later restoration addition. But when Gance’s swirling narrative of Napoleon’s early years stayed in black and white, the textural detail, vivid performances and dynamic camerawork kept us enthralled. Albert Dieudonné’s Napoleon, eyes misty with destiny; spooky Robespierre; Gina Manès’s come-hither Josephine, a ship’s figurehead come to life: most characters had heft, some wit and humanity.

Finally, Gance’s coup de grâce arrived as one projected image became three, with images blending into an awesome panorama or jostling in counterpoint, as if in Napoleon’s head. Waterloo Station was just over the road, but Gance hadn’t the money to reach Waterloo the battle, or anything beyond 1796. It didn’t matter. Saturday’s fusion of image and music gave us almost all the thrills we could want.

Avatar de l’utilisateur
kiemavel
Accessoiriste
Messages : 1856
Inscription : 13 avr. 13, 09:09

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar kiemavel » 7 déc. 13, 16:08

julien a écrit :Ah ça tombe bien je l'ai justement dans ma poche le bouquin de Tulard. Mais sur le film de Gance il dit rien en fait. Il le cite mais c'est tout. Ça m'a un peu déçu d'ailleurs parce que je me demandais moi aussi ce qu'il en pensait. C'est vraiment un livre d'historien en fait. D'ailleurs je trouve que c'est assez froid comme style. C'est très bien documenté mais ça manque un peu de pittoresque, nécessaire au plaisir de la lecture.

C'est quelle édition toi ? J'ai la dernière, le guide des films en 3 volumes et il y est bien le film de Gance ! Je viens d'ailleurs de les terminer, passionnant et pour le pittoresque je te le conseille (tu pourrais quand même mettre un ou deux smiley :wink: )
Supfiction a écrit : Je dirai même plus : il est presqu'aussi bon sur le cinoche que sur Napoléon! :lol: (C'est moi à la base qui ai sorti de ma poche Jean Tulard et non Julien, qui, cela tombe bien l'a lu aussi, ce qui me surprend un peu tout de même car la phrase qui me faisait tiquer (on discute un peu, gentiment, et ce n'est tout de même pas le HS total il me semble :P ) s'entend en général davantage dans la bouche de ceux qui n'y connaissent pas grand chose au sujet).

Comme moi alors. En gros nul, je croyais que Tulard était le spécialiste de Napoléon…des médias, un peu comme le sont ou l'étaient les 2 Nanard (Henri-Levy et Kouchner) lorsque la misère s'abat sur une partie du monde. Faut que je plonge la dedans alors. A propos, comme dis plus haut, je viens de les terminer les Tulard. J'ai la quintessence de son oeuvre : le guide des films en 3 volumes. Ses dictionnaires du cinéma consacrés, pour l'un aux réalisateurs, pour l'autre aux acteurs et techniciens. Un outil complet et indispensable à tout cinéphile. C'est pas trop la bonne rubrique mais j'échange contre son oeuvre consacré à l'empereur. Si çà intéresse quelqu'un, MP (ben quoi ?)

Pour le reste, je viens de revoir le documentaire consacré au Napoléon de Gance réalisé par Nelly Kaplan. J'avais totalement oublié que tout le truc était présenté par Michel Drucker et qu'il commentait tout du long en voix off les images d'archive "héritées" par la réalisatrice. Pas de bol, mort en 1981, Abel Gance n'aura pas eu le temps de connaitre la consécration par une invitation à Champs Élysées (Je viens de vérifier). Pour moi, c'est donc un making of un poil décevant...

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar julien » 7 déc. 13, 16:59

kiemavel a écrit :
julien a écrit :Ah ça tombe bien je l'ai justement dans ma poche le bouquin de Tulard. Mais sur le film de Gance il dit rien en fait. Il le cite mais c'est tout. Ça m'a un peu déçu d'ailleurs parce que je me demandais moi aussi ce qu'il en pensait. C'est vraiment un livre d'historien en fait. D'ailleurs je trouve que c'est assez froid comme style. C'est très bien documenté mais ça manque un peu de pittoresque, nécessaire au plaisir de la lecture.

C'est quelle édition toi ? J'ai la dernière, le guide des films en 3 volumes et il y est bien le film de Gance ! Je viens d'ailleurs de les terminer, passionnant et pour le pittoresque je te le conseille (tu pourrais quand même mettre un ou deux smiley :wink: )


C'est Napoléon ou le mythe du sauveur chez Pluriel. (J'ai pas lu ses livres sur le cinéma. J'ignorais d'ailleurs qu'il en avait écrit !)

Image

De toute façon dés que j'en ai la possibilité, je consulte le livre de Kevin Brownlow, traduit par Ann. Je pense que c'est dans cet ouvrage, qu'on doit quand même en apprendre le plus sur le film d'Abel Gance !

Ann Harding a écrit :Pour revenir au sujet principal de ce topic, voici la critique parue dans The Times le 3 décembre dernier:

Napoléon at the Festival Hall, SE1
Geoff Brown

Finally, Gance’s coup de grâce arrived as one projected image became three, with images blending into an awesome panorama or jostling in counterpoint, as if in Napoleon’s head. Waterloo Station was just over the road, but Gance hadn’t the money to reach Waterloo the battle, or anything beyond 1796. It didn’t matter. Saturday’s fusion of image and music gave us almost all the thrills we could want.


Mais j'aurais bien aimé les voir moi les autres parties. C'est ma seule frustration ! Il me semble que s'il avait achevé le cycle complet de Napoléon, cette partie là que l'on a vu, aurait probablement était bien plus réduite. Le film gagnerait certainement à être resserré, comme par exemple "La Bataille de Toulon" qui traine un peu en longueur. Par moment, on a souvent l'impression de voir un film monté presque "bout à bout", sans raccourci ni ellipse. Évidemment comme il ne reste plus qu'au final cette partie, je comprends l'intérêt de l'étirer au maximum, mais à l'origine, c'était sans doute pas dans les intentions de Gance de faire une première partie aussi longue.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 14692
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar Supfiction » 8 déc. 13, 10:26

Image


Extrait du carnet de bord d'Abel Gance de 1924 qui en dit long sur le film et les intentions du réalisateur :

"Primordial
&
Définitif
=

Avant toute autre réflexion, conserver Napoléon dans l'idée populaire qu'on s'en est tracée.
Ne le perdre dans les détails de bibliothèque. Rester dans la ligne de Raffet* et de Charlet*. C'est le peuple qui apprend l'Histoire et il ne choisit pas Masson** mais les lithos de Raffet pour comprendre son héros.

Primordial :
Pour la première fois, le public ne doit pas être spectateur comme il l'est devant les tableaux mais acteur comme il l'est dans la vie. Souffrir avec les blessés, se battre avec les soldats, commander avec les chefs. Il doit s'incorporer au drame si complètement que la suggestion doit devenir collective.

(...)

Voir davantage Cinéma, m'en servir mieux.
(...)
Prendre tout au tragique et rien au sérieux.
(...)
Ne pas plaire à l’œil mais courir droit au cœur du spectateur.
"



* Denis-Auguste-Marie Raffet et Nicolas-Toussaint Charlet sont deux graveurs et peintres français du XIXème siècle qui ont joué un rôle très important dans la diffusion de l'épopée napoléonienne.

** Frédéric Masson: historien


Image

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
Image
Image


Personnellement, et les notes de Gance vont dans le même sens il me semble, je pense que ce Napoléon ne peut toucher de la même façon quelqu'un de sensible à l'épopée napoléonienne (d'où mes échanges plus haut avec julien) et quelqu'un qui n'aura qu'un regard de cinéphile. Il ne peut s'agir que d'un film pour experts, de démonstration de prouesses de caméra et d'inventions en tous genre (le triple écran, etc). Ce n'est peut-être pas le cas pour tout le monde, mais moi j'ai du mal à m'extasier sur la forme d'un film si je n'adhère pas un peu au fond et au propos d'un film (cf. Naissance d'une nation..).

"Ne pas plaire à l’œil mais courir droit au cœur du spectateur" et "conserver Napoléon dans l'idée populaire qu'on s'en est tracée" avait écrit Gance dans son carnet.
Forcément, l'idée populaire en question s'étant considérablement dégradée en France (et peut-être bien inversement à son évolution dans d'autres pays) en un siècle, la vision de son Napoléon n'a absolument plus le même impact (le fait qu'il soit muet n'arrange rien) et semble n'intéresser qu'un public très réduit d'experts cinéphiles. Tout l'inverse de ce pourquoi Gance l'avait conçu.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Messagepar riqueuniee » 8 déc. 13, 11:58

Image dégradée ? Pas tout à fait. Le public d'aujourd'hui a sur Napoléon et la période (on pourrait dire la même chose d'autres périodes historiques) un regard plus critique, plus analytique, et n'est sans doute plus autant réceptif au côté "image officielle/imagerie populaire" du film. (en dehors de toute appréciation sur les qualités artistiques -ou non- du film).
Par ailleurs, on peut très bien se passionner pour la période et le personnage (et donc pour ce film) tout en ayant un regard très critique sur lui.
Dernière édition par riqueuniee le 8 déc. 13, 17:40, édité 1 fois.