Julien Duvivier (1896-1967)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Ambroise

Julien Duvivier (1896-1967)

Messagepar Ambroise » 5 oct. 04, 15:32

EDIT DE LA MODERATION:

N'hésitez pas à consulter les topics consacrés aux films de Julien Duvivier

Six destins/Tales of Manhattan (1942)
Voici le temps des assassins (1956)






-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------







Cary Grant a écrit :La Bandera : Mise en scène nerveuse, sens du récit, le film de Duvivier est par là même un très bon cru dans la production cinématographique de 1935. Même si, parfois, il s'engonce dans quelques lourdeurs inhérentes au contexte socio-politique de l'époque (le salut par la légion étrangère et quelques clichés liés à l'exotisme de contrées lointaines), il en demeure exemplaire déjà par la prestation de Gabin, minéral et charismatique, mais aussi par cette histoire de relations humaines, admirablement décrites ici par un scénario laissant la part belle aux valeurs fondatrices telles que l'amitié, le courage, ou bien encore le sens de l'honneur. Un beau film, dans la droite lignée d'une serie d'oeuvres non moins mémorables de son réalisateur (La Belle équipe, Pépé le Moko).

Max Schreck a écrit :Tout à fait. Un récit foutrement bien emballé, riche en suspense, au final inoubliable. Fresnay et Gabin sont admirables.

Fresnay :?:

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14789
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Messagepar Max Schreck » 5 oct. 04, 16:04

Ambroise a écrit :
Max Schreck a écrit :Tout à fait. Un récit foutrement bien emballé, riche en suspense, au final inoubliable. Fresnay et Gabin sont admirables.


Fresnay :?:

Robert Le Vigan, plutôt. :oops: :wink:
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Captain Blood
Girondin des Bois
Messages : 2358
Inscription : 4 juil. 03, 12:35
Localisation : Bords d'eaux

Messagepar Captain Blood » 6 oct. 04, 13:53

Panique, film de Julien Duvivier (1946) avec Michel Simon, Viviane romance,Paul Bernard...

J'ai passé un très bon moment devant ce Duvivier d'après guerre qui traite de l'inquiétant Monsieur Hire, personnage atypique parce que solitaire et décidé à limiter ses relations sociales. Le film met l'accent sur les questions et les soupçons que soulèvent la différence dans un microcosme où tout le monde se connait.
Le sentiment de suspicion est réel à une époque proche de la fin de la guerre, où les comptes ne sont pas encore complétement réglés avec les attitudes douteuses de certains durant le conflit.

Michel Simon campe un Monsieur Hire convaincant et solide comme à son habitude. Viviane Romance joue à merveille de son charme et perturbe à la fois les personnages et le spectateur.

Film qui déroule l'intrigue sans faillir et se regarde sans déplaisir.

7/10


Je ne connais pas le film sur Hire de Patrice Leconte mais le parallèle pourrait être interessant.;)
"Quand les types de cent trente kilos disent certaines choses, les types de soixante kilos les écoutent."


Image

Avatar de l’utilisateur
phylute
La France peut être fière
Messages : 25848
Inscription : 2 janv. 04, 00:42
Localisation : Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Messagepar phylute » 6 oct. 04, 14:38

Captain Blood a écrit :Panique, film de Julien Duvivier (1946) avec Michel Simon, Viviane romance,Paul Bernard...

J'ai passé un très bon moment devant ce Duvivier d'après guerre qui traite de l'inquiétant Monsieur Hire, personnage atypique parce que solitaire et décidé à limiter ses relations sociales. Le film met l'accent sur les questions et les soupçons que soulèvent la différence dans un microcosme où tout le monde se connait.
Le sentiment de suspicion est réel à une époque proche de la fin de la guerre, où les comptes ne sont pas encore complétement réglés avec les attitudes douteuses de certains durant le conflit.

Michel Simon campe un Monsieur Hire convaincant et solide comme à son habitude. Viviane Romance joue à merveille de son charme et perturbe à la fois les personnages et le spectateur.

Film qui déroule l'intrigue sans faillir et se regarde sans déplaisir.

7/10


Pour moi un des plus grand film français jamais tourné :wink:
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)

Avatar de l’utilisateur
Solal
Accessoiriste
Messages : 1860
Inscription : 9 sept. 03, 11:11
Localisation : A l'est d'Eden

Messagepar Solal » 6 oct. 04, 15:03

Captain Blood a écrit :Je ne connais pas le film sur Hire de Patrice Leconte mais le parallèle pourrait être interessant.;)

Je les ai précisément découverts l'un et l'autre à la même époque. Cela commence à pas mal dater, mais la réflexion que je m'étais faite sur le moment, c'est que la comparaison revient surtout à confronter deux périodes du cinéma français, plutôt que deux cinéastes ou deux choix d'adaptation. En tout cas, ma préférence allait alors au Duvivier (que je considère, avec La belle équipe, comme l'un de ses sommets).
Image
I would prefer not to

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87394
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 6 oct. 04, 15:17

Solal a écrit :
Captain Blood a écrit :Je ne connais pas le film sur Hire de Patrice Leconte mais le parallèle pourrait être interessant.;)

Je les ai précisément découverts l'un et l'autre à la même époque. Cela commence à pas mal dater, mais la réflexion que je m'étais faite sur le moment, c'est que la comparaison revient surtout à confronter deux périodes du cinéma français, plutôt que deux cinéastes ou deux choix d'adaptation. En tout cas, ma préférence allait alors au Duvivier (que je considère, avec La belle équipe, comme l'un de ses sommets).


Monsieur Hire est l'un des meilleurs films de Patrice Leconte, plus proche du roman que le Duvivier en pur terme de fidélite à Simenon, l'un des plus beaux romans de l'écrivain

Avatar de l’utilisateur
bogart
Réalisateur
Messages : 6511
Inscription : 25 févr. 04, 10:14

Julien Duvivier (1896-1967)

Messagepar bogart » 6 oct. 04, 19:13

En parcourant le topic de <notons les films naphtalinés d'octobre>, Julien Duvivier était de nouveau sous les feux des projecteurs. :wink:

Julien Duvivier (1896-1967)

Réalisateur prolifique (67 films), il débuta d'abord par le cinéma muet, adaptant des oeuvres littéraires et, se montra un grand directeur d'acteur tournant avec les plus grandes star du cinéma français, entre autres, Harry Baur (Les Cinq gentlemen maudits, La Tête d'un Homme, sa première adaptation d'un roman de Simenon), Louis Jouvet, Victor Francen (La Fin du jour), Michel Simon (Panique), Fernandel (Don Camillo et Le Retour de Don Camillo) et puis Jean Gabin dont il façonnera le mythe dans ses films les plus célèbres d'avant-guerre (La Bandera, La Belle équipe, Pépé-le-Moko).

On lui doit aussi le très bon Carnet de bal, film à sketches et le non moins Six destins tourné à Hollywood.

Un grand cinéaste dont le dernier film fut Diaboliquement vôtre (1967) avec un jeune comédien prometteur, Alain Delon.

Quelques films parmi d'autres :

Maria Chapdelaine (1934) & Première rencontre entre Duvivier et Gabin

Golgotha (1934) Etonnant film sur la dernière semaine de vie terrestre de Jésus joué par Robert Le Vigan totalement hallucinant dans son rôle.

La Bandera (1935) & L'exotisme de la légion le mythe Gabin est en marche :D :D

La Belle équipe (1936) film injustement boudé, trop en avance sur son temps. :D :D :D

Pépé-le-Moko (1937) Romantisme de la pègre :D :D

La Fin du jour (1939) Chronique sans espoir des vieux comédiens. :D :D :D :D

Panique (1947) Envoûtant et cruel. :D :D

Le Petit Monde de Don Camillo et Le Retour de Don Camillo (1951 et 52) Cinéma bon enfant et ironique. :D

La fête à Henriette (1952) Divertissement réussi :D :D

Voici le temps des assassins (1956) Film d'une noirceur intégrale façon Zola & Dernière collaboration entre ces deux grands. :D :D :D

Avatar de l’utilisateur
Kurwenal
Assistant opérateur
Messages : 2874
Inscription : 25 sept. 03, 19:49
Localisation : Je sous-loue chez Mrs Muir

Re: Portrait "Julien Duvivier"

Messagepar Kurwenal » 6 oct. 04, 19:21

bogart a écrit :La Fin du jour (1939) Chronique sans espoir des vieux comédiens. :D :D :D :D



Souvenir d'un bourdon pas possible après avoir vu ce film :(
Image

Avatar de l’utilisateur
Cathwoman
Néo scapulaire
Néo scapulaire
Messages : 14624
Inscription : 19 nov. 03, 11:32
Localisation : Au manoir de Ban

Messagepar Cathwoman » 6 oct. 04, 19:27

A quand un DVD de Poil de Carotte ? :(

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87394
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Portrait "Julien Duvivier"

Messagepar Jeremy Fox » 6 oct. 04, 20:17

Kurwenal a écrit :
bogart a écrit :La Fin du jour (1939) Chronique sans espoir des vieux comédiens. :D :D :D :D



Souvenir d'un bourdon pas possible après avoir vu ce film :(


Une merveille que ce film sur de vieux acteurs en bout de course.

Oublions ses dernieres oeuvres dont le médiocre Diaboliquement vôtre et si je ne devais en garder qu'un, ce serait le magnifique La belle équipe, à la fois si chaleureux et si triste dans une seconde partie.

Ambroise

Re: Portrait "Julien Duvivier"

Messagepar Ambroise » 6 oct. 04, 20:21

Jeremy Fox a écrit :Oublions ses dernieres oeuvres dont le médiocre Diaboliquement vôtre et si je ne devais en garder qu'un, ce serait le magnifique La belle équipe, à la fois si chaleureux et si triste dans une seconde partie.


Moi je ne veux pas oublier Voici le temps des assassins. :evil:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87394
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Portrait "Julien Duvivier"

Messagepar Jeremy Fox » 6 oct. 04, 20:26

Ambroise a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Oublions ses dernieres oeuvres dont le médiocre Diaboliquement vôtre et si je ne devais en garder qu'un, ce serait le magnifique La belle équipe, à la fois si chaleureux et si triste dans une seconde partie.


Moi je ne veux pas oublier Voici le temps des assassins. :evil:


Pourquoi cette tête ? Je n'ai jamais critiqué ce film qui est loin de faire partie de sa dernière ligne droite.

Ambroise

Re: Portrait "Julien Duvivier"

Messagepar Ambroise » 6 oct. 04, 20:31

Jeremy Fox a écrit :
Ambroise a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Oublions ses dernieres oeuvres dont le médiocre Diaboliquement vôtre et si je ne devais en garder qu'un, ce serait le magnifique La belle équipe, à la fois si chaleureux et si triste dans une seconde partie.


Moi je ne veux pas oublier Voici le temps des assassins. :evil:


Pourquoi cette tête ? Je n'ai jamais critiqué ce film qui est loin de faire partie de sa dernière ligne droite.


"dernières oeuvres", c'est relatif.
je croyais que tu començais sa dernière partie de carrière aux années 50...

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87394
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Portrait "Julien Duvivier"

Messagepar Jeremy Fox » 6 oct. 04, 20:33

Ambroise a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
Ambroise a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Oublions ses dernieres oeuvres dont le médiocre Diaboliquement vôtre et si je ne devais en garder qu'un, ce serait le magnifique La belle équipe, à la fois si chaleureux et si triste dans une seconde partie.


Moi je ne veux pas oublier Voici le temps des assassins. :evil:


Pourquoi cette tête ? Je n'ai jamais critiqué ce film qui est loin de faire partie de sa dernière ligne droite.


"dernières oeuvres", c'est relatif.
je croyais que tu començais sa dernière partie de carrière aux années 50...


Non non, je parlais des années 60 avec surtout les deux derniers vraiment mauvais.

The Eye Of Doom
Electro
Messages : 932
Inscription : 29 sept. 04, 22:18
Localisation : West of Zanzibar

Messagepar The Eye Of Doom » 6 oct. 04, 20:59

Deux autres films majeurs de Duvivier :

La tete d'un homme : une des meilleures adaptations de Maigret (presque contemporaine du livre, comme la Nuit du carrefour de Renoir) Harry Baur compose un prodigieux Maigret. Pour moi, le meilleur Duvivier avec Panique, Le temps des assassins. On comprend à la vue du film ce qu'admirait Welles chez Duvivier : deux ou trois plans de mise en scène avec travelling remarquables.

Marianne de ma jeunesse : film atypique chez Duvivier car relevant du genre fantastique poetique. La peinture du groupe d'ados avec leader charismatique a évidement fortement viellie mais la subtilité et la magie du film demeure.

Panique est évidement un de ses chef d'oeuvres (encore Simenon !).

Je me souviens de la scène du medecin accoucheur dans carnet de bal avec la composition hallucinée de Pierre Blanchard, de l'assassinat du traitre sur la musique de bastringue dans Pépé le Moko, les premières scènes de La bandera, la scène de beuverie (muette) de Pierre Freynay dans La charrette fantome, …
Duvivier a toujours souffert de l’aspect hétéroclite et un peu inégale de sa production et surtout de la comparaison avec le couple Carné / Prevert , estampillé étalon de la qualité du cinéma français d’avant guerre .
Pour moi, c’est un metteur majeur, dans tous ces films ou presque il y a au moins une scène vraiment exceptionnelle.
Duvivier est le seul à ma connaissance a avoir utiliser les transparences pour les effets de mise en scene. Dans la tete d’un homme, un flic mene une enquête, on le voit filmé en continu, immobile, interrogeant différentes personnes sur différents lieux, les interlocuteurs s’enchaînent sur la transparence qui devient un « effet special » Autre exemple, dans Maria Chapdelaine (de memoire) , un couple se retrouve et fini par s’embrasser puis s’enlacer, ils sont filmes en continu mais le fond en transparence est immobile au début puis s’eleve pour finir sur le ciel. C’est le même principe de mise en scène qu’utilisera Hitchcock des années plus tard pour de la fameuse scène du baiser dans Vertigo, mais en positionnant les acteurs sur un plateau tournant.