The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Alphonse Tram
Réalisateur
Messages : 6594
Inscription : 7 juil. 03, 08:50

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Alphonse Tram » 17 déc. 14, 23:02

J'ai arrêté à 8 minutes. Un excellent petit bonus comme je les aiment sur les dvd. Cette introduction me rappelle les bonus audio de Nicolas Saada sur les anciens HK vidéo. Thoret est très efficace dans cet exercice.
J'écouterai la suite plus tard.
Quelqu'un sait à quelle occasion (projection) ça a été capté ?
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- «Il y aura toujours de la souffrance humaine…mais pour moi il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté». - Studs Terkel.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18471
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Rick Blaine » 17 déc. 14, 23:04

Surement la semaine dernière à Enghien où il présentait le film dans le cadre du cycle Plein feu sur le cinéma américain. :idea:

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18471
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Rick Blaine » 24 déc. 14, 13:50

Père Jules a écrit :


J'ai profité du grand calme professionnel du 24 décembre pour voir ça, c'est comme d'habitude passionnant et extrêmement pertinent.

Avatar de l’utilisateur
Frances
Assistant opérateur
Messages : 2592
Inscription : 3 oct. 12, 20:24

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Frances » 29 déc. 14, 21:31

Rick Blaine a écrit :
J'ai profité du grand calme professionnel du 24 décembre pour voir ça, c'est comme d'habitude passionnant et extrêmement pertinent.


Vu également. Des pistes de lecture passionnantes pour éclairer ce film ovni, que j'ai bien envie de revoir du coup.

Avatar de l’utilisateur
Bogus
Electro
Messages : 765
Inscription : 14 juil. 14, 19:02

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Bogus » 9 juin 15, 20:29

Film très étonnant, récit métaphorique sur la déchéance d'un homme, j'ai été captivé dès le début et le fait que tout reste en permanence ouvert (réalité, rêve, folie?) renforce l'impacte de cet étrange objet cinématographique.
Burt Lancaster est prodigieux, bouleversant même.
La vidéo de JB Thoret au dessus est très pertinente en effet.
Un film qui va me trotter dans la tête encore un bon moment je pense.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 22138
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar tenia » 10 juin 15, 07:58

Y a quand même un truc qui m'a marqué, c'est le plan final, parce que ça me fait me poser une question qui m'embête :

Spoiler (cliquez pour afficher)
Le héros retourne chez lui et découvre sa maison vide comme si c'était la 1ere fois. Mais alors, en début de film, d'où vient-il ? Où a-t'il dormi la veille, alors qu'il passe le film en maillot de bain et qu'il fait probablement pas spécialement chaud la nuit ?


C'est une question très terre-à-terre pour un film qui ne l'est pas forcément, mais j'ai trouvé que cette fin, au-delà de toute considération de rêverie, cauchemar, folie ou je ne sais quoi, transformait le film en un truc sans aucun sens (du coup). Ce n'est plus comme un long épisode de La 4e dimension, qui ont beau souvent tenir sur pas grand chose de terre-à-terre, ont toujours au moins un sens intrinsèque.

Là, pour le coup, ça m'a gêné.

Avatar de l’utilisateur
moonfleet
Assistant opérateur
Messages : 2675
Inscription : 13 août 09, 21:46
Localisation : contrôlée par un cerveau malade

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar moonfleet » 10 juin 15, 09:46

tenia a écrit :Y a quand même un truc qui m'a marqué, c'est le plan final, parce que ça me fait me poser une question qui m'embête :

Spoiler (cliquez pour afficher)
Le héros retourne chez lui et découvre sa maison vide comme si c'était la 1ere fois. Mais alors, en début de film, d'où vient-il ? Où a-t'il dormi la veille, alors qu'il passe le film en maillot de bain et qu'il fait probablement pas spécialement chaud la nuit ?


C'est une question très terre-à-terre pour un film qui ne l'est pas forcément, mais j'ai trouvé que cette fin, au-delà de toute considération de rêverie, cauchemar, folie ou je ne sais quoi, transformait le film en un truc sans aucun sens (du coup). Ce n'est plus comme un long épisode de La 4e dimension, qui ont beau souvent tenir sur pas grand chose de terre-à-terre, ont toujours au moins un sens intrinsèque.

Là, pour le coup, ça m'a gêné.


De ne pas savoir d'où il vient ne m'a pas gênée, j'en fait l'abstraction parce que ça ne m'intéresse pas; comme c'est une parabole (assez bien indiquée: tracez le sillon dans l'eau) j'ai suivi ce parcours de piscines avec fascination, en souriant aux scènes 'Peyton Place' et en admirant le jeu (nan nan pas le torse :roll: ) de Burt, impressionnant de cool attitude alternant avec des moments d'angoisse grandissante avec chaque nouveau lieu aquatique chaque nouveau groupe de personnes (de plus en plus menaçantes), jusqu'à l'assèchement final où se trouve la maison (avec des feuilles mortes et du vent si je me souviens bien) automnale. On peut aussi considérer ce parcours comme un rêve (ou cauchemar) du personnage de Burt Lancaster, et dans ce cas ben le port de vêtements n'est plus obligatoire :mrgreen:
Sinon j'adore ce film, Burt Lancaster est l'acteur/star américain, estampillé "golden age" qui a magnifiquement tenté et réussi le passage vers un 'autre cinéma' ( classés 'arty' ou étrangers ) ne serait-ce qu'avec Atlantic City, 1900, Violence et Passion, Local Hero, The Swimmer...
Dernière édition par moonfleet le 19 juin 15, 18:49, édité 2 fois.
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8443
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Strum » 10 juin 15, 10:35

moonfleet a écrit :Burt Lancaster est l'acteur/star américain, estampillé "golden age" qui a magnifiquement tenté et réussi le passage vers un 'autre cinéma' ( classés 'arty' ou étrangers ) ne serait-ce qu'avec Atlantic City, 1900, Violence et Passion, The Swimmer...


Et surtout avec Le Guépard de Visconti où il livre une des plus belles interprétations du cinéma. Tout à fait d'accord sinon. On peut voir le film comme une parabole sur l'écroulement du rêve américain. D'où il vient au début du film n'est pas une question à laquelle on peut répondre. Et si l'on accepte l'incongruité d'un homme qui se déplace de piscine en piscine, on peut bien accepter l'incongruité d'un homme qui sort de nulle part.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 22138
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar tenia » 10 juin 15, 10:51

Strum a écrit :Et si l'on accepte l'incongruité d'un homme qui se déplace de piscine en piscine, on peut bien accepter l'incongruité d'un homme qui sort de nulle part.


Cela ne me parait n'avoir aucun rapport. Le fait qu'il passe de piscine en piscine est très clairement explicité. Il y a une vraie raison derrière cela (qu'elle soit incongrue est une autre histoire) et je l'accepte. Mais la fin donne clairement l'impression qu'il vient d'ailleurs, qu'il n'a pas d'origine, et ça, c'est pas juste original ou excentrique, c'est quasi surnaturel, et ça m'a paru trancher avec le reste du film.

Avatar de l’utilisateur
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Messages : 40116
Inscription : 13 avr. 03, 11:30
Last.fm
Liste de DVD

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Rockatansky » 10 juin 15, 11:40

J'ai vu le film il y a longtemps, mais pour moi il vient d'un monde qui n'existe plus, et je me souviens avoir pensé qu'il s'était échappé d'un asile.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky

Avatar de l’utilisateur
moonfleet
Assistant opérateur
Messages : 2675
Inscription : 13 août 09, 21:46
Localisation : contrôlée par un cerveau malade

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar moonfleet » 10 juin 15, 11:50

Rockatansky a écrit :J'ai vu le film il y a longtemps, mais pour moi il vient d'un monde qui n'existe plus, et je me souviens avoir pensé qu'il s'était échappé d'un asile.


J'ai aussi pensé qu'il pouvait s'être échappé (de la piscine ?? :) ) d'une maison de repos.
Et puis c'est une proposition que Burt Lancaster ne pouvait pas refuser (©) quand il a su qu'il passerait la majeur partie du film en slip de bain ! :D
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8443
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Strum » 10 juin 15, 14:14

tenia a écrit :Cela ne me parait n'avoir aucun rapport. Le fait qu'il passe de piscine en piscine est très clairement explicité. Il y a une vraie raison derrière cela (qu'elle soit incongrue est une autre histoire) et je l'accepte. Mais la fin donne clairement l'impression qu'il vient d'ailleurs, qu'il n'a pas d'origine, et ça, c'est pas juste original ou excentrique, c'est quasi surnaturel, et ça m'a paru trancher avec le reste du film.


Je n'ai rien vu de surnaturel dans cette fin. Il revient chez lui. La maison est abandonnée, ce qui signifie que sa femme est partie avec les enfants, qu'il a perdu son job depuis longtemps et que la maison a probablement été saisie par ses créanciers. Chacun est laissé libre d'imaginer comment et de boucher les trous. Le passage de piscine en piscine est une métaphore : il essaie de remonter le cours (d'eau) de sa vie, de revenir en arrière, mais sa vie s'est enfuie à jamais. Et ce dont on se doute durant tout le film (qu'il a déjà tout perdu et qu'il fabule) est simplement confirmé par le plan final. C'est une fin logique que l'on peut pressentir au fur et à mesure qu'il se rapproche du terme de son périple. Elle n'en est pas moins émouvante.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 22138
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar tenia » 10 juin 15, 15:08

Oui, mais en finalité d'un film autrement plutôt réaliste, c'est un point qui m'a paru contraster fortement. Du coup, oui, une explication comme celle de Rockatansky (il est peut-être sorti d'un asile ?) me va.

Thématiquement, la fin est logique, elle est dans le ton, etc. Mais dans son exécution, je ne sais pas.

Bref.
C'est un point qui m'avait fait me poser quelques questions, Rockatansky m'aura du coup permis de trouver une explication possible. :D

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8443
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Strum » 10 juin 15, 15:30

tenia a écrit :Oui, mais en finalité d'un film autrement plutôt réaliste, c'est un point qui m'a paru contraster fortement.


A mon avis, c'est l'inverse. C'est la fin qui est réaliste ou qui marque un retour à la réalité pour lui, pas le reste du film où il est en décalage avec la réalité (revenir chez soi de piscine en piscine n'a rien de réaliste). D'où qu'il vienne (asile, maison de repos, de retour de voyage, cela n'a pas d'importance), il a pris un sacré coup sur la tête.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18471
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Rick Blaine » 10 juin 15, 15:39

Strum a écrit :
tenia a écrit :Oui, mais en finalité d'un film autrement plutôt réaliste, c'est un point qui m'a paru contraster fortement.


A mon avis, c'est l'inverse. C'est la fin qui est réaliste ou qui marque un retour à la réalité pour lui, pas le reste du film où il est en décalage avec la réalité (revenir chez soi de piscine en piscine n'a rien de réaliste). D'où qu'il vienne (asile, maison de repos, de retour de voyage, cela n'a pas d'importance), il a pris un sacré coup sur la tête.


Tout à fait d'accord.