The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17661
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Kevin95 » 9 juin 11, 22:21

Je serai plus d'avis (moi qui ai adoré le film) que ces effets datés, ces idées improbables (la course avec le cheval) et la surabondance de la musique de Marvin Hamlisch ajoute un aspect bizarroïde, étrange et par moment mal saint à The Swimmer.

C'est à l'image de la photographie du film qui vire vers les flous ou vers une vision carte postale de cette banlieue aisée des États-Unis. C'est parce qu’elle est au service d'une histoire presque sordide qu'elle ajoute du mystère et (pour moi) de la fascination. Tout les tics du film ne m'ont pas "détachés du film comme beaucoup des sceptiques, bien au contraire ils m'ont mis mal à l'aise au bénéfice de l'intrigue.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
blaisdell
Assistant opérateur
Messages : 2285
Inscription : 2 mai 05, 16:19

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar blaisdell » 7 avr. 12, 01:25

Très beau film que j'ai revu avec un immense plaisir ce soir à l'Action Christine après l'avoir découvert fin 2011 en dvd.

Evidemment les défauts pointés sont bien présents mais les effets visuels incriminés durent très peu de temps- hormis la scène du saut de haie qui présente une importance décisive dans la narration: à son issue rien ne sera plus comme avant pour le personnage principal.

Ce que j'avais le moins aimé lors de mon premier visionnage ne m'a guère dérangé ce soir: une construction en forme de saynètes qui se succèdent.
Une scène avec un enfant, une scène avec une amante potentielle, une scène avec une ex, une scène avec des amis, une avec des ennemis..

En fait le film a malgré tout une ligne dramatique très forte, ce rêve du personnage de rentrer chez lui en nageant dans toutes les piscines du bled.

La scène avec Janice Rule est d'une très grande force (malgré effectivement un faux raccord flagrant à la revoyure en salle) et j'ai eu envie de voir d'autres films avec cette comédienne, notamment Le mercenaire de minuit.

La fin est superbe. Et Lancaster aussi, dans un rôle à la fois intérieur (registre où il excelle) et physique (registre où l'on pense à son ami Kirk, qui aimait beaucoup se montrer torse nu voire davantage dans ses films).

Un vrai film-culte, longtemps invisible en France, dont les défauts contribuent à la singularité, comme l'exprime très bien Kevin dans son avis précédent.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87053
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar Jeremy Fox » 28 août 12, 06:28

La critique du film et du DVD qui vient de sortir chez Wild Side

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14641
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar Watkinssien » 28 août 12, 10:18

Jolie critique pour une oeuvre indéniablement intéressante, très efficacement mise en scène et interprétée.

Peut-être le meilleur film de Frank Perry, cinéaste moyen pour ma part. Mais la part de Pollack dans la réalisation du film est aussi visible, quand on connaît le cinéma du bonhomme et permet probablement d'ajuster les enjeux dramatiques de ce joli film.

Et Burt Lancaster est génial !
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar Federico » 28 août 12, 14:17

The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18488
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar Rick Blaine » 28 août 12, 14:19


Inédit en France, c'est le seul référentiel qui tienne pour WS. D'autant que le DVD UK est sans sous titres français.
En plus l'édition UK me semble partir d'un master moins propre, j'ai l'impression que l'édition Wild Side peut valoir le rachat.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar Federico » 28 août 12, 14:27

Rick Blaine a écrit :

Inédit en France, c'est le seul référentiel qui tienne pour WS. D'autant que le DVD UK est sans sous titres français.
En plus l'édition UK me semble partir d'un master moins propre, j'ai l'impression que l'édition Wild Side peut valoir le rachat.

Possible que le master WS soit plus net. L'édition UK est tout à fait correcte... et elle comporte des STFR. :wink:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18488
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar Rick Blaine » 28 août 12, 14:55

Federico a écrit :Possible que le master WS soit plus net. L'édition UK est tout à fait correcte... et elle comporte des STFR. :wink:

Tiens, je ne me souvenais plus! :oops:

C'est vrai que le master UK est correcte, mais là apparemment ce serait un master plus récent. (2010 si j'en crois le papier). D'ailleurs, je serait preneur d'un petit comparatif. :fiou:

Avatar de l’utilisateur
phylute
La France peut être fière
Messages : 25848
Inscription : 2 janv. 04, 00:42
Localisation : Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar phylute » 28 août 12, 15:26

Watkinssien a écrit :Peut-être le meilleur film de Frank Perry, cinéaste moyen pour ma part.

J'aimerai découvrir ses premiers films, mais je ne trouve strictement rien en DVD... c'est visible comment ?

Watkinssien a écrit :Mais la part de Pollack dans la réalisation du film est aussi visible, quand on connaît le cinéma du bonhomme et permet probablement d'ajuster les enjeux dramatiques de ce joli film.

Il a été appelé pour retourner une unique scène à priori, celle très belle avec Janice Rule. Je ne suis pas convaincu qu'on puisse porter à son crédit un quelconque apport au film...
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18488
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: The Swimmer (Frank Perry/Sydney Pollack - 1968)

Messagepar Rick Blaine » 28 août 12, 15:30

phylute a écrit :
Watkinssien a écrit :Peut-être le meilleur film de Frank Perry, cinéaste moyen pour ma part.

J'aimerai découvrir ses premiers films, mais je ne trouve strictement rien en DVD... c'est visible comment ?

En DVD c'est un peu le désert, il y a David and Lisa en Zone 1. Olive va également sortir sous peu Man on a Swing, mais c'est postérieur à The Swimmer.

Avatar de l’utilisateur
phylute
La France peut être fière
Messages : 25848
Inscription : 2 janv. 04, 00:42
Localisation : Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar phylute » 28 août 12, 19:17

Merci ! j'avais pourtant cherché David and lisa, sans résultat...
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)

Avatar de l’utilisateur
Wagner
Assistant opérateur
Messages : 2258
Inscription : 2 oct. 04, 19:21
Localisation : Dans le temps

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Wagner » 29 août 12, 14:57

C'est un film étrange, difficile à cerner. S'il se contente de dénoncer la superficialité d'un homme riche, il est creux et pauvre visuellement. On se dit alors qu'il dénonce peut-être autre chose, la quête même d'un état d'innoncence qui n'a jamais existé. Dans le premier cas, la pluie finale fait banalement écho à l'état dépressif du personnage. Dans le second, elle désigne la chimère qu'est la pureté de l'eau. La pluie serait cette eau cristalline des piscines qui se déverse sur le personnage pour mieux le fuir, car cette pureté n'existe nulle part si ce n'est dans ses rêves.

Malheureusement, tout laisse à penser que la première interprétation est la bonne. Lancaster a raison dans sa quête romantique en diable, mais il est simplement trop tard. Les lignes de dialogue sur le filtre garantissant une pureté de l'eau à toute épreuve résument une lourde charge contre la culture qui a quitté la nature, en une opposition binaire et manichéenne renvoyant dos à dos les adversaires. C'est le degré zéro de la réflexion (comme la pluie qui succède au ciel bleu), le réalisateur se trompe dans l'objet de sa charge, outre le fait qu'il ne propose rien.
Image

Ego sum qui sum

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Producteur Exécutif
Messages : 7051
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Dunn » 5 sept. 12, 20:51

Image

J'ai acheté le DVD sorti chez wildside en partie pour les conseils ici de DVDClassik mais aussi parce que ce film m'intriguait par son sujet.Quelle merveille,quelle surprise.Ce film est un ovni même encore maintenant et pour moi qui le voit la première fois,ça n'a pas vieilli d'un iota (même la scène un peu kitch des sauts de cheval avec ses fondus et sa musique que j'adore).L'histoire est très intrigante et en effet à la limite d'un "quatrième dimension" tellement Ned vit dans son monde dans la piscine et hors de celui-ci dans un monde bien plus réel et triste au fur et à mesure de son périple.J'ai remarqué que plus il avance de piscine en piscine,plus il est faible,mal accueillit par les propriétaires (excellente séquence avec son ex-maitresse),comme si il cherchait à se prouver quelque chose en faisant ce défi,une sorte de rédemption face à une conclusion tragique.Cette fin m'a secoué tellement dur et apocalyptique (seul face à sa maison vide).Le film pourrait très bien se voir à l'envers en commençant par la fin mais il serait bien plus optimiste.Sinon la mise en scène m'a beaucoup plu,ses moments dans la forêt cachés pour les personnages,les scènes de piscine etc...vraiment une grande et belle découverte,un véritable coup de coeur qui en plus je suis sûr sera encore mieux à chaque vision.Ah et puis j'ai totalement craqué sur la blonde :oops: :oops: (elle a un visage absolument magnifique sorti d'un conte de fée-le film fait très conte justement).
8,5/10

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar Federico » 5 sept. 12, 21:31

Dunn a écrit :le film fait très conte justement.

C'en est un. Le personnage incarné par Lancaster pourrait presque se prénommer Ulice, courant derrière le lapin blanc du temps en navigant de piscine en piscine... :wink:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
wontolla
mon curé chez les forumistes
Messages : 6917
Inscription : 14 mars 10, 14:28
Liste de DVD
Localisation : Bruxelles

Re: The Swimmer (Frank Perry - 1968)

Messagepar wontolla » 12 sept. 12, 10:34

Reçu le DVD Wild Side hier et visionné le soir même.

Je suis encore sous le coup de l'émotion!
Tout d'abord un 'homme invisible' qui ne se découvre qu'à l'aide du bruit, de la trace de son passage dans la nature.
Ensuite, la remontée vers la source, l'origine, le passé...
Car le temps est passé: cela est rappelé tout au long du film.
Il y a si longtemps que l'on ne l'a plus vu ni lui, ni les siens.
Tout cela est si lointain, quelques années parfois.
Et la dégradation, inéluctable est là, passant par la claudication, et l'affaiblissement du corps. Il fait si froid!
Le retour en sa patrie, en sa maison, une remontée (les rochers à gravir) et une entrée de plus en plus difficile pour arriver là où il n'y a plus rien, quelques objets dans une maison vide, qui peuvent titiller la mémoire (comme dans Citizen Kane ?).

Bien difficile de trouver un appui "réel" dans l'histoire et sa narration.
Et cependant, celle-ci et l'itinéraire m'amènent à découvrir une quête initiatique qui ouvre plusieurs perpectives.
J'ai bien entendu pensé à la littérature fantastique, à Ulysse, à la quatrième dimension, à un conte de fées, mais surtout à Stay (Marc Forster, 2005).