Le Cinéma muet

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
bruce randylan
Mogul
Messages : 11261
Inscription : 21 sept. 04, 16:57
Localisation : lost in time and lost in space
Contact :

Re: Le Cinéma muet

Messagepar bruce randylan » 16 mai 19, 00:54

Lorenzaccio (Giuseppe De Liguoro - 1919)

Image

Une belle rareté de la Cinémathèque que cette adaptation du roman éponyme d'Alfred De Musset. Vu le peu d'information sur le film, je ne serai pas surpris d'apprendre qu'il s'agissait de la seule copie existante.
A défaut d'avoir vu son célèbre Enfer (1911), c'est la première fois que je découvrais une œuvre de Giuseppe De Liguoro (qui n'aura tourné que sous le cinéma muet) et ça donne envie d'en découvrir davantage. Bien que le découpage est encore très basique avec 90% de plans larges et quelques rares gros plans, son sens du cadre est souvent pertinent, évitant une caméra trop frontale dans les décors intérieurs tandis que les extérieurs utilisent bien l'architecture historique : ruelles, colonnes, plan en plongée depuis un étage, fenêtre donnant sur l'extérieur...
De plus la photographie est souvent très réussie pour pas mal de clairs-obscurs qui évitent le tape-à-l’œil. Les intérieurs sont toutefois moins travaillés avec une lumière trop uniforme.
Enfin, la narration est soutenue avec de nombreux décor, espaçant les aller-retour dans les lieux récurent. On oublie ainsi totalement l'origine théâtral du scénario.

Par contre, une fois de plus, je trouve que ce genre d'intrigue politique sur fond de complots et conspirations n'est pas adapté au cinéma muet avec beaucoup de cartons et des enjeux brouillons dans sa mise en place. Pour le coup, ça serait beaucoup plus limpides avec des dialogues "sonores".
Il n'est ainsi pas évident d'apprécier la dramaturgie et les rapports entre les personnages qui demeurent très schématiques même si l’interprétation est tout à fait correcte. A noter que le rôle de Lorenzaccio est joué par la comédienne Irene Saffo Momo sans que ça apporte vraiment gros chose au personnage (à l'origine, c'est Sarah Bernhardt qui tenait le rôle sur les planches)

On trouve pas mal de photos du film ici pour les curieux.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
land of hope and dreams

Avatar de l’utilisateur
bruce randylan
Mogul
Messages : 11261
Inscription : 21 sept. 04, 16:57
Localisation : lost in time and lost in space
Contact :

Re: Le Cinéma muet

Messagepar bruce randylan » 17 mai 19, 23:36

Le Mystère de la chambre jaune / The Mystery of the Yellow Room (Emile Chautard - 1919)

Image

Après avoir découvert il y a quelques mois le court-métrage Eugénie Grandet (1910 ; supervisé par Victorin Jasset semble-t-il) qui avait quelques excellentes idées de mise en scène, je fais plus ample connaissance du cinéaste avec cette adaptation de Gaston Leroux tourné au Etats-Unis, où il s'était installé en 1915.
Si le film perd sans doute une identité française, cette version est excellente grâce à une formidable réalisation. Elle fait facilement oublier quelques faiblesses dans le déroulement du récit où quelques rouages ne sont pas toujours clairs (les empruntes de pas sur le tapis) ou tributaires d'intertitres difficilement contournables dans la conclusion, lors du procès. Mais sorti de la, le rythme est sans faille, les plans sont variés avec quelques idées originales tel que la plongée verticale sur la "chambre jaune", un split-screen bien amené et un découpage précis. Il y a surtout un très gros travail fait sur l'atmosphère du film avec une photographie jouant des contrastes et de l'obscurité qui confère aux séquences nocturnes un réel sentiment oppressant.
Si les nombreux seconds rôles demeurent trop transparents, Lorin Raker dans le rôle du journaliste Rouletabille est régulièrement savoureux, espièglerie et flegmatique, ce qui ne lui empêche pas d'être athlétique, comme si son corps était comme un ressort prêt à se détendre brusquement, ou de faire preuve d'une détresse profonde face à la mort.

La cinémathèque a diffusé ce film rare, tiré d'une copie d'exploitation italienne, dans ce restauration remarquable qui a l'air récente, avec teintage et une excellente définition.
Encore un réalisateur qu'il va falloir redécouvrir en espérant un hommage prochainement.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"

land of hope and dreams