Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Tout sur les séries, à la TV ou en DVD : 24, Desperate Housewives, Six Feet Under, Le Prisonnier, Twin Peaks, Mission : Impossible, Seconde B, Plus Belle la Vie...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Coxwell
Le Révolté de l'An 2000
Messages : 2760
Inscription : 24 févr. 05, 10:58

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Coxwell » 9 juil. 19, 14:16

Une série très jolie en tant que papier-peint URSS et correcte dans la trame du récit "événementiel", mais bien fade dans la manière d'articuler la tension dramatique de l'instant avec la tension structurelle lié au régime. Je n'ai jamais cru à aucun moment à l'environnement, car il n'y a pas d’URSS... Les personnages, l'interprétation sont à la fois anachroniques (relations femme-mari par ex) en même temps que complètement hors-sol en termes de capacités à se fondre dans une véritable sphère slave et soviétique (abnégation, esprit sacrificiel non démonstratif, poids de l’intériorité). Il y a clairement un défaut de mise en scène anglo-saxonne qui comprend peu ou pas la culture slave et le sens du relationnel humain en rapport avec la structure liée à l'héritage de la terre et du régime.
Dernière édition par Coxwell le 9 juil. 19, 23:00, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 11999
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Jack Griffin » 9 juil. 19, 15:08

Coxwell a écrit :Je n'ai jamais cru à aucun moment à l'environnement, car il n'y Les personnages, l'interprétation sont à la fois anachroniques (relations femme-mari par ex) en même temps que complètement hors-sil en termes de capacités à se fondre dans une véritable sphère slave et soviétique (abnégation, esprit sacrificiel non démonstratif, poids de l’intériorité). Il y a clairement un défaut de mise en scène anglo-saxonne qui comprenne peu ou pas la culture slave et le sens du relationnel humain en rapport avec la structure du à l'héritage de la terre et du régime.


oui c'est une des limites de cette mini série. Dans l'idéal il faut compléter tout ça par des lectures (relu des passages du livre Svetlana Aleksievitch qui va vers quelque chose de plus réflexif et poétique) et attendre peut être la version russe. La chaine d'Etat NTV va produire un téléfilm sur la catastrophe, j'ai un peu peur qu'on y perde avec la censure.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42733
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Flol » 9 juil. 19, 15:16

Jack Griffin a écrit :j'ai un peu peur qu'on y perde avec la censure.

De la censure ? En Russie ? Sous Poutine ? Comme tu y vas.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21737
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar tenia » 9 juil. 19, 18:27

Ça sent bon le World Trade Center version russo-ukrainienne (enfin, russe, quoi).

Avatar de l’utilisateur
jhudson
Assistant opérateur
Messages : 2304
Inscription : 27 oct. 11, 04:06

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar jhudson » 9 juil. 19, 20:23

Coxwell a écrit :Une série très jolie en tant que papier-peint URSS et correcte dans la trame du récit "événementiel", mais bien fade dans la manière d'articuler la tension dramatique de l'instant avec la tension structurelle lié au régime. Je n'ai jamais cru à aucun moment à l'environnement, car il n'y Les personnages, l'interprétation sont à la fois anachroniques (relations femme-mari par ex) en même temps que complètement hors-sil en termes de capacités à se fondre dans une véritable sphère slave et soviétique (abnégation, esprit sacrificiel non démonstratif, poids de l’intériorité). Il y a clairement un défaut de mise en scène anglo-saxonne qui comprenne peu ou pas la culture slave et le sens du relationnel humain en rapport avec la structure du à l'héritage de la terre et du régime.


Peut être qu'un casting russe aurait aidé a rendre les relations plus réalistes pour un public russe.

Les auteurs ont pris des libertés, dans le film ont voit des personnes seuls se révolter sur la situation ,c'était en faite impossible dans le climat politique de l'époque, tout a été fait en petits commités dans les règles de rigueur

Avoir remplacé un comité par le rôle Emily Watson le montre bien .

Mais ce sont des choix qui aident a l'identification du spectateur et aussi plus facile a dramatiser.

Et pas sur si la vérité a la lettre aurait eu autant d'impact !!!

La mort de Staline de Armando Iannucci qui est une farce anglaise, on y voit que la moindre décision était faite par des comités, ça rend ces gens vraiment antipathiques.

Avatar de l’utilisateur
Coxwell
Le Révolté de l'An 2000
Messages : 2760
Inscription : 24 févr. 05, 10:58

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Coxwell » 9 juil. 19, 23:05

Désolé pour le message bancal écrit précédemment. Il manquait des mots.

Et que dire de cette écriture très 2019 sur ce personnage fictif féminin fort qui entend représenter la contestation face à la rigidité et l’enfermement aveugle d’un régime soviétique et patriarcal nuisible...
Triste période que ces films/séries TV historiques affublés de tous ces anachronismes inscrits au nom de la « pensée juste » d’aujourd’hui.

Pour revenir à la version russe, il est évident qu’ils vont insister sur la présence d’un agent infiltré de la CIA (ce qui est juste) mais grossi de façon à ne pas se complaire aux réflexes anti soviétiques. On aura donc deux versions caricaturales qui vont s’affronter (anglo-saxonne / russe) et la vérité... quelque part au milieu.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21737
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar tenia » 10 juil. 19, 07:53

On a déjà discuté de cela avec le Major, mais l'analyse purement genrée de l'utilité de ce personnage est probabelement tout autant de son temps que ce que l'analyse entend dénoncer.
Quant à la vérité quelque part au milieu... je renvoie à mon rang. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Coxwell
Le Révolté de l'An 2000
Messages : 2760
Inscription : 24 févr. 05, 10:58

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Coxwell » 10 juil. 19, 09:29

Historiquement, structurellement, c’est une aberration quand on a une connaissance satisfaisante du fonctionnement de la période. Cela représente un anachronisme, et c’est tout à fait gênant quand on entend faire correspondre le réalisme des structures sociales avec le réalisme du décor et du déroulé de l’événement en tant que tel.

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 11999
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Jack Griffin » 10 juil. 19, 09:34

tenia a écrit :On a déjà discuté de cela avec le Major, mais l'analyse purement genrée de l'utilité de ce personnage est probabelement tout autant de son temps que ce que l'analyse entend dénoncer.


Parfaitement. Je lisais d'ailleurs dans le bouquin de Saada (Question de cinéma) une interview de Cameron qui parlait du genre et de la représentation au cinéma. Cette interview date de 1994, au moment de la sortie de True Lies. Qu'est ce que les rézosocios et journaux en auraient tiré comme tartine aujourd'hui...
J'espère que la fixette ne va pas durer trop lontemps

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 11999
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Jack Griffin » 10 juil. 19, 09:36

Coxwell a écrit :Historiquement, structurellement, c’est une aberration quand on a une connaissance satisfaisante du fonctionnement de la période. Cela représente un anachronisme, et c’est tout à fait gênant quand on entend faire correspondre le réalisme des structures sociales avec le réalisme du décor et du déroulé de l’événement en tant que tel.


Je pense que le film ne parle pas seulement d'une époque à un moment donné...Elle amène le spectateur à des considérations plus générales

Avatar de l’utilisateur
Coxwell
Le Révolté de l'An 2000
Messages : 2760
Inscription : 24 févr. 05, 10:58

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Coxwell » 10 juil. 19, 10:16

Jack Griffin a écrit :
Coxwell a écrit :Historiquement, structurellement, c’est une aberration quand on a une connaissance satisfaisante du fonctionnement de la période. Cela représente un anachronisme, et c’est tout à fait gênant quand on entend faire correspondre le réalisme des structures sociales avec le réalisme du décor et du déroulé de l’événement en tant que tel.


Je pense que le film ne parle pas seulement d'une époque à un moment donné...Elle amène le spectateur à des considérations plus générales


Comment peut-on faire une série qui se veut crédible sur le plan historique (ce qui inclut donc les structures sociales de l'époque) en représentant ce type de personnage fictif absolument bancal/anachronique pour l'époque représentée ? "Amener le spectateur à des considérations plus générales" n'implique pas nécessairement de travestir l'histoire et les périodes représentées.

Par ailleurs, ce n'est pas une question de genre, puisque je fais exactement le même reproche au choix de Adrian Derrick Palmer pour jouer un ambassadeur d'Ecosse ("George Dalgeish") auprès de la reine Mary 1st ou même Adrian Lester pour jouer "Lord Randolph" dans le dernier "Mary, Queen of Scots".

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 11999
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Jack Griffin » 10 juil. 19, 10:29

Il n'y a pas de femmes scientifiques russes en union soviétique en 1986? Je ne me suis pas vraiment renseigné. En l'état, ça ne me parait pas aberrant

Avatar de l’utilisateur
Coxwell
Le Révolté de l'An 2000
Messages : 2760
Inscription : 24 févr. 05, 10:58

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Coxwell » 10 juil. 19, 10:54

Jack Griffin a écrit :Il n'y a pas de femmes scientifiques russes en union soviétique en 1986? Je ne me suis pas vraiment renseigné. En l'état, ça ne me parait pas aberrant


Des femmes scientifiques qui entendent contester l’autorité des comités, des politiques et de toute la structure bureaucratique soviétique ? Non, et c’est même déjà rarissime pour des hommes cela dit. Valeri Legassov étant lui-même une exception.

Même la structure des relations hommes-femmes ne fonctionne pas dans cette série. Ne serait-ce que les rapports entre Vassili (le pompier) et sa femme (débit de la série), la manière de parler, de communiquer, l’interstice qui noue les hommes et femmes, la fluidité de ces rapports et de cette représentation sont très ancrés dans une culture anglo-saxonne, moderne, loin de la culture slave et soviétique de 1986, qui plus est.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 14146
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar Supfiction » 10 juil. 19, 11:04

C’est le problème de ces séries anglaises actuelles (cf. par exemple Guerre et paix) qui profitent d’un savoir faire et de moyens britanniques indéniables mais qui posent la question de la réinterprétation de l’Histoire sous le prisme du regard britannique avec des acteurs britanniques parlant évidemment anglais.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21737
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Chernobyl (Johan Renck - 2019)

Messagepar tenia » 10 juil. 19, 11:10

Le problème est de ne voir le personnage qu'en tant que femme scientifique et non juste scientifique.
Alors que la série la traite pourtant comme telle, c'est a dire un perso scientifique, et non une femme scientifique.
D'où l'impression d'une suranalyse genrée, ce qui est évidemment ironique vu ce dont elle parle.