House of Cards (Netflix - 2013/2018)

Tout sur les séries, à la TV ou en DVD : 24, Desperate Housewives, Six Feet Under, Le Prisonnier, Twin Peaks, Mission : Impossible, Seconde B, Plus Belle la Vie...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Flavia
My Taylor is rich
Messages : 3385
Inscription : 4 juin 11, 21:27

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Flavia » 23 févr. 15, 12:52

Enfin ! :D Après une première diffusion, lors d'un marathon sur Canal+ Séries, le lendemain de sa sortie sur Netflix aux Etats-Unis, la saison 3 de House of Cards sera également diffusée sur Canal+ le jeudi à 20h50 à partir du 12 mars à raison de deux épisodes par semaine.

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9318
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar odelay » 24 juin 15, 19:38

La saison 3 est en magasin et excellente surprise, le blu ray est au même prix que le dvd, soit 29,99.

Avatar de l’utilisateur
El Dadal
Cadreur
Messages : 4190
Inscription : 13 mars 10, 01:34

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar El Dadal » 30 juil. 15, 14:04

J'en ai terminé avec la saison 3, et contrairement à ce que j'ai pu en lire ça et là, je la trouve dans l'ensemble bien au-dessus de la 2e (qui a pour elle un côté low-key et ses circonvolutions). On perd certes une partie du langage développé précédemment (on ne casse plus le 4e mur aussi souvent), moins de "joliesses" (le couple partageant sa cigarette devant la fenêtre), mais on y gagne en ampleur et en variété. La mise-en-scène, bien que respectant les codes établis, prend des risques et l'ensemble s'aventure souvent hors des zones de confort. Si la psychologie des personnages bénéficie toujours de ce traitement tragique shakespearo-hénaurme, la multitude de situations géo-politiques développées à chaque épisode donne un peu le tournis par sa profonde acuité. Pas un épisode sans qu'on se dise "bon sang, mais c'est le pacte signé par untels la semaine dernière ou quoi?".
Et puis, il me faut cette fois mentionner l'exceptionnelle partition de Jeff Beal. Si les saisons 1 et 2 faisaient dans l'ambient aux relents de film noir, les compositions de la saison 3 sont beaucoup plus lyriques, avec des thèmes forts qui restent en tête, des variations nombreuses et subtiles et certaines évidences mélodiques que j'ai bien souvent du mal à retrouver au cinéma. J'en viens à espérer que Beal continue sa collaboration avec Fincher, sur le grand écran cette fois (et pourtant, je suis déjà sacrément amateur des BO de Trent Reznor, c'est dire). Allez, dès que ça sort, je me chope le CD de la BO.

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9318
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar odelay » 15 août 15, 12:02

D'accord avec toi, la saison 3 tient toutes ses promesses même s'il y a une petite baisse de tension vers la 2ème moitié avant de repartir sur les chapeaux de roue lorsque la campagne est vraiment lancée. Les nouveaux personnages sont bien cernés mais c'est surtout Robin Wright qui est la grande bénéficiaire notamment lors d'un épisode mémorable au final très fort et émouvant. Il est intéressant de voir que Underwood s'est assagi. Maintenant qu'il est président, il est moins la grosse ordure prête à tout pour avoir ce qu'il veut même si dans cette saison il doit se battre pour maintenir sa position. Mais cet adoucissement ne fait pas de lui un personnage moins intéressant pour autant, bien au contraire. Je suis d'accord aussi pour la partition de Jeff Beal que j'ai notée plus d'une fois et que j'ai préférée à ce qu'il faisait pour Rome par exemple.

Côté réalisateurs, on a entre autres et pour plusieurs épisodes James Foley, John Dahl, Agnieska Holland et Robin Wright.

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14776
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Max Schreck » 9 nov. 15, 15:27

Bouclé la saison 1. Et ça m'a plu.

Une froideur formelle qui colle très bien à la volonté de peindre la politique comme un milieu de requins, et efficacement soulignée par des ambiances sonores épurées et glaciales. Ici, il n'est pas question de défendre une idéologie, d'éveiller ou de stimuler les consciences comme dans The West wing (on y pense inévitablement). Le but des auteurs est davantage dans le dévoilement des jeux de stratégie, la manipulation et la mise en pratique du machiavélisme. Du coup, il est vrai que les personnages ne sont pas particulièrement attachants, mais en même temps, ils ne font pas non plus faux ou pantins. Mention spéciale au couple vedette Spacey/Wright qui est écrit avec beaucoup de finesse, parvenant à ne jamais vraiment être cataloguable comme gentil ou méchant. On sent que quelque chose de puissant et indicible les lie. Même s'ils sont toujours à la limite de rompre, il trouve en l'autre une forme de salut qui les retient de basculer sinon dans un sorte d'inhumanité (c'est pas très bien exprimé, pardon).

J'ignore si les scénaristes avaient tout prévu dès le début, mais le récit et ses ramifications sont impressionnants de complexité, chaque petit bout de personnage trouvant sa place dans l'atroce partie d'échec qui se joue devant nous. Ça déclenche pas un emballement fou, mais ça parvient quand même à offrir suffisamment de moments prenants, voire touchants, et on va donc se pencher sur la saison 2, alors que je pensais vraiment que la 1re suffirait, comme un bouche-trou juste efficace entre d'autres shows.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14776
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Max Schreck » 7 janv. 16, 12:23

House of cards Saison 3 (je mets pas le visuel dvd qui spoile bien le truc pour ceux qui n'ont pas vu la 2e saison).

Ma-gi-stral. La deuxième saison était distrayante mais cachait mal un fonctionnement un peu mécanique, multipliant les coups tordus et les face à face entre Underwood et un Tusk qui faisait parfois trop méchant de cinéma. Avec le nouveau statut auquel est désormais parvenu le protagoniste, on franchit un palier et la série se met enfin à dépasser les simples jeux de manipulation et le machiavélisme pour traiter de façon aussi audacieuse que passionnante les questions plus directement politiques (et la politique américaine c'est vraiment le bordel). Du coup, j'ai cessé d'avoir The West wing dans le rétroviseur pour apprécier l'intelligence du propos ici à l'œuvre, qui expose des cas de conscience parfois vertigineux. Et toujours avec un souci maniaque de la caractérisation des personnages, complexes, cohérents, torturés. C'est quand même remarquablement dialogué, et les échanges anthologiques se succèdent. Chaque épisode est riche et marquant, allant toujours plus loin, même si on n'échappe pas toujours au remplissage (j'étais pas vraiment désireux de continuer à suivre les atermoiements de Doug). Et c'est d'autant plus impressionnant que ça aborde de front des questions brûlantes comme la paix au Proche-orient ou les relations avec la Russie, avec un président qui se démarque à peine de Poutine, sa présence donnant sans doute lieu aux meilleurs épisodes. Je suis persuadé qu'on aura pareillement un décalque de Trump pour la saison 4.

Et encore une fois, visuellement c'est toujours aussi classe, la bande son envoûtante. L'interprétation est top, mention spéciale à une Robin Wright qui parvient à exprimer une complexité d'émotions incroyable par son corps comme par son visage, avec une subtilité exemplaire.

Bref, jusqu'ici c'était déjà une série première classe, mais là je ne m'attendais pas à un tel sommet. Ça vaut donc franchement le coup de s'y remettre pour ceux qui avait hésité !
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
ex-beldvd man
Accessoiriste
Messages : 1651
Inscription : 12 août 04, 09:52
Localisation : Belgique

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar ex-beldvd man » 7 janv. 16, 16:04

Max Schreck a écrit :House of cards Saison 3 (je mets pas le visuel dvd qui spoile bien le truc pour ceux qui n'ont pas vu la 2e saison).


Oui tu fais bien... J'ai vu le visuel de la S3 avant même de commencer la S1, quelle bande de %µ@§ç !!
Image

Avatar de l’utilisateur
Flavia
My Taylor is rich
Messages : 3385
Inscription : 4 juin 11, 21:27

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Flavia » 3 mars 16, 19:31

La 4ème saison est prévue le 4 mars aux Etats-Unis, et en France, celle-ci ne serait plus programmée sur Canal+. Netflix aurait réussi à récupérer les droits, à suivre ...

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9762
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Gounou » 3 mars 16, 20:00

Flavia a écrit :La 4ème saison est prévue le 4 mars aux Etats-Unis, et en France, celle-ci ne serait plus programmée sur Canal+. Netflix aurait réussi à récupérer les droits, à suivre ...

Une amie, fan hardcore, vient de me donner la même info... Mais quid des saisons précédentes du coup ?
Image

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8656
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Joshua Baskin » 4 mars 16, 09:29

Gounou a écrit :
Flavia a écrit :La 4ème saison est prévue le 4 mars aux Etats-Unis, et en France, celle-ci ne serait plus programmée sur Canal+. Netflix aurait réussi à récupérer les droits, à suivre ...

Une amie, fan hardcore, vient de me donner la même info... Mais quid des saisons précédentes du coup ?


Les 4 saisons sont dispos depuis ce matin sur netflix fr. Je vais enfin pouvoir m'y mettre.

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9762
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Gounou » 18 mars 16, 11:41

Johnny Doe a écrit :Si les scénaristes parviennent à rester "sage" dans la première saison, en matière de manipulation, la deuxième vire carrément dans l'excès, jusqu'à en devenir à plusieurs reprises totalement invraisemblable.

Je rebondis là-dessus, parce que j'arrive au terme de la première saison là, et je me demande en lisant ça si cette série est vraiment pour moi.
Je pense que je me suis un peu fourvoyé en imaginant me frotter à une version sèche et fincherienne de The West Wing, à savoir une plongée brute dans les jeux de pouvoir en tout genre qui resterait (autant que possible) réaliste et dont les coups bas n'auraient q'un impact politique.
Or non, ici on vire sans problème dans le thriller un peu gras, avec passages en force scénaristiques ENORMES. Je suis à la fois accroché par le rythme interne des épisodes et constamment ramené à l'écriture grossière des persos, des situations, des rebondissements. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis dit que le comportement du personnage de Kevin Spacey DEVAIT le trahir... mais non, en face de lui tout le monde passe pour un écolier qui vient prendre gentiment sa leçon.
Pour résumer je crois que le cadre de la Maison Blanche m'inspirait autre chose qu'un spectacle certes fourni et visuellement chiadé mais qui fait bien trop souvent toc.
Image

7swans
Nuits de Sheen...
Messages : 7219
Inscription : 17 févr. 06, 18:50

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar 7swans » 18 mars 16, 12:50

Gounou a écrit :
Johnny Doe a écrit :Si les scénaristes parviennent à rester "sage" dans la première saison, en matière de manipulation, la deuxième vire carrément dans l'excès, jusqu'à en devenir à plusieurs reprises totalement invraisemblable.

Je rebondis là-dessus, parce que j'arrive au terme de la première saison là, et je me demande en lisant ça si cette série est vraiment pour moi.
Je pense que je me suis un peu fourvoyé en imaginant me frotter à une version sèche et fincherienne de The West Wing, à savoir une plongée brute dans les jeux de pouvoir en tout genre qui resterait (autant que possible) réaliste et dont les coups bas n'auraient q'un impact politique.
Or non, ici on vire sans problème dans le thriller un peu gras, avec passages en force scénaristiques ENORMES. Je suis à la fois accroché par le rythme interne des épisodes et constamment ramené à l'écriture grossière des persos, des situations, des rebondissements. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis dit que le comportement du personnage de Kevin Spacey DEVAIT le trahir... mais non, en face de lui tout le monde passe pour un écolier qui vient prendre gentiment sa leçon.
Pour résumer je crois que le cadre de la Maison Blanche m'inspirait autre chose qu'un spectacle certes fourni et visuellement chiadé mais qui fait bien trop souvent toc.


J'ai l'impression (sans avoir vu un épisode d'House of Cards) que la série se rapproche surtout de Profit.
Série totalement jouissive (le mot est lâché) qui suit Adrian Pasdar, cadre récemment embauché dans une entreprise quelconque, utilisant tous les moyens à sa disposition pour monter dans l’organigramme et dézinguer ses supérieurs un à un. Il ne se limite pas à la sphère professionnel, mais vient souvent briser ses opposants en appuyant sur leur soft spot : bien souvent leur vie privée.
Série la plus moralement douteuse de ses 30 dernières années.
Dans le cadre de l'entreprise, ça m’intéresse sans doute plus que dans les couloirs de la maison blanche, cela dit.
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9762
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Gounou » 18 mars 16, 12:52

7swans a écrit :J'ai l'impression (sans avoir vu un épisode d'House of Cards) que la série se rapproche surtout de Profit.

Je ne sais pas si Profit ressemble à House of Cards mais ta description, elle, ressemble à l'idée que je m'en faisais !
Image

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8656
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Joshua Baskin » 18 mars 16, 15:05

J'avais littéralement adoré la version anglaise. Je me lancerai bientôt dans la version US.

Johnny Doe
Producteur
Messages : 8897
Inscription : 13 mai 03, 19:59

Re: House of Cards (Netflix - 2013)

Messagepar Johnny Doe » 21 mars 16, 11:25

Gounou a écrit :Je rebondis là-dessus, parce que j'arrive au terme de la première saison là, et je me demande en lisant ça si cette série est vraiment pour moi.
Je pense que je me suis un peu fourvoyé en imaginant me frotter à une version sèche et fincherienne de The West Wing, à savoir une plongée brute dans les jeux de pouvoir en tout genre qui resterait (autant que possible) réaliste et dont les coups bas n'auraient q'un impact politique.
Or non, ici on vire sans problème dans le thriller un peu gras, avec passages en force scénaristiques ENORMES. Je suis à la fois accroché par le rythme interne des épisodes et constamment ramené à l'écriture grossière des persos, des situations, des rebondissements. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis dit que le comportement du personnage de Kevin Spacey DEVAIT le trahir... mais non, en face de lui tout le monde passe pour un écolier qui vient prendre gentiment sa leçon.
Pour résumer je crois que le cadre de la Maison Blanche m'inspirait autre chose qu'un spectacle certes fourni et visuellement chiadé mais qui fait bien trop souvent toc.


En fait j'en attendais exactement la même chose que toi, quelque chose d'assez proche de The West Wing pour l'exigence politique, mais sans une once de son idéalisme. Avec un travail de manipulation aux petits oignons. Or là, on est plutôt dans la série bulldozer, après 4-5 épisodes on a bien compris que l'aspect politique, c'est surtout un cadre, un apparat, comprendre exactement les moyens qu'utilise Frank pour tordre son monde n'a pas une grande importance. On cherche l'efficacité, pas faire réfléchir. Honnêtement si tu t'amuses, tu peux essayer de continuer, tu trouveras peut-être ton plaisir ailleurs, dans ce côté un peu déviant et énaurme de certains passages, mais pour moi c'était clairement une déception, avec une seconde saison en point d'orgue. Je n'avais d'ailleurs pas terminé la 3ème même si je l'avais trouvé supérieure jusqu'à la moitié (à quelques énormités prêt).
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.