Les derniers Bonus que vous avez vus

Rubrique consacrée aux DVD de films récents, tournés après 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47751
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Boubakar » 10 mai 17, 00:34

Forrest Gump : pour la sortie blu-ray du film en 2011, Paramount a produit de nouveaux bonus, en plus de ceux déjà présents dans l'édition dvd de 2001, ce qui fait qu'on doit avoir quelque chose comme six heures de contenu. J'ai jeté un œil aux anciens suppléments, qui restent au fond très promotionnels, et dont ce qui est dit, notamment les effets spéciaux, sont considérablement plus développés dans la partie inédite.
Concernant ces nouveaux bonus, tous en HD, y compris les archives, on a un document très intéressant de 30 minutes où un membre de l'équipe filme le tournage à l'aide d'une petite caméra plusieurs scènes,on voit que tout est millimétré par un Robert Zemeckis méticuleux à l'extrême et un Tom Hanks d'une grande générosité, y compris avec le petit garçon qui joue Forrest Gumpe enfant.

Il y a aussi plusieurs documentaires sur les effets spéciaux, où intervient Doug Chiang, sur leur aspect révolutionnaire à l'époque, notamment la scène entre Gump et JFK, qui a été un cauchemar d'incrustation, les fausses jambes amputées de Gary Sinise (qui a dû faire ces scènes avec des bas de contention bleues afin qu'elles soient retirées numériquement et qu'on y insère des moignons à la place), la plume qui flotte au début et à la fin du film, et tout ce qui concerne l'incrustation de personnages célèbres dans la vie de Forrest Gump. A noter que Tom Hanks a été inséré numériquement dans la scène du début où il joue un ancêtre de Forrest Gump faisant partie du Ku Klux Klan, et dont le plan tire de Naissance d'une nation (la charge à cheval). Il ressort une grande fierté d'avoir su faire des effets spéciaux plus ou moins invisibles, et un des concepteurs, issu de chez I.L.M. lance presque un débat sur ce qui est impressionnant ; voir une planète qui explose, un gros serpent ou voir Forrest Gump serrer la main de Kennedy ou qui parle à John Lennon.

Le plus gros morceau est une masterclass d'une heure donnée à l'USC California en 2009, où Robert Zemeckis y a appris son métier de réalisateur, et ce dernier est invité à parler à une assistance en compagnie de Tom Hanks, Gary Sinise et le scénariste, Eric Roth. Tout est dit sur l'air du bon vieux temps, mais c'est dans ce bonus-là qu'on apprend les difficultés du film à avoir pu exister. Au départ, le projet était chez Warner qui, effrayé à l'idée d'avoir comme personnage principal un simplet, donne la patate chaude à Paramount, qui n'est guère plus motivé, jusqu'à ce que Robert Zemeckis s'y intéresse, suivi par Tom Hanks. Le studio donne néanmoins son accord du bout du lèvres, à condition que le budget soit minime, soit moins de 60 millions de dollars pour quatre mois de tournage. Le budget sera tellement peu, à cause des effets spéciaux, que les principaux acteurs et techniciens seront payés au minimum, y compris Tom Hanks, qui ira jusqu'à refuser d'être payé en échange d'une participation aux bénéfices. Stratégie qui a va être payante pour l'équipe, et une catastrophe pour Paramount, car le carton mondial du film va enrichir considérablement tout le monde, par le jeu des pourcentages, et que le studio ne récupèrera que des miettes :mrgreen: !
Robert Zemeckis revient aussi sur le fait qu'un tel film serait aujourd'hui irréalisable, notamment à cause de son budget qui serait beaucoup plus élevé aujourd'hui, et par le fait qu'il serait très difficile à vendre. Cette discussion est très intéressante à suivre ; c'est comme si on écoutait quatre copains raconter leurs souvenirs d'un film a marqué son époque, aussi bien dans la culture populaire que dans les effets spéciaux, qui furent parmi les premiers à être utilisés pour autre chose que des explosions.

didiersept
Stagiaire
Messages : 33
Inscription : 5 juin 05, 14:58

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar didiersept » 17 mai 17, 15:26

Boubakar a écrit :Sur Youtube, on peut trouver des interviews issus de bonus dvd, et je suis tombé sur José Giovanni, détruisant Jean-Pierre Melville durant les quinze minutes, avec des mots très durs à son encontre. C'est issu du dvd/blu-ray du Cercle rouge.


très intéressant...marrant même venant d'une tel type...
il vaut mieux être détesté qu'apprécié par ce genre de personne ? [troll inside ?]
Spoiler (cliquez pour afficher)
11 ans de prison pour collaboration

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Monteur
Messages : 4532
Inscription : 13 déc. 07, 19:24

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar nobody smith » 23 juin 17, 11:20

Transformers : Age Of Extinction. Comme pour les précédents épisodes, c’est fascinant de voir les coulisses de ce tournage homérique. Ça ne se focalise pas trop sur le travail des CGI pour faire la part belle aux images de plateau pleine de cascades et de destructions. Comme d’hab, c’est à se demander comment il n’y a pas eu de mort. C’est donc un florilège d’images spectaculaires et d’anecdotes surprenantes (le climax en Chine a été tourné en bonne partie à Chicago). Le tout bien sûr mené par l’awesome Michael Bay qui n’hésite jamais à prendre quelques minutes pour parler de sa vision artistique. Faut le voir dans le premier doc passer au crible le plan où un mec se prend dans la tronche le pneu d’une voiture en vol. Il t’explique tout. La position de la caméra, le choix de la focale, de la vitesse, le petit crachat du cascadeur lors de l'impact ("le détail qui fait toute la différence !")… Ce mec est fou ! Je l’adore ! Mais le grand temps fort de ces bonus, ça reste l’apparition sur le plateau d’Harriet Bay la maman de Michael. Une gentille dame qui te raconte comment son fils passait son temps enfant à construire des maquettes (pour les faire exploser évidemment), la fois où il a détruit toutes les fenêtres de la maison ("parce que ça fait plus vrai !") ou le jour où elle a été horrifiée de voir son rejeton engueuler un Sean Connery sexagénaire ("T’inquiètes maman ! C’est un pro, il a l’habitude !"). Rien que pour ça, les bonus valent le détour.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Messages : 39825
Inscription : 13 avr. 03, 11:30
Last.fm
Liste de DVD

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Rockatansky » 23 juin 17, 11:36

J'avais lu quelque part que Bay faisait partie de ces réalisateurs chantres de la sécurité ne voulant surtout pas un accident sur leur plateau
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47751
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Boubakar » 12 juil. 17, 13:21

Le gang Anderson : sur le blu-ray édité par Sidonis, on trouve 3 présentations totalisant au total 35 minutes - Bertrand Tavernier, Patrick Brion et François Guérif.
Concernant Tavernier, qui se taille la part du lion, celui-ci est très enthousiaste sur le film, bien qu'il reconnaisse que ce n'est pas très crédible de faire passer Sean Connery pour un américain, avec son écossais à couper au couteau. Il revient largement sur les qualités du film, la mise en scène (notamment ce plan-séquence où Connery déshabille Dyan Cannon lors de leurs retrouvailles), son humour (in)volontaire, et sur le caractère prophétique de l'histoire, anticipant de peu de temps le Watergate. Enfin, il situe le film par rapport à l'actualité contemporaine, citant Edward Snowden,Julian Assange, et il conseille même à Christian Estrosi d'y jeter un œil :mrgreen: !
Carton jaune à l'éditeur qui, s'il illustre brillamment les présentations, se plante dans la date de décès de Sidney Lumet ; 2001 au lieu de 2011.

Quant à Patrick Brion, il ne doit parler du film que pendant une minute, avouant que la nouvelle vision l'a moins intéressé, car il le trouve daté et moins bon que Conversation secrète par exemple. Alors, il bifurque sur les autres films réalisés par Lumet dans cette période, comme La colline des hommes perdus , Serpico, The offence, La mouette, et revient en particulier sur Le groupe, inédit en France.
Le dernier est François Guérif (seulement 6 minutes), qui replace le film par rapport au roman dont il fut adapté.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17692
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Rick Blaine » 12 juil. 17, 13:56

Boubakar a écrit :bien qu'il reconnaisse que ce n'est pas très crédible de faire passer Sean Connery pour un américain, avec son écossais à couper au couteau.

Ce point m'a fait tiquer quand j'ai vu le bonus car il est dit à un moment dans le film qu'Anderson est anglais. Pour une fois, la légendaire mémoire de Tatav' a été imprécise. :)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85718
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Jeremy Fox » 12 juil. 17, 14:00

Boubakar a écrit :
Quant à Patrick Brion, il ne doit parler du film que pendant une minute, avouant que la nouvelle vision l'a moins intéressé, car il le trouve daté et moins bon que Conversation secrète par exemple. Alors, il bifurque sur les autres films réalisés par Lumet dans cette période, comme La colline des hommes perdus , Serpico, The offence, La mouette, et revient en particulier sur Le groupe, inédit en France.


Il fait pareil sur le bonus de La Fureur sauvage, son intervention peut-être la plus calamiteuse, parlant plus de Heaven's Gate que du film de Richard Lang, réhabilitant très maladroitement Charlton Heston. Il faudrait qu'il laisse sa place à d'autres si c'est pour en arriver à un tel vide abyssal qui en devient parfois gênant.

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19363
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Nestor Almendros » 12 juil. 17, 14:28

Boubakar a écrit :Carton jaune à l'éditeur qui, s'il illustre brillamment les présentations, se plante dans la date de décès de Sidney Lumet ; 2001 au lieu de 2011.

j'ai justement fait une capture pour le test (à paraître vendredi) et c'est bien 2011 qui est indiqué :?:

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47751
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Boubakar » 12 juil. 17, 14:43

Nestor Almendros a écrit :
Boubakar a écrit :Carton jaune à l'éditeur qui, s'il illustre brillamment les présentations, se plante dans la date de décès de Sidney Lumet ; 2001 au lieu de 2011.

j'ai justement fait une capture pour le test (à paraître vendredi) et c'est bien 2011 qui est indiqué :?:


Je viens de faire une capture via mon téléphone pour te prouver la coquille :

http://www.hostingpics.net/viewer.php?i ... 617Pro.jpg

Ça me rappelle la première jaquette où il était marqué Sydney au lieu de Sidney ... ça a été corrigé depuis.

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19363
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Nestor Almendros » 12 juil. 17, 15:03

En effet :uhuh:

Ils ont fait plusieurs panneaux mais pas tous identiques :fiou:

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47751
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Boubakar » 3 août 17, 19:12

Week-end royal : si on trouve quelques interviews sans intérêt de l'équipe, il y a une présentation de plus de 20 minutes d'un historien, Jean-Louis Derenne, qui place dans le contexte l'arrivée du roi Georges VI aux Etats-Unis. A ma grande surprise, c'est passionnant à écouter, et je dirais même plus intéressant que le film, car il parle non seulement de ce fameux pique-nique, mais aussi de la personnalité de Roosevelt, où j'ai appris qu'il a eu des tas de liaisons, qu'il a contracté la polio à ses 39 ans, et qui aura comme conséquences de le laisser paralysé aux niveau des jambes. Sa maladie restera secrète très longtemps aux yeux des Américains, à tel point que le président exigera des journalistes qu'il ne soit jamais pris en photo sur son fauteuil roulant.
L'historien revient aussi sur ce qu'on voit dans le film, sans qu'il ne le cite jamais vraiment, à savoir l'histoire secrète entre Roosevelt et sa cousine éloignée, Margaret Suckley, dont la relation ne fut découverte qu'au début des années 90, lors de la disparition de cette dernière.

Comme quoi, j'aurais pu économiser 1h30 de mon temps pour un film sympathique mais totalement mineur, et voir juste ce bonus :|

Barabbas : trois bonus sont présents sur le blu-ray, dont l'image du film est par ailleurs dégueulasse, mais bref...
Tout d'abord, il y a un documentaire du début des années 1990 sur Anthony Quinn où celui-ci revient sur sa vie et sa carrière, mais l'image provient probablement d'une Vhs, mais les interviews sont toutes doublées en français : ça fait un peu remplissage quand même. Ensuite, il y a une présentation de 21 minutes de Bertrand Tavernier, qui introduit sa vidéo par un tonitruant "J'adore Barabbas !", et nous raconte avec passion le talent de Fleischer sur le film, l'apport du Cinemascope, et l'évolution du personnage principal, qui est également une ode à Anthony Quinn que Tavernier avait tendance à sous-estimer, et qui fait ici son mea culpa. Il aime tellement ce film que pour lui, il le trouve 100 000 fois mieux (c'est lui qui le dit) que Ben-Hur et Les 10 commandements. Par contre, ça serait bien que les équipes qui créent ce genre de vidéos pensent tout de même à peigner les cheveux de Tavernier ; on dirait qu'il a mis les doigts dans une prise :mrgreen: !

Quand à la dernière vidéo, c'est 10 minutes avec Patrick Brion qui revient largement sur les coulisses du projet, avec Jeanne Moreau qui fut au départ prévue pour jouer Rachel, mais Dino de Laurentis s'y opposa, pensant qu'elle parasiterait le film par sa présence. Alors, il choisira à sa place Silvana Mangano... qui était son épouse.
Pour Barabbas, le premier nom prévu était Yul Brynner, qui n'en voulait pas au départ, craignant que ça fasse doublon avec son rôle dans Les 10 commandements. Richard Fleischer arrive alors à le convaincre pour jouer dans le film, jusqu'au refus de de Laurentis qui le trouvait trop cher, d'où le choix d'Anthony Quinn. Il y a aussi la lecture des mémoires de Fleischer concernant le film (qui font regretter qu'elles n'ont jamais été traduites), et cette présentation serait parfaite, car on sent que Brion aime le film, si dans les dernières secondes, il n'infligea pas un petit taquet au cinéma contemporain, prenant pour exemple les scènes dans l’arène où pas loin de 9 000 figurants furent embauchés ... C'était une autre époque !

Ceci mis à part, c'est très complet sur le film, avec toujours les affiches, quelques photos de plateau et du staff (dont le scénariste).

Sorcerer : grâce à la magie de youtube, on peut (re)voir l'excellente interview de Friedkin par Nicolas Winding Refn présente sur le blu-ray français du film :


Avatar de l’utilisateur
Mosin-Nagant
Régisseur
Messages : 3338
Inscription : 12 juin 14, 19:36
Localisation : "Made in America"

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Mosin-Nagant » 4 août 17, 12:31

De Niro et Tarantino en promo pour Jackie Brown... Il y a 20 ans :

Pas le meilleur journaliste en face d'eux ( je crois avoir reconnu, à sa voix, Mr Moustache " Première/Studio" Lavoignat )...
Sur les éditions dvd/bluray, seulement de courts extraits de cet entretien étaient présents, je crois.

Et j'adore la sortie de De Niro, à la fin! :lol:
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9226
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar odelay » 6 août 17, 00:55

L'interview de Charlotte Gainsbourg de 2016 présente sur la dernière édition de L'Effrontée.

Très difficile de ne pas tomber sous son charme. Et elle est 1000 fois plus loquaces qu'à l'époque (ce qui n'est pas compliqué, certes...) jusqu'à même parler de choses très intimes. A voir absolument.


Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42474
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Flol » 7 août 17, 15:21

odelay a écrit :Très difficile de ne pas tomber sous son charme. Et elle est 1000 fois plus loquaces qu'à l'époque (ce qui n'est pas compliqué, certes...) jusqu'à même parler de choses très intimes. A voir absolument.


Merci pour la vidéo, elle est effectivement charmante à écouter. Son anecdote sur le jour où elle est devenue femme est étonnante, venant d'elle.

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47751
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Les derniers Bonus que vous avez vus

Messagepar Boubakar » 3 sept. 17, 18:17

Tout comme Flol qui est séduit par les titres de chez Arrow, j'ai découvert leurs bonus via l'édition de Foxy Brown. Outre la qualité technique qui pulvérise l'antique dvd sorti chez MGM (quoique le son a tendance a saturer dès que ça hurle), les compléments proposés, aussi bien dans le livret que dans le blu-ray sont passionnants, et très bien produits.
Pour commencer, le livret propose un excellent essai, et une interview de Pam Grier, 42 ans après la sortie du film, où elle revient sur sa carrière, en particulier son passage chez Roger Corman (où elle était au départ la standardiste) où elle évoque Big doll house ou Women in prison.
Quant aux bonus, il y en a plusieurs, mais si ceux concernant les acteurs sont plutôt des personnages secondaires de Foxy Brown, ils montrent l'importance qu'ils ont eu aussi bien dans la carrière de Jack Hill ou dans la Blaxploitation.
On a au départ un entretien d'une vingtaine de minutes avec le second couteau Sid Haig, qui a été l'acteur fétiche de Jack Hill, et qu'on voit souvent dans le cinéma de Rob Zombie, identifiable avec son crâne chauve et sa barbe qu'il traine sur une carrière de plus de cinquante ans dans le cinéma de genre. Il revient assez peu sur Foxy Brown, étant donné son rôle secondaire, mais revient sur son amitié avec le réalisateur, qui l'a fait jouer dans son premier film, The host, dont on voit des extraits et où, à vingt ans ... il était déjà chauve :mrgreen: !
On trouve aussi une interview de la même longueur avec Bob Minor, lui aussi un acteur secondaire, mais qui est reconnu non seulement pour être un cascadeur qui a tourné dans des tas de films (depuis 1970, et ça continue) mais aussi pour être la première personne de couleur noire à avoir été acceptée dans le principal syndicat américain des cascadeurs.
Si il parle un peu plus de Foxy Brown, car il a non seulement participé aux cascades en plus d'avoir un petit rôle, lui aussi revient sur sa longue carrière, y compris dans la Blaxploitation, où il fut le cascadeur officiel de l'époque.

Ensuite, un autre gros morceau est un documentaire de 25 minutes sur la Blaxploitation, avec des intervenants aussi prestigieux que Fred Williamson (chaine en or et cigare à l'appui) ou Austin Stoker, qui raconte que ce mouvement est né d'une frustration du public noir de ne pas voir justement à l'écran des films d'actions qui leur serait destiné. La porte d'entrée s'est faite avec Melvin Van Peebles et Sweet Sweetback's Baadasssss Song, et voyant le succès du film, Roger Corman, toujours dans les bons coups, va s'engouffrer dans la brèche et créer ainsi ce mouvement. Le documentaire est très intéressant, revenant aussi bien sur ce mouvement assez court au fond (moins de dix ans), mais qui a permis de lancer au grand public des artistes comme Isaac Hayes, et mine de rien, la genre a été incroyablement prolifique.

Enfin, Arrow a eu l'idée géniale de proposer un panaché de 15 minutes tournant non seulement autour de la Blaxploitation, mais aussi des films de Jack Hill. On peut regretter que l'image soit souvent déplorable dans les extraits qu'on voit, mais ça donne rudement envie.
Bref, coup de chapeau à l'éditeur dont cette première découverte est couronnée de succès ; c'est non seulement très bien produit (tout en 1080p), avec des tas d'affiches de la Blaxploitation, mais ça reste au fond assez compréhensible malgré l'absence de sous-titres.

La mort vous va si bien : le blu-ray édité chez ESC comprend plusieurs bonus, y compris une featurette d'époque sur les maquillages et autres prothèses (dont les machines à faire bouger la poitrine de Meryl Streep ou à gonfler ses fesses). Il y a d'abord une vidéo du style Zemeckis par Jacky Goldberg et Vincent Ostria, qui reviennent sur ce qu'il fait fréquemment dans sa filmographie, comme filmer à travers un miroir (comme dans Contact), démarrer ses films par un plan large, l'utilisation de la musique d'Alan Silvestri...) et bien entendu son utilisation avant-gardiste des effets spéciaux, comme le traitement réservé à Meryl Streep et Goldie Hawn. C'est intéressant pour ceux qui ne connaissent pas la carrière de Robert Zemeckis, mais pour les autres, nous sommes en territoire connu.
Ensuite, nous avons un portait de Bruce Willis dans les rôles comiques qu'il a eu, par le même Jacky Goldberg. Il revient au départ sur Clair de lune, puis ses comédies avec Blake Edwards, et ainsi de suite, tout en brossant un profil intéressant de l'acteur, qui voulait être un personnage ordinaire dans des situations extraordinaires, à la différence d'un Stallone ou d'un Schwarzenegger. Il élargit son discours sur la suite de sa carrière, et ses derniers grands films (Clones et Looper), avant de sombrer dans le DTV.
Il y a un dernier documentaire américain consacré aux effets spéciaux, avec deux des concepteurs, où on apprend que le maquilleur Dick Smith fut de la partie, rappelé par Zemeckis alors qu'il était à la retraite. C'est très instructif pour comprendre la fabrication de scènes, notamment le trou dans le ventre de Goldie Hawn, ou encore Meryl Streep et sa tête retournée, mélange de maquillage et d'effets spéciaux.

Tout cela est intéressant, mais il est dommage que les problèmes de production du film ne soient pas abordés (comme la fin qui fut retournée, Tracey Ullman qui a disparu alors qu'elle est bien présente dans le trailer, d'ailleurs rempli de scènes inédites ou alternatives).