Menu
Critique de film
Le film

Vaquero

(Ride, Vaquero!)

L'histoire

Au Texas près de la frontière mexicaine. La Guerre de Sécession vient de prendre fin, ce qui n’est pas du goût du leader des desperados mexicains qui tient la région sous sa coupe, Jose Esqueda (Anthony Quinn). Il craint que les soldats, de retour des combats, viennent à nouveau s’occuper de leur cas et ne souhaite pas que la région soit envahie par les vaincus voulant se réinstaller, amenant avec eux loi et civilisation : ces trop grands changements risquent de faire péricliter son influence et sa domination. Avec l’aide du tireur d’élite Rio (Robert Taylor), son frère de lait, il décide de brûler tous les ranchs qui s’érigeraient en ces contrées. King Cameron (Howard Keel), ancien colonel sudiste, arrive dans la région avec justement la ferme intention de construire un domaine imposant destiné à l’élevage. Il est accompagné de sa charmante épouse, Cordelia (Ava Gardner). A peine installé sur place, il décide de ne pas se laisser faire par Esqueda, tentant même de convaincre (sans succès) ses concitoyens de l’aider à chasser le bandit de la région. Esqueda ne se laisse pas démonter non plus et détruit à deux reprises les constructions dressées par Cameron. Lors d’un raid, Rio est blessé par Cameron qui le conduit dans son ranch afin de le soigner. Il réussit même à le persuader d’abandonner sa vie de hors-la-loi et de devenir son associé ; la beauté de Cordelia n’est probablement pas étrangère à son acceptation, alors même que la jeune femme a en retour du mal à lui faire confiance. Elle change d’avis le jour même où elle apprend que Rio vient de sauver la vie de son époux ; elle tombe même sous le charme de l’ex-Outlaw...

Analyse et critique

Ce film fut dans le milieu des années 70, alors que j'étais enfant, un des premiers westerns à m’avoir fait tomber amoureux du genre, notamment grâce au mystérieux personnage peu loquace joué par Robert Taylor que je trouvais alors (et toujours d’ailleurs) d’une grande classe (un peu vêtu de la même manière que son Billy le Kid en 1941) et à qui je rêvais de m’identifier. Aujourd’hui ce western ne me fait plus guère vibrer, John Farrow ayant une fois de plus gâché un beau sujet et une distribution en or massif. D’ailleurs la belle Ava ne s’est pas du tout entendu avec son metteur en scène et Robert Taylor a toujours dit qu’il s’agissait de l’un de ses plus mauvais films ; en comparaison de ses quatre westerns précédents (dont le sublime La Porte du diable), on peut le comprendre même si cela peut sembler exagéré !

Imbrication de citations :
« A propos de California (Californie, Terre Promise), le précédent western signé John Farrow, j’écrivais : "le scénariste et le réalisateur ont eu du mal à maintenir l’intérêt tout du long, les ambitions de départ se trouvant un peu anéanties par un trop grand dispersement de l’intrigue mais aussi par des options de mises en scène un chouïa prétentieuses... John Farrow, conscient de son talent, en fait parfois trop. » « Finalement on aurait bien aimé au moins pouvoir en dire autant de sa deuxième incursion dans le genre mais malheureusement, pour Terre Damnée (Copper Canyon), le cinéaste a abdiqué toute inventivité et n’a pas eu ne serait-ce qu’une toute petite idée originale de mise en scène » écrivais-je donc cette fois à propos de son deuxième western.

Cette troisième tentative que représente Vaquero finit d’entériner ce fait : John Farrow, plutôt à l’aise dans le film noir, ne l’était pas du tout dans le western ! Au vu de ses deux premiers essais, soit il eut trop d’ambition soit il n’en eut pas assez. Vaquero combine les deux : l’histoire originale et son postulat de départ auraient pu donner lieu à un grand film mais la fadeur du scénario de Frank Fenton (qui venait de nous octroyer celui très mauvais de The Wild North - Au Pays de la peur de Andrew Marton) et le manque de conviction de la mise en scène accouchent d’un résultat très peu captivant même si pas non plus catastrophique.

Dommage que la mise en scène de John Farrow ne brille d'aucun éclat particulier et que le scénario soit aussi plat ou décousu (on laisse parfois des personnages principaux sur le carreau pendant de bons quarts d’heure), car au travers de cette belle histoire d’amour et d’amitié encastrée dans une plus traditionnelle intrigue de rivalité entre deux camps pour s’accaparer des terres, nous aurions pu facilement obtenir un très grand film lyrique et romantique. Car, si Vaquero entre dans la lignée de ces films tels Duel au soleil (Duel in the Sun) de King Vidor ou The Furies d’Anthony Mann, il ne possède pas la flamboyance plastique du premier ni la puissance dramatique du second. Contrairement à ses aînés, il s’avère esthétiquement bien trop terne, rythmiquement bien trop mou pour nous tenir en haleine ou en éveil tout du long. Si les intentions étaient de livrer un film au baroque flamboyant, il n’en est malheureusement rien dans les faits ! Le film avance sans à-coups, sans véritable tension. Les relations attachantes et (ou) ambigües entre Rio et Esqueda (on peut penser à de l’homosexualité même si on le réfute à deux ou trois reprises durant le courant du film au profit d’une forte amitié fraternelle), entre Rio et Cordelia (un adultère en suspens), entre Rio et Cameron (un immense respect mutuel) font partie de ce que l’on trouve de plus intéressant dans ce film de John Farrow. Mais que de passions exacerbées pour un résultat qui manque singulièrement de chaleur !

Malgré tout, on peut apprécier une belle histoire d'amitié entre les deux personnages antagonistes et éminemment contrastés interprétés par Anthony Quinn (composition magistrale qui découle un peu de son rôle dans Viva Zapata ! de Kazan) et Robert Taylor, le premier sanguinaire et inquiétant mais aussi truculent et picaresque à souhait, voire même parfois touchant (son style de jeu rappelle un peu celui de Wallace Beery), le second au contraire impassible, grave et peu volubile. « Tu es étrange Rio, tu n’as aucun vice. Ni le vin, ni les femmes ni une parole de trop. Une balle dans le cœur ne te tuerais pas ! » dira même Esqueda un peu excédé par le sérieux de Rio. De belles relations s’établissent également entre Rio et Cameron, ce dernier étant d’une droiture telle qu’elle risque de lui couter la vie : « Tu es bêtement fier ; mourir par fierté, c’est idiot » lui dira Rio. Rio qui s’avère finalement le pivot central de ce quatuor, celui qui sera tiraillé entre sa loyauté envers Esqueda, son respect envers Cameron et son amour pour l’épouse de son bienfaiteur. Une situation conflictuelle qui est le véritable cœur du film, le conflit entre Cameron et Esqueda étant relégué en arrière-plan. On retrouve aussi l’aspect religieux qui a toujours tenu à cœur au cinéaste, ici par l’intermédiaire du prêtre interprété sans trop de conviction par un Kurt Kasznar sous-utilisé, tout comme Jack Elam dans le rôle du bras droit d’Esqueda.

Autrement, on relèvera de fulgurants éclairs de violence, quelques répliques cinglantes (« Can you imagine a smile on Barton’s face ? » - « It’s the only place where a smile could be ugly », Barton étant joué par Jack Elam), un score correct de Bronislau Kaper mélangeant éléments symphoniques et motifs exotiques à la mexicaine et surtout un casting quatre étoiles constitué, en plus du duo Quinn/Taylor, d'un Howard Keel que je n'attendais pas aussi à l'aise dans le western et d'une Ava Gardner au sommet de sa beauté (le couple avait déjà été réuni deux ans plus tôt dans l’un des chefs-d’œuvre de George Sidney, Show Boat). On mettra à l'actif de John Farrow, tout de même, quelques très beaux plans comme celui en haute contre-plongée qui voit tous les hors-la-loi se réunir en arrivant des quatre coins de l'écran et une mise en scène plus vigoureuse lorsqu'il s'agit de filmer la violence, ce qui donne quelques séquences formidablement tendues notamment dans la dernière demi-heure avec une ultime scène dans le saloon assez intense. Vaquero est un western psychologique et anti-spectaculaire, dont le scénario aurait mérité d’être développé et enrichi et qui aurait gagné à bénéficier de plus de lyrisme dans sa réalisation mais qui, en l'état, se révèle néanmoins honnête même si au final très conventionnel et assez fade.

En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Erick Maurel - le 11 janvier 2013