Menu
Critique de film
Le film

The Mysterious Mr. Wong

Partenariat

L'histoire

Menant une enquête au sein de Chinatown, le journaliste Jason Barton se fait kidnapper par Mr. Wong, un mégalomane qui tente de réunir les 12 pièces en or de Confucius, ce qui lui procurerait richesse et pouvoir…

Analyse et critique

En 1934, trois ans après avoir tourné dans le Dracula de Tod Browning, Bela Lugosi a le plus grand mal à trouver des engagements à Hollywood. Il tourne beaucoup, mais souvent pour de petites productions, et les grands rôles ne sont pas légion. Depuis Murders in the Rue Morgue et White zombie en 1932, l’acteur ne parvient pas à retrouver des personnages de ce calibre. Des chefs-d’œuvre tels que The Black Cat, The Raven, Mark of the Vampire ou encore The Invisible Ray vont heureusement s’enchainer et lui redonner une certaine stature. A cette époque, Lugosi alterne les productions Universal de qualité avec les projets bas de gamme de petites firmes. Il était en ce sens inévitable que la Monogram, maison de production représentant l’arrière-cour hollywoodienne, s’intéresse à lui : The Mysterious Mr. Wong sera leur première rencontre, et suivront une petite dizaine de films ensemble durant les années 1940, comme The Devil Bat ou Bowery at Midnight. La firme, opportuniste dans ses choix et désireuse de faire du profit à moindre frais engagés, sera également le symbole du déclin prochain de l’acteur et de sa disgrâce de plus en plus prégnante auprès des grands studios. Pour l’heure, la difficulté est certes là, mais Lugosi possède encore une aura de première classe auprès du grand public : ses films obtiennent une audience relativement significative. Transformé en "Fu Manchu du pauvre", Bela Lugosi traverse donc ce Mysterious Mr. Wong avec prestance, marchant sur les plates-bandes de Boris Karloff qui avait incarné un génie du mal asiatique dans The Mask of Fu Manchu deux ans plus tôt pour la MGM. Le péril jaune est à la mode et le personnage créé par Sax Rohmer est extrêmement populaire à la radio et dans les librairies. Au cinéma, excepté sous les traits de Karloff, on reverra le maléfique personnage dans un fameux serial, Drums of Fu Manchu en 1940, et un certain nombre de fois dans les années 1960. De façon plus générale, c’est l’Orient qui est à la mode dans les années 1930 et plus communément un imaginaire luxuriant, un poil raciste et surtout fantaisiste. C’est dans cette veine que s’inscrit le petit film de la Monogram, The Mysterious Mr. Wong. L’action est cette fois-ci située à New York, dans les bas-fonds de Chinatown, un façon plus économique de traiter le sujet. Passages secrets, arrière-boutiques sinistres, meurtres mystérieux, salles de tortures éprouvées et rebondissements abracadabrants font l’essentiel de ce produit calibré et assez divertissant. Il sera nécessaire de s’abstenir de toute réflexion allant au-delà d’un simple moment de détente, car l’intelligence du propos ne brille guère. En outre, la Monogram et ses moyens financiers ne font pas de miracle : les décors sont interchangeables, l’action se passe la plupart du temps en intérieurs, et surtout le rythme n’évite pas quelques retombées disgracieuses faisant défaut à la solidité de l’ensemble.

Une toute petite série B donc, avec laquelle il faudra être courtois et bien disposé. Bela Lugosi est toujours aussi bon, se donnant encore énormément dans ce rôle de génie du mal, et reste peut-être la seule raison valable de revoir ce film aujourd’hui. Le charisme de la star est indiscutable, mais en 1934 il est désolant de le voir à la fois ici et dans le sublime The Black Cat d’Edgar G. Ulmer. Un gouffre artistique sépare les deux œuvres, de même que les deux personnages qu’il incarne. A ses côtés, une distribution sans éclat fait du remplissage. Wallace Ford multiplie les blagues, mais elles relèvent de l’indigence forcenée. Toutefois, l’ambiance est si détendue et son duo avec Arline Judge est si anodin que l’on ne prend pas tout cela très au sérieux. Enfin, la mise en scène fonctionnelle (pour ne pas dire plate) de William Nigh ne fait pas mentir la réputation de la Monogram. De par sa nature de film presque invisible, The Mysterious Mr. Wong demeure en tout cas un divertissement sympathique, idéal pour occuper une petite heure de liberté. Un film totalement dispensable et réservé aux amateurs inconditionnels de Bela Lugosi.

En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Julien Léonard - le 1 septembre 2011