Menu
Critique de film
Le film

Le Sixième sens

(Manhunter)

L'histoire

L'agent fédéral William Graham vit retiré de ses obligations professionnelles depuis qu'il a été gravement blessé par le dangereux psychopathe cannibale Hannibal Lecter (appelé Lecktor dans ce film) incarcéré par la suite. Jack Crawford, un ancien collègue du FBI, le contacte pour qu'il l'aide à arrêter un tueur en série, Dragon rouge, qui assassine des familles lors des nuits de pleine lune. Pour réussir sa mission, Graham va se mettre à penser comme le meurtrier et va notamment consulter, dans ce sens, le détenu Hannibal Lecter, éminent psychiatre s'il en est malgré sa démence.

Analyse et critique



Après le diamant brut que constitua Le Solitaire (1981) et le discutable (et seule tentative dans le fantastique à ce jour) La Forteresse noire (1983), Manhunter allait être le film définissant pour de bon les motifs esthétiques et thématiques de Michael Mann. Dans la saison 3 de la série Miami Vice qu’il produisait, l’épisode 6, Shadow in the Dark, voyait Sonny Crockett s’imprégner de la personnalité d’un tueur en série qu’il traquait, ce qui figurait déjà une sorte de galop d’essai à ce Manhunter. Le film est l’adaptation du roman Dragon Rouge de Thomas Harris paru en 1981 et que Mann souffla à un William Friedkin persuadé de pouvoir en tirer une œuvre terrifiante. Ce n’est pas la terreur pure qui intéresse Mann mais le fait de montrer un homme en proie à ses démons et contradictions. Cet homme, c'est Will Graham (William Petersen), profiler du FBI retiré après une dernière affaire lors de laquelle il fut agressé par le psychopathe Hannibal Lecktor (Brian Cox) qu’il avait démasqué sous ses allures honorables de psychanalyste. Son ami Jack Crawford (Dennis Farina) fait pourtant de nouveau appel à lui lorsque surgit un tueur en série qui décime des familles entières dans des accès de folie se manifestant les soirs de pleine lune. D'abord réticent, Graham va néanmoins accepter la tâche et se replonger ainsi dans les ténèbres où il devra recroiser la route du fameux Hannibal Lecktor. On sent bien que la série Miami Vice a servi de véritable laboratoire à Michael Mann tant on en retrouve le visuel ici à travers la photo bleutée métallique, les environnements Art déco aux couleurs pâles et la mélancolie suspendue sur fond de nappes de synthé fondues dans des arrière-plans de coucher de soleil. Cette stylisation extrême le dispute toujours à un vrai réalisme urbain ; et ce qui était identifiable mais brut de décoffrage dans Le Solitaire s’était affiné et avait fini par engendrer et définir l’esthétique des années 80 via la série télévisée et trouver un aboutissement avec Manhunter



Sur le fond, les thématiques de Mann se retrouvent également dans l’intrigue imaginée par Thomas Harris. On a un professionnel rigoureux et virtuose dans son domaine (le tueur à gages de Collateral, le cambrioleur du Solitaire entre autre, les gendarmes et voleurs de Heat) qui va se perdre et se confondre avec ce qu’il pourchasse (les deux revers d’une même pièce que constituaient Al Pacino et Robert de Niro dans Heat) et pour qui les liens familiaux et/ou amoureux sont autant une manière de s’humaniser que de se rendre vulnérable. La raison de Will Graham semble ainsi constamment vaciller quand il s’enfonce dans les méandres de l’esprit tordu de Francis Dollarhyde avec un William Petersen au jeu fébrile et au regard chargé d’angoisse. Les scènes où il reconstitue le raisonnement du serial killer en visionnant les home movies de ses victimes trahissent un peu de cette instabilité qui s’exprimera lors des face-à-face avec Lecktor, dont il va solliciter l’intelligence pour avancer dans son enquête. Le calme et l’ironie froide de Lecktor s’opposent ainsi à la sensibilité à fleur de peau d’un Graham ne parvenant pas à donner le change mais, comme le souligne un dialogue, c’est cette même fragilité face à l’horreur qui le différencie et l'empêche de devenir un monstre à l’image de ceux qu’il traque car preuve de sa raison intacte. La famille est une béquille pour s’accrocher à la réalité et Mann, par de beaux moments intimistes, montre à quel point elle sert d’ancrage à notre héros dans la scène où Graham consulte son épouse (Kim Greist) avant de retourner sur le terrain et surtout lors de ce moment sincère où il se confesse à son fils.



Hannibal Lecktor avec ses talents de manipulateur servira ainsi à mettre à mal l’équilibre précaire de Graham en lui laissant croire qu’ils sont égaux et que seul le passage à l’acte les différencie. En mettant en parallèle le quotidien pathétique de Francis Dollarhyde, Mann en fait une sorte de double de Graham rêvant de cet apaisement amoureux et qui faute de le trouver cède à ses bas instincts par des crimes sordides. Tom Noonan offre une prestation mémorable, l’amoureux vulnérable et sensible pouvant se muer en un prédateur impitoyable en un clin d’œil à travers sa relation avec l’aveugle jouée par Joan Allen. Mann lui attribue d’ailleurs cette figure voyant ses personnages imaginer leur idéal à travers une image (le collage de James Caan dans Le Solitaire, la carte postale de Jamie Foxx dans Collateral) mais sous un jour évidemment plus tordu ici avec la peinture de William Blake The Great Red Dragon and the Woman Clothed in Sun à laquelle il s’identifie. Manhunter est un thriller prenant donc mais qui souffre encore de quelques petites scories tels que son rythme un peu longuet et un usage de la musique moins pertinent (la composition de Michael Rubini est loin de l’éclat hypnotique des scores de Tangerine Dream sur La Forteresse Noire et Le Solitaire) tandis que malgré une belle montée en puissance le face à face final se révèlera un peu décevant. S’étant assez éloigné du best-seller de Thomas Harris et entretenant un certain flou du fait d'en avoir changé le titre, le film sera froidement accueilli et constituera un échec commercial.



Mann retournera se ressourcer à la télévision avec la formidable série Crime Story et ne reviendra à la mise en scène que six ans plus tard avec Le Dernier des Mohicans dont le succès allait définitivement le lancer. Quant à Hannibal Lecter, il retrouvera son patronyme exact et un film à sa mesure avec Le Silence des Agneaux (1992) de Jonathan Demme qui en fera une véritable icône cinématographique sous les traits d’Anthony Hopkins (au point de générer une seconde et oubliable adaptation de Dragon Rouge signée Brett Rattner en 2002).

En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Justin Kwedi - le 19 février 2018