Menu
Critique de film
Le film

Le Pélerin

(The Pilgrim)

Partenariat

Analyse et critique

The Pilgrim est le dernier court métrage de Charles Chaplin. En guise d’adieu à ce format, le cinéaste raconte l’histoire d’un évadé de prison (le vagabond) qui se déguise en prêtre pour échapper à la police. Dans la bourgade où il arrive, les habitants le prennent pour le nouveau pasteur tant attendu...

Ici, Chaplin va utiliser le rire pour tourner la religion en dérision. Dans la scène de l’église, il doit improviser un sermon ainsi que les rites de la messe, ce qui donne lieu à des gags à la fois grinçants et redoutablement efficaces. Ensuite, le personnage entre dans un schéma qu’il lui est plus classique : il rencontre une belle jeune fille dont la famille est menacée par un truand et met tout en oeuvre pour les aider et empêcher le mauvais garçon de commettre un larcin. Il finira par y arriver mais sa véritable identité sera également mise à jour.

Lorsque le film sort aux Etats-Unis, il est violemment critiqué par les ligues religieuses, l’état de Pennsylvanie interdit sa distribution pour « avoir tourné en ridicule les ministres de la sainte religion » !! A partir de cette période, Chaplin est victime d’une campagne de calomnie menée par le milliardaire William Randolph Hearst. Les petits bourgeois, flics et autres ecclésiastiques qu’il ridiculise devant des millions de spectateurs hilares sont bien décidés à se venger.

Ces derniers courts métrages du petit homme, au pantalon large et à la canne, marquent donc la fin d’une époque : Chaplin doit désormais faire face à un nombre croissant d’ennemis. Ses films perdent une forme d’innocence pour se transformer en objet de lutte contre toute forme d’autorité et d’injustice. Les gags, au-delà de leurs aspects corrosifs à l‘égard des classes dominantes, vont devenir l’arme des démunis dans un monde où la violence ne cesse de grandir. Entre deux guerres effroyables, les chefs-d’œuvre du cinéaste vont s’enchaîner et marquer non seulement l’histoire du septième art, mais également l’histoire du vingtième siècle dont Chaplin fut l’un des plus brillants représentants.

Les films de la First National se présentent donc comme un virage particulièrement important dans la carrière de l’artiste. La réédition de ces titres sur un support de qualité offre l’opportunité de découvrir Chaplin et son personnage fétiche sous un angle moins connu et pourtant passionnant. Une découverte indispensable !

En savoir plus

La fiche IMDb du film

Dossier : les débuts de Charlot

Par François-Olivier Lefèvre - le 22 janvier 2005