Menu

Critique de film

L'histoire

A la suite d’un quiproquo, Roger Thornhill (Cary Grant) est confondu avec un certain George Kaplan. Il se fait enlever, manque d’être assassiné et décide de résoudre ce malentendu. Sa vie bascule alors dans un tumulte d’aventures et de passions …

Analyse et critique

Depuis sa sortie La mort aux trousses est l’objet de nombreuses théories. Certains prétendent y voir le premier film d’action moderne dont Mc Tiernan, Spielberg ou Cameron seraient les héritiers. D‘autres, l’analysent comme un résumé de l’œuvre américaine d’ Hitchcock (1). Ces réflexions souvent intéressantes ne doivent pas occulter le fait que North by Northwest est avant tout un film d’une incroyable efficacité. Les fruits de cette réussite sont liés au génie de son réalisateur, à l’intelligence du scénario d’ Ernest Lehman et à un casting sans faute.

Dans ce vingt troisième long métrage réalisé aux USA, Sir Alfred met encore une fois en scène un homme ordinaire auquel le spectateur peut facilement s’identifier. Pour plonger plus rapidement le public au cœur de l’action Lehman rédige un scénario dont le premier acte tient dans une scène. Aussitôt après cette phase d’exposition les scènes d’action s’enchaînent avec fluidité et sur un rythme frénétique. Le spectateur est pris dans l’engrenage, il ne reprendra son souffle, haletant, qu’au terme de 136 minutes !!!

Mais au delà d’une collaboration parfaite avec son scénariste et d’une succession de scènes plus mythiques les unes que les autres, Hitchcock réalise ici un de ses rêves : tourner dans les grands espaces. Le mont Rushmore, le siège de l’ONU ou les plaines ensoleillées du "Mid West" font partie de ses fantasmes de réalisateur. A l’image, cela se traduit par de superbes séquences, magnifiées par le Vistavision et la photo de Robert Burks.

Enfin, il serait scandaleux de parler d’efficacité du film sans rendre hommage aux comédiens qui l’habitent. Cary Grant, dans ce rôle de publicitaire naïf et déterminé, apporte une légèreté acquise dans ses rôles de comédie. L’attachement du public pour ce héros est total. A ses côtés la froide et magnifique Eva Marie Saint interprète le rôle d’une vie. Incarnation du fantasme Hitchcockien elle est extrêmement touchante en femme prostituée au service d’une organisation secrète. Et puis il y a James Mason : son regard chargé de détermination, sa démarche raide, en font l’un des plus beaux méchants que le cinéma nous ait livrés. A ses côtés on retrouve un Martin Landau d’une grande sobriété, impeccable en brute froide et dévouée. On peut aussi remarquer les très sympathiques rôles de Jessie Royce (La mère envahissante de Roger) et de Leo G. Carroll en professeur secret et paternel.

North by northwest reste encore aujourd’hui le sujet de nombreuses analyses dans les écoles de cinéma. C’est un film total, d’une richesse infinie, et dont les multiples visions continueront d’émerveiller le Roger Thornhill qui est en chacun de nous …


(1) Francois Truffaut dans le célèbre Hitchcock Truffaut (édition Ramsay)

DANS LES SALLES

LA MORT AUX TROUSSES

un film d'Alfred Hitchcock (1959)

DISTRIBUTEUR : CARLOTTA
DATE DE SORTIE : 30 JUILLET 2014

La page du distributeur

En savoir plus

La fiche IMDb du film