Menu
Critique de film
Le film

Il n’y aura pas de départ aujourd’hui

(Segodnya uvolneniya ne budet)

Partenariat

Analyse et critique

Des obus prêts à exploser sont découverts en plein Moscou. Une équipe de divers camarades œuvrent au périlleux déminage. Autour de ce noyau dur, d’autres volontaires sont refusés, ou des appelés font au contraire des pieds et des mains pour ne pas participer. Cette commande pour le quarantième anniversaire du Komsomol léniniste révèle un savoir-faire technique et une capacité de gestion d’une équipe relativement importante acquis à la VGIK. Le film sert d’illustration à un modèle d’évacuation des foules, filmant quelques centaines de figurants quitter d’un pas calme et assuré la ville en danger. Une assez banale amourette entre un soldat et sa petite amie se greffe sur ce canevas. Les héros du déminage, quant à eux, « méritent un monument. » Fidèle à une éthique collectiviste, le film ne suit pas un héros, mais montre plusieurs personnages exemplaires de la vie militaire ou civile (un chirurgien, la petite amie partageant ses vivres avec deux babouchkas), culminant dans le sacrifice d’un membre de l’équipe de sauvetage, fuyant bombe prête à exploser en mains, avant un final unanimiste, accompagné des retrouvailles du petit soldat et de son amoureuse. Cette fiction édifiante n’a évidemment rien de très originale, mais elle montre le métier qu'Andrei Tarkovski possède avant de s’atteler à son premier projet personnel.

En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Jean Gavril Sluka - le 17 avril 2012