Menu
Critique de film
Le film

Fievel et le nouveau monde

(An American Tail)

L'histoire

Dans l'Empire russe, en 1885, les souris sont de plus en plus menacées par la race féline. La famille Souriskewitz décide de mettre un terme à son triste sort en émigrant aux États-Unis, terre pleine de promesses où, se murmure-t-il, il y a des miettes de pain sur toutes les armoires et où l'on n'y rencontre pas de chat. Pendant le voyage en bateau, le fils de la famille, Fievel, est malencontreusement séparé des siens lors d’une tempête et disparaît en mer. Pensant que Fievel s'est noyé, les autres membres de la famille arrivent à New York.


Analyse et critique

Don Bluth avait démontré avec Brisby et le Secret de NIHM (1982) qu’il était possible de réaliser un film d’animation complexe et formellement ambitieux hors du giron des Studios Disney alors en pleine déroute artistique. Malheureusement le public ne fut pas au rendez-vous pour diverses raisons - la confusion due à la dichotomie entre l’univers inquiétant du film et le design des héros à la Disney - et la structure Don Bluth Productions, conçue pour produire le film, mettra la clé sous la porte. Don Bluth se renfloue en concevant avec ses acolytes de toujours, Gary Goldman et John Pomeroy, le jeu vidéo Dragon's Lair qui surfe sur le succès des salles d’arcade à l’époque. Cependant la beauté ténébreuse de Brisby aura marqué un certain Steven Spielberg qui veut ajouter la corde animation à la l’arc de sa société de production Amblin. Au-delà de l’aspect business, cela relève aussi d’un vœu plus personnel de la part de Spielberg qui souhaite rendre hommage à son grand-père maternel, émigrant juif venu de Russie dont le surnom était Fievel. Il voit donc en Don Bluth l’illustrateur idéal et relance celui-ci dans une production ambitieuse financée par ses soins et coproduite par Universal.


Spielberg engage donc les scénaristes Judy Freudberg et Tony Geiss pour mettre en forme l’histoire sous sa supervision et celle de Don Bluth. Tous partagent (avec également la productrice Kathleen Kennedy) de mêmes racines avec des grands-parents émigrants juifs, ce qui marquera fortement le ton du film mais également certains choix comme associer justement les souris au peuple juif et les chats à des oppresseurs qu’on pourrait associer aux nazis. Don Bluth, qui avait quitté Disney pour plus de liberté, se trouve à nouveau corseté dans une logistique lourde où il doit en référer simultanément à Spielberg et à Universal et manœuvrer avec un budget certes conséquent de 6,5 millions de dollars, mais loin des standards Disney avoisinant les 12 millions au vu de l’ambition du film. Néanmoins, le film porte sa patte et il parviendra à imposer nombre de partis pris forts. Alors que Steven Spielberg souhaitait un univers entièrement anthropomorphique (façon Robin des Bois de Disney), Bluth optera pour un monde des animaux coexistant avec celui des hommes (plutôt à la manière de Bernard et Bianca) et en offrant un parallèle miniature.


Brisby et le Secret de NIHM avec son oppressant cadre de fantasy s’était avéré trop intimidant pour le jeune public et à l’inverse Anastasia (1997) et sa Révolution Russe proprette allait se montrer trop aseptisé. Avec Fievel et le Nouveau Monde, Don Bluth trouve l’équilibre adéquat grâce à divers choix judicieux. Le fait de ne jamais dériver du point de vue ni de Fievel crée une empathie immédiate pour le petit garçon séparé de ses parents dans un pays inconnu. Bluth a notamment retenu la leçon de Walt Disney sur Pinocchio (1940) qui faisait de son héros un enfant chétif et influençable plutôt qu’un pantin de bois garnement. Sans aller aussi loin dans la noirceur que le classique de Disney, Don Bluth n’oublie jamais de caractériser Fievel comme un enfant, curieux, turbulent, mais qui peut également se sentir apeuré et isolé seul dans la grande ville. Tout le début du film amorce cela avec une témérité chez Fievel qui l’emmène toujours un peu plus loin, jusqu’à être arraché à ses parents. L'ensemble alterne entre une veine trépidante (l’attaque des chats qui suit l’assaut des Cosaques en Russie), candide (Fievel s’arrêtant et s’émerveillant devant chaque objet, bâtiment ou créature qu’il croise alors qu’il monte sur le bateau emmenant la famille en Amérique) puis franchement inquiétante avec l’impressionnante tempête qui va expulser Fievel du bateau.


Les émotions de l’enfant guident donc le rapport à son environnement, la bascule se faisant avec la tempête au cours de laquelle la mer prend les contours d’une créature monstrueuse. Dès lors, le Nouveau Monde oscille entre rencontres sinistres et bienveillantes (le pigeon franchouillard), entre décorum lumineux et exploration des bas-fonds inquiétants. On sent les concessions de Don Bluth qui semble fortement abréger les péripéties les plus sombres (Fievel réduit en esclavage mais qui s’enfuit dans la foulée) et pour le coup Pinocchio allait bien plus loin dans les maux affligeant son jeune héros. Cette noirceur édulcorée est d’autant plus prononcée quand le visuel glaçant est contrebalancé par un revirement léger. Ainsi l’exploration d’égouts peuplés d’insectes gigantesques rappelle les visions les plus étouffantes de Brisby, mais derrière c'est la rencontre légère avec le chat Tiger moins prédateur que ses congénères (qui est en fait une redite du side-kick corbeau Jeremy de Brisby). On pourrait le regretter, mais finalement Fievel est présenté avec une telle candeur qu’il devient difficile d’accepter un rebondissement trop dur pour ce personnage chétif et attachant.


Le design y est notamment pour beaucoup : Don Bluth revient à un graphisme plus arrondi et doux avec ses petites mains, grands yeux et grandes oreilles. Il revient en fait à un trait plus disneyen, loin des rongeurs à la silhouette allongée anguleuse de Brisby et effectue finalement la même mue que fit Disney entre son Mickey Mouse initial et la refonte adoucie inaugurée dans Fantasia (1940) et le sketch L’Apprenti sorcier. La vraie noirceur qu’il n’ose pas infuser dans les péripéties, Don Bluth la définit par sa mise en scène où les plongées écrasent Fievel face à un interlocuteur intimidant ou dans un décor oppressant. De même, certains plans larges l’isolent dans de grands espaces (le zoom arrière lorsqu’il est dans l’orphelinat et perd espoir) pour souligner sa solitude. Ce qui fit également le succès du film, c’est la vision chaleureuse du rêve américain où pour chaque chenapan ou oppresseur croisés, vous trouverez également une bonne âme prête à vous secourir. Le film donne pour cela dans une merveilleuse veine contemplative, tour à tour radieuse (les envols autour de la statue de la Liberté en construction, le film célébrant aussi le centenaire de son achèvement en 1886) et mélancolique telle la magnifique scène où Fievel et sa sœur entonnent à distance la chanson Somewhere Out There. Le travail sur la reconstitution et les décors est impressionnant, tout en restant constamment ludique par le pendant miniature du monde des souris (notamment le couloir d’arrivée où les migrants se déclarent). L’identité et l’assimilation sont des thèmes sous-jacents du film. Fievel n’est pas transformé négativement (ni même plus mûr) après ses aventures et reste ce petit garçon innocent.



Alors que les origines et donc l’identité sont fortement ancrées dans le nom des personnages (le nom de famille Mousekewitz), ceux-ci en sont délestés par assimilation à leur arrivée en Amérique (Tanya étant rebaptisée Tilly). Cette assimilation rend notre héros anonyme dans la faune de New York quand il est appelé Fillie et ce n’est qu’en retrouvant son patronyme de Fievel, celui qui le rend unique, que ses parents retrouveront sa trace. Fort de toutes ces qualités, le film boosté par la capacité marketing d’Universal sera un triomphe inattendu au box-office américain. Don Bluth prouve alors qu’il peut égaler aussi un Disney moribond en terme de succès et Fievel deviendra une véritable icône, générant une suite moins aboutie en 1991 avec Fievel au Far West (1991). Toute l’équipe se retrouvera pour un autre grand succès estampillé Amblin, Le Petit Dinosaure et la Vallée des merveilles (1988).

En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Justin Kwedi - le 29 décembre 2017