Menu

Critique de film

L'histoire

Un commissaire de police crypto-fasciste tue un soir sa maîtresse, humilié par son attitude et les propos qu’elle vient de lui tenir. L’homme, obnubilé par ses principes moraux et son goût de l’ordre, ne peut s’empêcher de semer toutes sortes d’indices susceptibles de mener l’enquête (dont il est le responsable !) jusqu’à lui. "Il Dottore" joue ainsi à une sorte de jeu pervers et profondément ambigu censé tester sa mainmise sur son département, affirmer un pouvoir sans partage et prouver son incorruptibilité (il est même promu à la direction de la Sûreté de l'Etat), tout en mettant à l'épreuve sa propre moralité de façon hautement cynique et malsaine (selon lui, toutes les entreprises subversives doivent tomber sous le coup de la loi).

Analyse et critique

Au début des années 1970, le cinéma italien est marqué par une période fortement engagée qui le voit interroger sans scrupules l’Etat et ses dérives autoritaires, alors que le pays tout entier va connaître des années noires avec l'émergence d'un terrorisme d'extrême gauche se nourrissant des injustices sociales et de la corruption des élites. L’un des cinéastes phares de ce combat cinéphile et citoyen se nomme Elio Petri. Petri, homme viscéralement de gauche (mais libertaire et tout le contraire d'un sectaire) et nourri au néoréalisme, tourne des films politiques qui non seulement osent mettre en lumière les machinations et les crimes de la société politique et économique, mais connaissent également un grand succès public. Comme sa Classe ouvrière va au paradis deux ans plus tard, dans lequel le cinéaste - issu d'une famille ouvrière, le cas est extrêmement rare et mérité d'être souligné - investit une usine en temps de grève et dénonce les conditions de travail intolérables d'une classe qui ne demande pourtant qu'à s'épanouir dans sa tâche, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon est une œuvre brutale et sans concessions, dont la malice et l'extrême mobilité de la mise en scène dessinent un portrait sombre, cruel et satirique du pouvoir.

Ce pouvoir, policier ici, a le visage de ce personnage incroyable de flic vicieux interprété par un Gian Maria Volonte impérial et tétanisant, comédien fidèle du cinéaste (ils ont tourné quatre films ensemble de 1970 à1976). Elio Petri, croyant dur comme fer à la lutte des classes, a toujours placé sa caméra du côté des employés et des exploités ; dans Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, l'originalité est que le protagoniste du film est un fonctionnaire, certes relativement puissant, et donc non pas un membre d'une quelconque élite (politique, économique ou mafieuse). La servilité et la quasi-schizophrénie de ce personnage, qui croit pouvoir bénéficier d'une impunité absolue au point même d'en jouer, contaminent une hiérarchie sociale établie pour assurer l'emprise des dominants sur les citoyens au mépris de toutes les lois et la rendent d'autant plus cruelle, inique et absurde. Enfin, dans cette fable sociale tragi-comique, on n’est pas près d’oublier le thème musical composé par le grand mâitre Ennio Morricone, devenue depuis célèbre de par le monde, une rengaine obsédante et persifleuse qui souligne le radicalisme du film et ses accents volontairement grotesques. Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon a remporté justement le Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 1970, ainsi que l'Oscar du Meilleur film étranger en 1971.

Dans les salles

Film réédité par Swashbuckler Films

Date de réédition : 16 mars 2011

La Page du distributeur

Le Dossier de presse du film

En savoir plus

La fiche IMDb du film