Menu
Critique de film
Le film

A bout de course

(Running on Empty)

Partenariat

L'histoire

Arthur et Annie Pope (Christine Lahti et Judd Hirsch), anciens activistes anti-Vietnam, sont recherchés par le FBI depuis dix-huit ans pour avoir fait exploser une usine de fabrication de napalm, attentat qui a entraîné la mort d'un employé. Les Pope sont une famille jusqu'ici unie, les enfants Harry et Danny (River Phoenix, éblouissant) étant attachés à leurs drôles de parents et grisés par cette vie si particulière. Mais Danny, l'aîné, a aujourd'hui dix-sept ans et il commence à souffrir de devoir déménager et changer de vie à la moindre alerte. Embarqué au côté de ses parents dans une cavale sans fin, il est à l'âge où il aimerait s'inventer enfin une vie à lui, un futur.

Analyse et critique

Running on Empty est un thriller calme et posé, un road movie à hauteur d’homme qui donne du temps aux personnages et laisse l’intrigue se développer en profondeur. Sidney Lumet ne cherche jamais l’efficacité, comme en témoigne le tempo régulier sur lequel il construit son film, rejetant un montage syncopé pour privilégier cette lenteur seule capable de sédimenter tous les enjeux du récit. En œuvrant ainsi, il nous place dans l’intimité de ses personnages et nous fait ressentir de l’intérieur ce qu’est la vie de cette famille traquée. La peur, la fuite, la méfiance font partie du quotidien des Pope et Lumet a la grande intelligence de ne pas jouer la carte d'un suspense qui aurait dénaturé la nature profonde du film. C'est là toute la grandeur de Lumet, immense cinéaste qui n'a jamais ressenti le besoin de marquer ses réalisations d'une patte identifiable, de faire "auteur" et qui, humblement, s'est toujours mis au service de ses histoires et de ses personnages. Ce qui l'intéresse ici, c'est de nous faire partager la lassitude de cette famille, le poids des années, les utopies qui s'érodent, la peur de voir sa famille imploser alors qu'il faut sans cesse recommencer une nouvelle vie dans une nouvelle ville, sous une nouvelle identité.

Avec ce film profondément mélancolique, Sidney Lumet porte un regard lucide sur les conséquences des luttes des années 60 et 70 sur les nouvelles générations. Le cinéaste met en balance l’engagement politique et le sacrifice d’une famille, des enfants, un drame auquel tant de personnes ont été confrontées dans leurs vies de militants (on se rappelle les foyers de Cuba recueillant les enfants abandonnés par leurs parents luttant pour la liberté au Chili, ou encore le sublime Milestones de Robert Kramer). Il raconte comment l'on devient victime de ses idéaux, comment à force de parler « d'équipe » au lieu de « famille » (terme trop bourgeois), on en vient à détruire ceux que l'on aime. Il raconte comment à force de mythifier le passé on en vient à interdire à ses enfants de s'inventer un avenir. Lumet parle de tout cela - et de bien plus encore - dans cette œuvre somptueuse et élégiaque dont chaque scène est comme un éclat brut de cinéma. Un chef-d'œuvre.

Dans les salles

Film réédité en salle le 22 avril 2009 par Splendor Films

La Page du distributeur

En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Olivier Bitoun - le 1 avril 2011