Menu
Livres

Ze craignos monsters

Le retour du fils de la vengeance

un livre de Jean-Pierre Putters

Vents d'Ouest
26 novembre 2014
128 pages
Prix indicatif : 34,50 euros

Acheter sur Amazon

Dans le numéro 59 de mai 1989 de Mad Movies, les lecteurs voyaient apparaître sous la plume de Jean-Pierre Putters un dossier intitulé The Craignos Monsters. Putters introduisait le dossier de cette façon : "Les monstres les plus fous du cinéma n’apparaissent pas souvent dans les films que nous traitons couramment. Il faut donc fouiller loin dans les archives pour dénicher la pièce rare, la créature innommable, l’expérience scientifique la plus indéniablement loupée, l’envahisseur extra-terrestre le moins anthropomorphe (heureuses années 50...), la mutation génétique la plus ahurissante. Un dossier pareil sans illustration immédiate, sans la preuve irréfutable sous les yeux, sans la référence chronologique incontournable n’existerait pas. Alors, au mépris de toute analyse visant à étaler ma science, j’ai préféré le simple plaisir des yeux, la narration (j’allais dire la « marration ») la plus objective qui soit. Si certaines créatures prêtent le flanc aux sarcasmes (elles ne le font pas méchamment pour la plupart), les films eux, gardent encore à nos yeux l’attrait du mystère dans une époque où la production fantastique sur nos écrans français frisait l’inexistence. Quant aux renseignements fournis, ils sont le plus exacts possible ramenant cette galerie cocasse à la dimension de l’hommage le plus respectueux. Devant l’abondance du sujet, nous envisageons déjà une seconde partie pour le prochain numéro, sauf si vous protestez entre-temps, bien entendu. Oui, je sais, c’est très dur ! »

La suite, on la connait, le dossier devint une rubrique régulière du magazine pendant plusieurs années pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. Un premier volume compilant les 12 premiers dossiers, reproduits tels que parus à l’époque dans la revue, parait sous couverture cartonnée en octobre 1991 aux éditions Vents d’Ouest. L’auteur insère entre les différents chapitres les bio-filmographies des principaux artisans du cinéma s’étant distingués dans le genre qui nous intéresse, à savoir la science-fiction et le fantastique tendance nanar (volontaire ou non). Véritable mine d’informations en plus d’être amusant à lire, le livre est un succès au point d’être vite épuisé. En novembre 1995 sort, toujours chez Vents d’Ouest, un deuxième tome (Ze Craignos Monsters, le Retour). Tout comme le premier, le livre reproduit les rubriques Craignos Monsters parues dans la revue, agrémentées de dossiers décortiquant comme le sous-titre du livre le précise bien : "les grands thèmes du cinéma fantastique". Le troisième tome, logiquement appelé Le re-retour, paraît en novembre 1998 et garde la même structure que le deuxième tome, et le compète en brassant à son tour de nouveaux thèmes.

Pour tout amateur de cinéma de science-fiction et de fantastique, ces trois volumes sont de véritables bibles souvent conservées précieusement et régulièrement consultées. Malheureusement épuisés et difficilement trouvables à des prix corrects, ces trois albums cartonnés restent pour certains des Graal inaccessibles.

C’est donc avec une certaine excitation que l’amateur a vu débarquer en librairie fin 2014 Ze Craignos Monsters, le Retour du Fils de la Vengeance. Disons-le tout de suite, cette nouvelle publication tient autant de la bonne nouvelle que de la déception. Déception parce que le détenteur des albums précédents retrouvera ici quasiment mot pour mot des articles parus dans les deuxième et troisième tomes de la série, tout justes augmentés pour reprendre les films parus entre-temps (rappelons-le, le troisième tome a bientôt déjà 15 ans !). L’ouvrage pourra ainsi paraître redondant et inutile. Bonne nouvelle évidemment pour tous ceux qui n’ont pas la chance de détenir les tomes précédents, même si ce digest perd pas mal de plumes au passage (difficile de condenser plus de 600 pages en 240 pages sans élaguer). (1)

Le livre en lui-même reprend le format cartonné des précédents volumes, bien que légèrement moins haut et plus large (225 x 293 mm, contre 215 x 300 mm précédemment), mais cette fois-ci agrémenté d’une superbe couverture souple au titre gaufré. Signée par un certain John Capone, l'illustration de couverture est dans la droite lignée des précédentes. Le livre (240 pages) est imprimé sur papier mat épais. En main, l’ouvrage est clairement un "beau livre". La mise en page très "magazine" des précédents tomes a été ici totalement revue, elle se révèle nettement plus aérée et agréable à lire. L’iconographie a elle aussi été complètement revue.

Préfacé par Joe Dante, le livre comporte cinq grands chapitres (« Les singes géants », « Regards sur l’invisible », « Jesus Franco », « Un fléau en quête de hauteur : l’insecte » et « Politique frictions »). Si le premier chapitre reprend mot pour mot celui paru dans le tome 3 (toutefois agrémenté de deux pages sur le King Kong de Peter Jackson et de quatre pages sur Fay Wray), le chapitre sur les hommes invisibles semble, quant à lui, tout à fait inédit. L’hommage à Jesus Franco agréablement illustré est également tout à fait à sa place et, quitte à retravailler et actualiser un texte paru dans le premier opus, aurait même mérité d’être un peu plus fourni. L’article sur les insectes est, à l’instar de celui sur les singes géants, un copier-coller de l’article sur le même thème paru dans le tome 2 de la collection. Le dernier chapitre se veut enfin un condensé des grands thèmes de la science-fiction et d’anticipation : la surpopulation, Big Brother, les sociétés futures, les extra-terrestres, les robots... Le chapitre est complètement réécrit et réorganisé à partir d’extraits tirés des chapitres correspondants des tomes précédents.

Sous-titrées « Ze very best of the craignos monsters », les fiches du Dr Jabuse reprennent sous forme de fiches signalétiques un choix de monstres improbables tirés de la série. Chaque fiche reprend des items type « taille » ou « origine » et, suivant les monstres, « la réplique qui tue » ou « le geste qui sauve en cas de rencontre ». Si l’idée est bonne, on a connu Putters plus fin dans son humour. Les biographies d'Edward L. Cahn, Jack Arnold, Bert I. Gordon et Herschell Gordon Lewis sont des reprises quasiment au mot près de celles du premier tome. Celle de Roger Corman a néanmoins été retravaillée et nettement augmentée. Enfin, j’ai signalé en italique dans le sommaire les thèmes qui ne sont malheureusement traités que sous forme de doubles pages, avec essentiellement des illustrations très brièvement légendées.

Sommaire :

Préface de Joe Dante - page 4

----------

Les singes géants - page 6

Edward L. Cahn - page 50

Les fiches du Dr Jabuse - 1 - page 54

Bon sang ne peut vampire... - page 58

Les morts-vivants manquent de savoir vivre - page 62

----------

Regards sur l’invisible - page 64

Jack Arnold - page 84

Les fiches du Dr Jabuse - 2 - page 88

La femme, cette si douce icône - page 92

Ô momie blues - page 96

Frankenstein l’invincible - page 98

Le Japon en quête de hauteur - page 102

----------

Jesus Franco - page 104

Bert I. Gordon - page 118

Les fiches du Dr Jabuse - 3 - page 122

Message pour loup-garou : « Wooouuh ! » - page 126

Les extra-terrestres, si vous m’écoutez : « Zorgnbl ! » - page 130

----------

Un fléau en quête de hauteur : l’insecte - page 132

Herschell G. Lewis - page 160

Les fiches du Dr Jabuse - 4 - page 164

Du gore en gore et en gore ! - page 168

Le poster rieur - page 172

Monstres bizarres, vous avez dit bizarres ? - page 174

Le yéti, un chaînon manquant qui nous manque ! - page 178

----------

Politique frictions - page 180

Roger Corman - page 220

Les fiches du Dr Jabuse - 5 - page 228

La robotique en folie - page 234

Les méfaits du ghana-bis - page 238

Au niveau du texte, ce nouvel opus n’apporte pas grand-chose au détenteur des précédents tomes étant donné qu’il est quasiment essentiellement composé de textes déjà existants. On peut s’étonner du choix éditorial de présenter un "digest augmenté" des volumes précédents d’autant que, thématiquement, les choix paraissent peu cohérents. De fait, si la place de l’homme invisible dans les grands thèmes du cinéma fantastique et de science-fiction est évidente, on peut s’étonner de le voir apparaître dans un ouvrage traitant à l’origine des monstres les plus improbables du cinéma, alors même que des chapitres comme « Les zombies » ou « Les robots », autrement plus porteurs, ont disparu ou été survolés dans de petites rubriques. Pourquoi avoir choisi de garder tel quel le chapitre sur les singes géants (sur plus de 40 pages) et pas celui sur les zombies, par exemple (à peine survolés sans texte sur 2 pages ) ? Il aurait peut-être été plus judicieux de réorganiser et regrouper divers thèmes dans de nouveaux chapitres, comme effectué dans « Politique frictions ». Tel quel, le livre demeure donc un peu déséquilibré. Mais l’amateur pourra tout de même prendre plaisir à feuilleter ce très bel ouvrage, voire à le posséder au vu de l’importante iconographie choisie. L'objet fait par ailleurs la part belle à de nombreuses et superbes affiches souvent rares et agréablement mise en valeur par une mise en page soignée. On regrettera également l’absence d’index des films cités, présent dans les trois premiers tomes.

----------

(1) Exit par exemple le chapitre sur les « lutteurs à masque mexicains »...

Par Christophe Buchet - le 1 mai 2015