Menu
Livres

UNE HISTOIRE DU WESTERN

1. LES COWBOYS
2. LES INDIENS

DEUX VOLUMES CONTENANT CHACUN 6 DVD ET UN OUVRAGE INEDIT DE LOUIS-STEPHANE ULYSSE

GM Editions
15 mars 2018
2x192 pages
Prix indicatif : 69,99 euros

Acheter le volume 1 sur FNAC.com

Acheter le volume 2 sur FNAC.com

GM Editions, en collaboration avec Carlotta, nous propose deux somptueux coffrets complémentaires livres / DVD consacrés au western, ou plutôt à "une histoire du western". Un tirage limité à 1 500 exemplaires. Le premier nous parle des cow-boys quand le second, tout logiquement, est consacré aux Indiens pour reprendre les clichés du milieu du siècle dernier au cours duquel on avait pris l'habitude de dire dans les milieux extras-cinéphiles que l'on allait voir en famille non un western mais "un film de cow-boys et d'Indiens". Ce qui par la suite fut repris par les enfants que nous étions dans les cours de récréation, nous faisant par là-même oublier que le genre était bien plus riche que ce que ce seul conflit entre les uns et les autres impliquait. Un genre basé sur un contexte historique précis ainsi que sur bien d'autres thématiques ou catégories d'individus. Que faisait-on en effet des fermiers, des citadins, des conducteurs de train ou de diligence, des hommes de loi, des bandits, des politiciens, des commerçants ou encore plus globalement des femmes ? Quoi qu'il en soit, ce n'est aucunement une critique et il s'agit d'une manière comme une autre d'aborder le genre ; l'auteur en est bien conscient et fera lui aussi quelques digressions un peu hors sujet au sein de chacune de ses parties.

Ces deux ouvrages vendus séparément mais néanmoins complémentaires - le deuxième volume commence d'ailleurs par un résumé du premier avec comme titre de chapitre "Résumé des épisodes précédents" - sont d'ailleurs définis comme "un panorama du western à travers ces deux figures emblématiques et plus généralement sur l’évolution d’un art, d’une industrie et d’une société". Les deux livres d'environ 180 pages chacun sont sobrement mis en page et joliment illustrés de nombreuses photos et affiches. L'auteur Louis-Stéphane Ulysse n'est pas un historien du cinéma ni un journaliste mais un romancier ; il est notamment l'auteur de Soleil Sale (Ed. Florent-Massot), La Fondation Popa (Ed. Panama) et plus récemment Harold, ainsi que d'une biographie romancée du groupe The Cramps intitulée Medium les jours de pluie, tous deux édités par Le Serpent à Plumes. Il fut aussi crédité comme scénariste pour deux films, Un pur moment de rock'n'roll de Manuel Boursinhac en 1999 puis Les Invisibles de Thierry Jousse en 2005.

L'histoire du cow-boy contée dans le premier volume débute avec la figure de Will Cody - plus connu sous le nom de Buffalo Bill -, qui, en tuant des milliers de bisons, accéda à la notoriété et mit en place ses spectacles surnommés les Wild West Shows qui allaient inspirer les westerns de cinéma. Toute cette genèse historique, longuement narrée, est plutôt plaisante tout comme ce qui concerne la vie des véritables cow-boys avant l'arrivée du cinéma. Puis au début du 20ème siècle, ces "garçons-vachers" affluent vers les studios hollywoodiens avec l’espoir de trouver le travail qu’ils ont perdu. Certains deviennent des figurants, des doublures, des cascadeurs, et parfois même de grandes vedettes de l'écran comme William S. Hart. L’arrivée du parlant conjugué à la Grande Dépression que traverse le pays vont tout chambouler ; durant dix ans et suite à l'échec de La Piste des géants de Raoul Walsh - qui voit dans le même temps l'apparition du tout jeune John Wayne - le public se tourne désormais vers d'autres genres jusqu'au succès phénoménal de La Chevauchée fantastique de John Ford. Ici, l'auteur s'attarde longuement sur le réalisateur et le comédien principal du film... un peu trop longuement même lorsqu'on aura constaté par la suite le nombre d'autres grands cinéastes ou acteurs d'importance n'ayant même pas eu l'honneur d'avoir leur nom cité plus d'une ou deux fois dans le courant du livre.

Sautant allègrement et problématiquement par-dessus les deux décennies suivantes - qui ne représentent rien d'autre que "l'âge d'or du genre" -, l'auteur aborde alors la série télévisée, semblant n'avoir pas forcément regardé certaines citées lorsque l'on tombe par exemple sur une description qui parle des "intrigues un peu mièvres du Virginien" (aurait-il confondu avec Bonanza ou Davy Crockett ?) avant de signer deux portraits d'acteurs un peu décorrélés de l'ensemble, ceux de Steve McQueen et de Charles Bronson. Non pas que ce soient de mauvais comédiens, mais ils n'en demeurent pas moins des choix contestables lorsque par ailleurs l'on s'aperçoit que James Stewart ou Gary Cooper n'ont pas eu ce privilège, voire même que Randolph Scott ou Audie Murphy n'ont quasiment même pas eu droit de citation. Le seul biais par lequel l'auteur aborde les années 50 est celui du format large pour lutter contre la télévision ainsi que brièvement "le format qui va surtout survoler la décennie, le "Anthonymannoscope" ; sachant que trois films de l'association Mann / Stewart cités en exemple sont des films tournés au format "carré", la démonstration se révèle assez peu probante. Puis on traverse l'Atlantique pour aborder le western italien au travers du seul Sergio Leone avant de terminer en s’appesantissant sur le western américain qui semble en avoir découlé, celui des années 70, avec notamment des portraits de Sam Peckinpah, Don Siegel et Clint Eastwood.

Au passage auront été quasiment oubliés non moins que Randolph Scott, Alan Ladd, Audie Murphy, Robert Mitchum, Kirk Douglas, William Wellman, Budd Boetticher, André de Toth, Howard Hawks, Henry Hathaway... Sinon, pour clore ce premier livre, nous sont proposés une bibliographie mais malheureusement pas d'index, des choix de sept films emblématiques illustrant thèmes et figures incontournables du western (les 7 Billy The Kid, les 7 fées carabine, les 7 guerre de Sécession, les 7 caravanes dans la prairie...) ainsi enfin que la présentation des six westerns inclus en DVD dans ce coffret, soit :

* Alamo de John Wayne
* Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone
* La Horde sauvage de Sam Peckinpah
* Josey Wales hors-la-loi de Clint Eastwood
* Tom Horn de William Wiard
* True Grit des frères Coen.

Pour chacun, plus ou moins longuement selon les titres, l’auteur revient sur "la genèse du projet ainsi que sur les difficultés rencontrées avant qu'ils ne deviennent des films incontournables du genre." Des copies pour la plupart datant de plusieurs années, certaines bonnes d'autres moins... Dommage qu'à l'époque de la HD, des Blu-ray n'aient pas plutôt été proposés.

*********************************************

"Si le cow-boy est indiscutablement le pilier du western, un autre personnage est entré dans la légende tout en restant beaucoup plus difficile à cerner, tantôt bon, plus souvent mauvais, animal ou humain mais toujours insaisissable : l’Indien..." Et ce sera l'objet du second livre qui débute donc par un résumé de plusieurs pages de ce qui s'était dit dans le premier volume. Pour citer une fois encore l'auteur : "Contrairement à l’idée répandue, le cinéma n’a pas toujours été défavorable aux Indiens et lorsque Thomas Edison commence à filmer, il fait appel aux Indiens du cirque de Buffalo Bill pour une danse des esprits, Sioux Ghost Dance (1894). On les considère alors avec la vision de l’époque : ce sont de "bons sauvages". L’Indien deviendra un personnage de fiction à Hollywood suivant les codes, là encore, définis par Buffalo Bill : la coiffe d’emplumé qui n’est, dans la réalité, que l’apanage de chefs de quelques tribus, le cavalier tirant à la carabine en plein galop alors qu’on le sait, dans l’Ouest, l’Indien ne fut jamais vraiment très doué avec les armes à feu... " Tout ce qui touche au domaine historique concernant cette fois les Indiens au XIXème siècle continue d'être très intéressant ; lorsque l'on aborde le domaine purement cinématographique, ça l'est un peu moins du fait qu'à mon humble avis l'auteur passe vraiment à côté de beaucoup trop de choses.

Après ce copieux préambule historique, on poursuit néanmoins encore longuement par la période du muet au cours de laquelle l'Indien était encore décrit comme "noble et digne". S'ensuivent quelques portraits d'écrivains, de comédiens amérindiens, dont ceux de Jay Silverheels qui incarnera le fameux Tonto ami du Lone Ranger dans le serial du même nom, d'Iron Eyes Cody, puis également de Pierre Brice qui sera le Winnetou de toute une série de westerns allemands. L'auteur parle ensuite brièvement de la femme squaw, survole encore bien trop rapidement les années 40 et 50 pour se rendre directement aux décennies suivantes au cours desquelles, pour le romancier, la donne changea du tout au tout pour les Indiens au cinéma. Avant cela, nous nous serons grandement étonnés en lisant ce total contre-sens concernant quelques-uns des plus beaux films de Ford : "La façon dont Ford traite les Indiens jusque dans les années 50 va participer à orienter le spectateur vers une perception négative. Le réalisateur ne se prive pas de montrer les atrocités qu'ils commettent, comme les tortures dans She Wore a Yellow Ribbon ou encore les soldats mutilés dans Fort Apache", nous aurons déploré quelques incongruités ("Chuck Connors qui, dans une autre vie, aurait pu être un sosie tout à fait acceptable de Johnny Hallyday") et nous aurons été surpris en lisant quasiment deux pages sur Johnny Guitar, western sans un seul Indien. L'auteur terminera son livre par un chapitre sur les Indiens "en dehors du western" ainsi que - totalement hors sujet même si fortement intéressant - un autre chapitre sur les paysages naturels les plus emblématiques choisis pour cadre aux westerns.

Comme précédemment, pour clore ce deuxième livre, une bibliographie mais pas d'index, les choix dans plusieurs catégories - certaines assez cocassement intitulées - de sept films emblématiques illustrant thèmes et figures incontournables du western (7 chefs indiens, 7 madame qui portent la culotte, 7 cow-boys paranormaux, 7 séries avec beaucoup d'épisodes...) ainsi enfin que la présentation des six films inclus en DVD, soit :

* La Flèche brisée de Delmer Daves
* La Prisonnière du désert de John Ford
* Soldat bleu de Ralph Nelson
* Little Big Man de Arthur Penn
* Jeremiah Johnson de Sydney Pollack
* Danse avec les loups de Kevin Costner.

Pour chacun, plus ou moins longuement selon les titres, l’auteur revient sur "la genèse du projet et sur les difficultés rencontrées avant de devenir des films incontournables du genre." Des copies pour la plupart datant de plusieurs années, certaines bonnes d'autres un peu moins... Des Blu-ray auraient été les bienvenus en lieu et place même si d'autres titres auraient dans ce cas dû être choisis car ceux-là n'existant pas encore sous ce format.

Même si le titre n'était pas trompeur, parlant de "une histoire", nous sommes cependant un peu déçus par le fait que des pans entiers de l'histoire du western aient été presque totalement oubliés, ainsi que par le fait que nous attendions une approche un peu plus originale de la part d'un romancier dont le style se fait ici un peu trop classique. On a également plus l'impression d'un recueil de plusieurs textes écrits par Louis-Stéphane Ulysse à plusieurs époques de sa vie, réunis ici pour former une histoire du western, plutôt que d''un texte écrit d'une traite pour l'occasion. Malgré aussi beaucoup trop de hors sujet ou de choix problématiques, ces coffrets sont néanmoins de magnifiques objets à l'iconographie splendide, dans lesquels on trouve beaucoup de choses intéressantes à piocher notamment lorsque l'auteur aborde l'histoire de l'Ouest. Et puis, il est toujours plaisant de voir que le genre est toujours aussi apprécié et qu'il suscite toujours autant de passion. Les aficionados devraient apprécier et ainsi avoir l'occasion de pouvoir enrichir leur collection.

Par Erick Maurel - le 10 mars 2018