Menu
Tops de la rédaction

Difficile d’évaluer déjà précisément dans quelle mesure, mais 2017 risque de marquer l’histoire du cinéma. Non tant forcément pour la qualité de son millésime (nous avons trouvé de quoi combler nos appétits, mais peut-être avec moins d’unanimité dans nos avis que les années précédentes) que pour le changement que l’affaire Weinstein et ses répercussions auront induit dans l’imaginaire collectif : parce que Hollywood s’y est révélé être (dans une mesure que tout le monde se refusait à croire) le cadre de pratiques qu’il était indispensable et urgent de dénoncer, mais aussi parce que chaque film, chaque filmographie, chaque scène est désormais réenvisagé (jusqu’à l’excès rétrospectif) à la lumière de ces révélations, l’usine à rêves a perdu quelque chose de son éclat. Et par-là même s’est brisé une partie du contrat magique qui reposait autant sur la capacité des créateurs à générer du merveilleux que sur la crédulité consentie du spectateur. Autrement dit, une partie du public n’y croit plus, en tout cas pas de la même manière.

Pour redorer son blason et retrouver une partie de sa crédibilité, il est urgent que l'industrie cinématographique entame une manière de révolution, dont l'un des éléments décisifs résidera probablement dans le développement (et, à terme, la banalisation) de l'expression des voix et des regards féminins : nos classements individuels, qui n'avaient jamais retenu durant une année autant d'œuvres signées par des cinéastes-femmes (parmi elles, Kathryn Bigelow, déjà arrivée numéro 1 de notre hiérarchie en 2013), témoignent modestement de ce qui, à défaut d'être déjà tout à fait une tendance, nous semble une nécessité. Gageons que, outre Kelly Reichardt et Claire Simon, parmi les noms de Tizza Covi, Julia Ducournau, Hélène Cattet, Carla Simón ou Léonor Serraille (qu'Agnès Varda nous pardonne, en l'occurrence, d'être mise un peu à part) se trouvent quelques unes des grandes cinéastes de demain.

Par ailleurs, nous avons observé cette année la vivacité particulière du format documentaire, dont nous nous sommes toujours fait l’écho, mais qui a cette année pris des formes tout à fait singulières, comme s’il était urgent de reconnecter la pratique esthétique du septième art avec la réalité, la "vraie", de ce monde : les films d’Agnès Varda et JR ou d’Emmanuel Gras trouvent ainsi une place de choix dans notre hiérarchie, en ce qu’ils témoignent d’une vivacité artistique remarquable autant que d’une prise avec le monde. Mais encore au-delà, bon nombre de documentaires sortis en salles cette année (avec une variété de modalités étonnante : quoi de commun entre We Blew It, L’Opéra, A voix haute, Braguino, Le Concours ou Le Vénérable W ?...) sont ainsi mentionnés dans nos classement individuels - sans compter ceux qui n’y sont pas, tels Lumière ! L’Aventure continue (dont l’édition numérique avait été couronnée lors de nos Awards 2015) ou Jim & Andy produit par Netflix (à ce sujet, précisons que, comme les années précédentes - à terme, il faudra peut-être revoir cela - nous nous sommes cantonnés aux films sortis en salles durant l'année civile, excluant de fait toutes les exclusivités des plateformes de VOD, les téléfilms ou les séries).

Et si malgré tout, la fiction se maintient - en particulier la fiction américaine, qui truste une nouvelle fois les cinq premières places de notre classement -, de curieux échos s’opèrent entre les films qui composent le haut de notre hiérarchie : Nocturnal Animals entremêle les degrés de réalité pour raconter comment un jeune homme délaissé se reconstruit dans la violence de la restitution autobiographique ; Get Out brode un conte fantastique trouble et virulent autour de stéréotypes encore bien actifs ; La La Land adopte la forme de la comédie musicale tonique et colorée pour dévoiler les atermoiements professionnels ou sentimentaux d’une wannabe-star à Hollywood... et enfin, le tout dernier plan de The Lost City of Z offre à la perspective d’une femme qui a tout perdu le contre-champ d’un ailleurs chimérique. Comme si, tout en restant en prise avec ce monde moribond, triste et étouffant, le cinéma continuait à offrir sa vocation primitive : témoigner du réel, certes, mais se garder la possibilité, par ses propres moyens, de le réinventer, de l’embellir ou de le réenchanter. Naïfs que nous sommes, nous continuons à y croire. En tout cas, à faire semblant.

LE CLASSEMENT DE LA RÉDACTION

1. The Lost City of Z (James Gray)



Avec ce récit d'aventures d'une facture exemplaire,
James Gray se renouvelle manifestement, mais entretient certaines de ses obsessions,
sur les territoires intimes à explorer et la complexité du lien familial.
Classique instantané.

 

2. La La Land (Damian Chazelle)



Entre la mythologie chamarrée de la comédie musicale d'antan
et le désenchantement d'une modernité qui détruit les illusions,
Damian Chazelle pose un bout de paradis perdu à Hollywood.



3. Get Out (Jordan Peele)



Derrière le vernis (brillant) du thriller fantastique,
se cachent non seulement une habileté d'écriture ou de mise en scène remarquables,
mais surtout une conscience aiguë de la question "raciale"
et de la mémoire d'un pays tout entier. Un film malin ET profond.


4. Nocturnal Animals (Tom Ford)



Un film vaut parfois bien plus que la somme de ses parties :
par la complexité des perspectives que sa narration imbriquée crée
ou par la force ou l'inspiration de sa forme ambitieuse,
Noctunal Animals est un film entêtant, qui reste longtemps à l'esprit.


5. Loving (Jeff Nichols)



Jeff Nichols confirme, film après film, la mesure de l'oeuvre,
d'un classicisme élégant et retenu, qu'il est en train de forger.
Oui, c'est l'un de nos chouchous, mais tant qu'il tournera de si beaux films,
il n'y a aucune raison que cela change.
 


6 ex-aequo. Visages villages (Agnès Varda & JR)



Elle apporte sa candeur d'octogénaire ou son goût ludique du coq-à-l'âne,
et lui la qualité de son regard ou ses inspirations courageuses.
Ensemble, ils portent un regard frais et gratifiant sur une France rurale
qui mériterait d'être plus souvent (et aussi bien) observée.


6 ex-aequo. Makala (Emmanuel Gras)


En suivant le quotidien d'un jeune congolais,
Emmanuel Gras filme le réel le plus âpre mais lui confère, par la grâce de sa mise en scène,
la dimension d'un mythe.



8. L'Atelier (Laurent Cantet)



En filmant de nouveau "entre les murs",
Laurent Cantet nous propose un film politique complexe et troublant
qui refuse le moralisme et les raccourcis faciles.


9. Coco (Lee Unkrich)



Après la mort, variation n°1 : avec une forme singulièrement différente,
le film offre un écho émouvant à Vice-Versa,
dont il reprend certaines des thématiques (l'irréversibilité du temps, la transmission...).
Visuellement foisonnant, trépidant et souvent drôle,
le film s'inscrit parmi les grandes réussites - une de plus - de Pixar.


10. A Ghost Story (David Lowery)



Après la mort, variation n°2 ; sous une apparence simple et poétique,
le film de David Lowery offre une méditation périlleuse
sur l'amour perdu, le temps qui passe, le souvenir des proches, la vie des morts...
Non seulement cela fonctionne, mais s'avère même miraculeusement émouvant. 

LES CLASSEMENTS INDIVIDUELS

STEPHANE BEAUCHET

1. Moonlight
2. Nocturnal Animals
3. La colère d'un homme patient
4.  The Lost City of Z
5. The Young Lady
6.  Loving
7. La La land
8. Le Caire Confidentiel
9. Les gardiennes
10. Coco

 

Olivier Bitoun

1. Makala
2. Neruda
3. Certain Women
4. Un jour dans la vie de Billy Lynn 
5. Félicité
6. Braguino
7. We Blew It
8. L'Atelier
9. David Lynch - The Art Life 
10. Psiconautas
11. Entre les frontières
12. Mister Universo
13. Grave
14. Yourself and Yours
15. Laissez bronzer les cadavres

Ronny Chester

1. The Lost City of Z 
2. Detroit 
3. La La Land 
4. A Ghost Story 
5. Silence 
6. Coco 
7. Get Out 
8. Que Dieu nous pardonne 
9. Loving 
10. Quelques minutes après minuit 
11. Dunkerque 
12. 120 battements par minute
13. Faute d'amour 
14. Moonlight 
15. Les Fantômes d'Ismaël 

JUSTIN KWEDI

1. La La Land 
2. Mother! 
3. Your Name
4. Un Jour dans la vie de Billy Lynn
5. Creepy
6. Nocturnal Animals
7. Dunkerque
8. Dans un recoin du monde
9. Blade Runner 2049
10. The Lost City of Z
11. Le Musée des merveilles
12. Lumières d’été
13. Lou et l’île aux sirènes 
14. Grave
15. Après la Tempête

ERICK MAUREL

1. Visages Villages
2. Les figures de l'ombre 
3. Makala
4. L'atelier
5. A voix haute, la force de la parole 
6. L'opéra
7. Jackie 
8. Après la tempête 
9. Loving 
10. La La Land 
11. L'amant d'un jour 
12. Ce qui nous lie 
13. Quelques minutes après minuit 
14. Moonlight 
15. The Lost City of Z 

PHILIPPE PAUL

1. The Lost City of Z
2. La planète des singes : suprématie 
3. Que dios nos perdone
4. L'autre côté de l'espoir
5. We Blew it
6. La colère d'un homme patient
7. L'homme aux mille visages 
8. Loving
9. Live by night
10. Le serpent aux milles coupures
11. Braquage à l'ancienne
12. Le Caire confidentiel
13. Visages Villages 

ANTOINE ROYER

1. Faute d'amour 
2. Coco 
3. Nocturnal animals
4. The Lost City of Z
5. Get Out
6. Eté 93
7. Loving 
8. L'autre côté de l'espoir 
9. Le Vénérable W.
10. La Planète des singes : Suprématie 
11. Quelques minutes après minuit
12. Grave 
13. Visages villages 
14. Le Musée des merveilles 
15. 120 Battements par Minute 

JEAN GAVRIL SLUKA

1. A Quiet Passion
2. Good Time
3. Le Jour d'Après 
4. Get Out
5. Jeannette 
6. Visages Villages
7. Jackie 
8. Certain Women
9. A Ghost Story
10. Creepy
11. The Lost City of Z 
12. Le Concours
13. Yourself and Yours
14. Jeune Femme
15. L'Atelier

Par Dvdclassik - le 4 janvier 2018

Partenariat