Menu
Livres

John ford : Biographie, filmographie illustrée, analyse critique

Un livre de Patrick Brion

Date de sortie : 2 octobre 2002
Editeur : La Martinière 
Collection : Cinéma
Relié: 623 pages

Acheter sur Amazon

Analyse et Critique

Le livre s'ouvre sur la géniale citation d'Orson Welles qui donne une image assez nette de la place de John Ford dans la mythologie artistique du XX° siècle - à un journaliste qui lui demandait quels étaient les cinéastes les plus importants : Welles répondait : " les vieux maîtres, c'est à dire John Ford, John Ford et John Ford ".

Brion, plus connu pour la beauté plastique de ses ouvrages que pour la pertinence de son analyse, livre ici un superbe pavé de 600 pages qui ne déroge pas à la règle. Les deux tiers du livre sont en effet composés de photogrammes plus beaux les uns que les autres, quand un dernier tiers se contente de résumer chaque film, développer un point de vue critique léger et livrer quelques anecdotes.

La Biographie

Sur les 85 premières pages de " John Ford ", Brion résume la carrière du cinéaste américain via une courte analyse de sa filmographie (découpée en 5 périodes) et une biographie plus longue et détaillée, mêlant son œuvre à sa vie privée. Parsemée d'anecdotes plus ou moins intéressantes, reconnaissons tout de même à cette biographie le mérite de l'exhaustivité. Dommage toutefois que parfois certains films y soient déjà analysés en partie et que cette analyse ne se retrouve pas plutôt dans la fiche consacré au dit film, en fin d'ouvrage. Là encore, cette partie est agrémentées de splendides photos et de documents rarissimes (affiches, story boards, photos de tournage, articles de presse).


La Filmographie
Cette seconde partie, apparemment la plus superficielle tant les textes se contentent d'être de simples légendes, constitue en fait le gros morceau de ce livre, et sûrement l'argument de vente (et d'achat) principal : sur plus de 300 pages se déploient quelques 500 photographies rares et superbes. Le travail de restauration est en effet tout bonnement phénoménal, et à l'heure du DVD, il est heureux de constater que la littérature cinématographique se met au diapason des nouveaux standards de qualité d'image.

Ainsi, même parmi les images des tous premiers films de Ford, presque impossible de reprocher quoi que ce soit aux photogrammes choisis : noirs et blancs superbement contrastés, images exemptes de tout défaut, tâche ou poussière, pertinence des choix éditoriaux. L'on est là en présence d'un travail digne des plus grands chantiers de restauration DVD, à l'image d'une copie de Vertigo complètement neuve par exemple. Et ce sur un papier de toute première qualité ! A noter toutefois (d'où l'importance du "presque") quelques défauts de grain notamment dès que la mise en page propose certains clichés pleine page. Mais rien de bien grave tant ces photographies sont rares et le grain peu gênant finalement (il ajoute même un certain côté authentique à certaines épreuves...). Etrangement, ce sont les photos couleurs qui laissent (un peu) à désirer, certains tirages pouvant laisser les maniaques sur leur fin. On notera ainsi par exemple que les photographies de The Searchers sont dans certains cas des copies d'écran plutôt granuleuses, qui jurent un peu à côté de la magnificence de la majorité des clichés du livre.

Que ces petites remarques ne gâchent en aucun cas le plaisir procuré par l'abondance de documents iconographiques proposés ici. Un must pour les amateurs de John Ford ainsi que pour les cinéphiles épris de clichés et de photos de plateaux regroupant ce qui se fit de mieux en stars hollywoodiennes et en chefs d’œuvres sur plus d'un demi siècle de carrière...

L'analyse

Les 200 pages restantes se proposent "d'analyser" œuvre Fordienne. Attention, guillemets de rigueur ici, puisque la déception guette ceux qui s'attendaient à une réflexion de fond sur les films de John Ford. Brion a le mérite de s'attacher à toute l'œuvre de Ford, et il est fait référence dans le livre à de nombreux Ford qui ont disparu depuis longtemps mais dont il est toujours intéressant de connaître ne serait ce que l’existence. Ainsi, les premières pages de l'analyse film par film commencent par une litanie d’œuvres malheureusement perdues, les pellicules ayant toutes disparues. Seuls quelques films ont survécu au massacre et il est passionnant d'en apprendre un peu plus sur Just Pals ou Straight Shooting, époque où Ford signait encore ses films sous le pseudonyme de Jack Ford et non de John...

Arrivent ensuite les premiers films visibles et connus de Ford. A l'image du speech d'introduction de Brion dans son Cinéma de Minuit, les textes d'analyse se résument alors plus à une succession d'anecdotes (par ailleurs passionnantes) qu'à un réel travail critique. Bien sûr, Patrick Brion ne se contente pas de vaguement donner son avis, il argumente parfois son point de vue mais l'on reste alors au niveau d'un Jean Tulard ou d'un dictionnaire du cinéma façon Bernard Rapp ou Télérama. Pour atteindre les hautes sphères de l'analyse, des comparaisons avec Hawks, un vrai travail critique, prière d'aller voir ailleurs... Une fois cela acquis, il est toutefois impératif de ne pas bouder son plaisir : à l'heure d'Imdb et des sites sur le cinéma en pagaille, Patrick Brion n'a pas à rougir de la masse d'informations apportées par son ouvrage. Génériques très complets et quelques petites notes amusantes et instructives (Remakes, budget, recettes, programme musical, lieux de tournage...) accompagnent chaque critique.

De plus, on ne pourra enlever à Patrick Brion son érudition ainsi que la passion qui l'animent, passion qui transpire de chacune des lignes de cet ouvrage. Finalement, et ce livre le confirme, Brion est plus un cinéphile fervent et partageur qu'un critique analyste. Et dans ce rôle de cinéphile, il reste l'un des meilleurs. Dernière remarque concernant cette partie du livre : à noter la mise en page très sobre et néanmoins plus qu'agréable de l'ensemble. Du très beau travail d'édition, soigné, sans esbroufe et qui donne envie de se replonger dans le livre dès qu'il est question de Ford. Plus pour y glaner des faits et des remarques que pour une fine analyse... Mais ça, vous étiez prévenus ;-)

Par Xavier Jamet - le 1 janvier 2003