Menu

Livres

Jacques Tourneur -
Les Figures de la peur

Un livre de Frank Lafond

Edition : Presses Universitaires de Rennes
Date de sortie : février 2007
243 pages, format 17x21
Prix public : 20 euros

Acheter sur Amazon

Analyse et Critique

La cinéphilie demeure profondément attachée à l’histoire et à l’art de Jacques Tourneur. Le cinéaste américain d’origine française fait depuis longtemps l’objet d’un véritable culte : les collectionneurs chérissent les DVD consacrés à son œuvre, les cinéastes ne cessent de s’inspirer de son style, et les spectateurs continuent de frissonner devant ses films. Parallèlement, certains s’attachent à analyser, décortiquer, comprendre et partager l’art "tourneurien". Parmi ces passionnés, Frank Lafond est l’auteur d’un ouvrage intitulé Les Figures de la peur.

Docteur en études cinématographiques et enseignant à la Faculté des Lettres de Lille, Frank Lafond est aujourd’hui considéré comme l’un des spécialistes du film noir et du film fantastique. Auteur de nombreux articles dans des revues aussi variées que Positif, Simulacres ou Kinoeye, il est également rédacteur en chef de Rendez-vous avec la peur (Éditions du Céfal), revue consacrée aux genres de la peur. Début 2007, les éditions des Presses Universitaires de Rennes ont publié son analyse consacrée à Jacques Tourneur.


Cet ouvrage issu d’un travail de thèse repose sur une analyse approfondie du thème de la peur dans le cinéma de Tourneur. A la différence de Michael Henry Wilson, qui, dans son ouvrage (1), mêle étude des films de Tourneur et récit de sa vie d’artiste, Lafond, pour sa part, s’est totalement investi dans un examen théorique du sujet. Dans une première partie, il revient sur les grands concepts du fantastique et s’attarde sur leurs spécificités au sein du septième art. En s’attachant en particulier au thème de la "monstration fantastique", il revient en détail sur la façon dont cette figure a été traitée sur grand écran. Il rappelle notamment la grande époque des années 30 chez Universal en citant les classiques du genre que furent Frankenstein (James Whale, 1931), La Momie (Karl Freund, 1932) ou Dracula (Todd Browning, 1931). Puis son analyse se concentre sur le cinéma de Jacques Tourneur.

Le sujet de son ouvrage concernant les figures de la peur, Lafond s’appuie essentiellement sur les œuvres fantastiques du cinéaste. Ainsi, La Féline, Vaudou, Angoisse, Rendez-vous avec la peur ou L’Homme léopard constituent son principal terrain d’étude (Vaudou fait notamment l’objet d’une analyse extrêmement approfondie et intitulée "Au cœur de l’inconscient"). Il y est donc très peu question de chefs-d’œuvre comme La Griffe du passé, Le Passage du canyon ou La Flibustière des Antilles, mais il n’y a pas de raison de s’en plaindre puisque le sujet n’est pas là. Lafond organise donc son travail autour des grands éléments fondateurs de la peur chez Tourneur : l’implication du spectateur, la suggestion, l’importance de l’inconscient… Il explique également quels sont les procédés utilisés par le cinéaste pour développer ces idées (à ce titre, un chapitre passionnant est consacré au travail du son dans les films de Tourneur. L’auteur n’hésite d’ailleurs pas à dénigrer la spatialisation réalisée par les éditions Montparnasse sur les DVD de La Féline, Vaudou ou L’Homme léopard expliquant en quoi ce remix dénature l’œuvre originale).

L’intérêt de cet ouvrage est donc de plonger le lecteur au cœur des grands concepts de la peur chez Jacques Tourneur. A la différence de nombreux autres passionnés, Lafond a le mérite de ne pas le réduire à un cinéaste de la suggestion. En montrant en quoi son œuvre fut novatrice, il inscrit les travaux de Tourneur dans l’histoire du fantastique. Si l’ouvrage fait l’objet d’une belle mise en page, on peut néanmoins regretter une iconographie faible qui aurait parfois aidé à illustrer certains propos. Mais au final, on ne retiendra que la qualité, l’originalité et l’importance du travail réalisé.

Aujourd’hui, Franck Lafond se consacre à de nouveaux projets (notamment des écrits sur Joe Dante et Georges Franju), mais il n’oublie pas sa passion première puisqu’il s’apprête à publier un nouvel ouvrage dédié à Angoisse...

Autres articles