Menu
Livres


gene kelly

de Alain Masson

291 pages + 8 pages centrales de photo sur papier glacé
Editions Gallimard
Collection "folio biographies"
Janvier 2012 

ANALYSE ET CRITIQUE

Le paysage éditorial des ouvrages cinématographiques en langue française comporte des oublis étonnants. En 2012, 16 ans après sa mort, 60 ans après le succès d’Un Américain à Paris (3 millions de spectateurs en France en 1952) et 100 ans après sa naissance, la première biographie de Gene Kelly en français voit enfin le jour.

Il est toujours difficile de comprendre les causes d’un tel retard. Est-ce l’influence toujours présente des théories issues des Cahiers du Cinéma et de la Nouvelle Vague, la France préférant se concentrer sur les réalisateurs plutôt que sur les acteurs ? Est-ce dû au manque de reconnaissance de la comédie musicale, le cinéma de genre de façon générale n’ayant jamais bénéficié d’une très grande considération dans l’hexagone ? Quelle qu’en soit la raison, Gene Kelly d’Alain Masson vient combler une profonde lacune et propose enfin aux francophones une biographie consacrée à l’un des plus grands acteurs de la comédie musicale classique américaine. Alain Masson est un des rares auteurs français spécialiste du genre : il est l’auteur de La comédie musicale, écrit en 1981 et plusieurs fois réédité, et le traducteur, en 1987, de La comédie musicale américaine de Hugh Fordin, ouvrage américain bénéficiant d’une bonne réputation.

Après Fred Astaire, Gene Kelly est sans doute l’acteur le plus important et le plus influent de l’histoire de la comédie musicale américaine. Américain d’origine irlandaise né à Pittsburg dans une famille modeste en 1912, il va doucement gravir les échelons du monde de la danse. Après s’être forgé une réputation au niveau local dans les années 1930, Gene Kelly part à Broadway en 1938. Il lui faut deux ans pour obtenir un premier rôle et le succès avec le personnage de Pal Joey, un "arriviste impudent". Cette image l’accompagnera durant les premiers temps de sa carrière de star, à Broadway comme à Hollywood.

Fin 1941, après un peu plus d’un an de succès à Broadway, Gene Kelly part pour Hollywood, tout récemment marié avec son amie danseuse Betsy Blair. Sa carrière à l’écran sera tumultueuse, comme le montre fort bien Alain Masson. En 35 années de cinéma, Gene Kelly ne connaitra que six ou sept ans de plénitude artistique. Il apprendra à chanter, lui qui « n’aimait ni sa voix ni son phrasé » et occupera tout au long de sa carrière divers postes, de chorégraphe à réalisateur, en passant par producteur et coscénariste. Il ne réussira jamais à réaliser le film de ses rêves sur la danse, Invitation à la danse n’en constituant qu’une tentative ratée, et il perdra le contrôle de nombreux projets.

La biographie d’Alain Masson est organisée de façon chronologique, de la naissance à la mort de l’acteur. Elle est divisée en 12 chapitres, chacun correspondant à une période de la vie de Gene Kelly. Masson fait le choix d’un style assez romanesque, n’hésitant pas à décrire les pensées intimes ou les sentiments des protagonistes. Il s’appuie pour cela, références bibliographiques à l’appui, sur les biographies de Gene Kelly et les autobiographies de son entourage parues en langue anglaise. Passé quelques chapitres d’adaptation, ce style s’avère plutôt agréable, bien plus fluide et accessible que son ouvrage La comédie musicale.

Les premiers chapitres laissent craindre une biographie dithyrambique mais cette crainte s’estompe assez vite. Sans chercher à détruire une idole, Alain Masson ne propose pas une vision manichéenne de l’acteur. Il n’hésite pas à évoquer les sujets fâcheux, mettant clairement en avant le rapport compliqué de Gene Kelly avec l’argent, son côté colérique et autoritaire sur les plateaux, et son narcissisme, qui l’a parfois amené à dévaloriser le travail de ses collaborateurs. Au final, malgré ces défauts, le lecteur conserve une image globalement positive de Kelly, celle d’un homme plutôt intègre, qui a travaillé toute sa vie au rayonnement de la danse.

Attention toutefois. Le lecteur ne doit pas s’attendre à une biographie sur la vie quotidienne de Kelly, ponctuée d’anecdotes personnelles ou de citations de l’acteur. Alain Masson se concentre sur la danse, son importance dans la vie et l’œuvre de Kelly. A l’instar de La comédie musicale du même auteur, le chant est rapidement évacué. Les films sont jugés quasi exclusivement sur leur aspect chorégraphique et dansé, sur l’apport de Kelly et sur ses innovations, avec des paragraphes parfois légèrement techniques. La vie personnelle constitue une toile de fond servant à comprendre les choix artistiques.

De format poche, le livre comporte au centre 17 photos sur papier glacé, la plupart en noir et blanc, de petite taille mais d’assez bonne qualité. A l’exception d’une photo de famille prise en 1914 et d’une photo d’une chorégraphie tardive de Kelly, elles datent toutes des années 40 et 50.

Nous formulerons deux regrets, qui n’entachent pas la qualité globale mais méritent d’être signalés.

Toute la dernière partie de carrière de l’acteur - grosso modo tout ce qui suit Beau fixe sur New York - est expédiée trop rapidement. C’est assez logique du point de vue de la problématique de l’auteur : il considère qu’à partir de ce moment, Kelly ne va plus avoir de réel contrôle artistique sur les films et ses numéros dansés ne vont plus rien apporter de nouveau. Alain Masson n’estime dès lors pas nécessaire de s’attarder sur ces longs métrages. Bien que compréhensible, ce choix laisse le lecteur sur sa faim. Par exemple, pour Madame Croque-Maris, synopsis acheté par Gene Kelly et développé par deux scénaristes qu’il appréciait, Alain Masson parle d’un échec en raison de « l’incompréhension du réalisateur. » Nous aurions aimé en savoir plus, comprendre les intentions initiales de Kelly et savoir comment cela avait mal tourné.

Deuxième problème, plus difficilement justifiable, l’absence d’index. Pour ce genre d’ouvrage, il est toujours intéressant d’avoir un index afin de retrouver facilement la mention d’un film ou d’une personne. L’ordre chronologique et la taille raisonnable de l’ouvrage permettent certes de retrouver généralement la référence cherchée, mais il aurait été facile pour l’éditeur et agréable pour le lecteur de disposer d’un index.

Ces critiques restent minimes et cette biographie s’avère fort intéressante et convaincante pour toute personne s’intéressant à l’œuvre de Gene Kelly. En moins de 300 pages, l’auteur ne peut tout aborder et des éléments ont sans doute été évacués. Mais le livre apporte un éclairage passionnant pour mieux comprendre la carrière chaotique de ce grand artiste. Pour la vie de l’acteur, il faudra continuer à se reporter en anglais au Gene Kelly de Clive Hirschhorn, en espérant ne pas avoir à attendre le centenaire de la mort de l’acteur pour un équivalent en français.

Les Films de Gene Kelly sur DVDClassik

Par Jérémie de Albuquerque - le 29 novembre 2012